Vendredi après les cendres - N’avoir comme assurance que l’amour de Dieu

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun

Evangile : Il y a un temps pour jeûner (Mt 9, 14-15)

Les disciples de Jean Baptiste s'approchent de Jésus en disant : « Pourquoi tes disciples ne jeûnent-ils pas, alors que nous et les pharisiens nous jeûnons ? »
Jésus leur répondit : « Les invités de la noce pourraient-ils donc faire pénitence pendant le temps où l'Époux est avec eux ? Mais un temps viendra où l'Époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront.

  

Le carême avec Frère Denis, religieux trinitaire

L'expérience de la fragilité, sur le plan de la santé, du travail, de la vie relationnelle ou affective n'a rien de confortable. C'est un dépouillement qui peut être riche de sens mais qui reste un dépouillement, souvent douloureux, vers une possible vie nouvelle.

Dans la vie spirituelle, il en est de même. Quitter nos sécurités, nos habitudes, nos conformismes pour partir, traverser le désert, sans autre assurance que l'amour de Dieu, est une véritable épreuve. On se sent nu et stupide, si peu vertueux, mais et c'est extraordinaire, tels que nous sommes, appelés à recevoir une terre nouvelle, une terre de bénédictions...

C'est ce passage, cette Pâque, que je te propose de vivre.

 

La suite demain…

 

Extrait du livre L’école de la fragilité du Frère Denis Trinez, délégué provincial de l’Ordre trinitaire en France, mis en ligne avec l’aimable autorisation des Editions du Cerf. Pour acheter le livre, cliquez ici : Denis Trinez, L’école de la fragilité.

Pour en savoir plus sur la famille Trinitaire, cliquez ici : blog de Cerfroid

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article