Samedi, 4e semaine de Carême - Tu es fait pour l'Esprit Saint

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun

Evangile : Jésus, prophète contesté (Jn 7, 40-53)

 

Jésus enseignait au temple de Jérusalem. Dans la foule, on avait entendu ses paroles, et les uns disaient : « C'est vraiment lui, le grand Prophète ! »

D'autres disaient : « C'est lui le Messie ! » Mais d'autres encore demandaient : « Est-ce que le Messie peut venir de Galilée ?

L'Écriture dit pourtant qu'il doit venir de la descendance de David et de Bethléem, le village où habitait David ! »

C'est ainsi que la foule se divisa à son sujet.

Quelques-uns d'entre eux voulaient l'arrêter, mais personne ne mit la main sur lui.

Voyant revenir les gardes qu'ils avaient envoyés arrêter Jésus, les chefs des prêtres et les pharisiens leur demandèrent : « Pourquoi ne l'avez-vous pas ramené ? »

Les gardes répondirent : « Jamais un homme n'a parlé comme cet homme ! »

Les pharisiens leur répliquèrent : « Alors, vous aussi, vous vous êtes laissé égarer ?

Parmi les chefs du peuple et les pharisiens, y en a-t-il un seul qui ait cru en lui ?

Quant à cette foule qui ne sait rien de la Loi, ce sont des maudits ! »

Parmi les pharisiens, il y avait Nicodème, qui était allé précédemment trouver Jésus ; il leur dit :

« Est-ce que notre Loi permet de condamner un homme sans l'entendre d'abord pour savoir ce qu'il a fait ? »

Ils lui répondirent : « Alors, toi aussi, tu es de Galilée ? Cherche bien, et tu verras que jamais aucun prophète ne surgit de Galilée ! »

Puis ils rentrèrent chacun chez soi.

 

 

Le carême avec Frère Denis, religieux trinitaire

 

« Faire l'expérience de ce feu d'amour dans ta fragilité, c'est faire l'expérience de l'Esprit-Saint.

Tu es fait pour l'Esprit-Saint. Saint Séraphim de Sarov écrit que : "le but de la vie chrétienne, c'est l'acquisition de l'Esprit-Saint]".

L'Esprit-Saint est celui qui te console de ta faiblesse en te faisant comprendre qu'elle a un sens : être le berceau de l'amour de Dieu. »

 

1. SÉRAPHIM DE SAROV, L'Entretien avec Matovilov, Arfuyen, « Carnets spirituels » 11, 2002, p. 157.

 

La suite demain…

 

Extrait du livre L’école de la fragilité du Frère Denis Trinez, délégué provincial de l’Ordre trinitaire en France, mis en ligne avec l’aimable autorisation des Editions du Cerf. Pour acheter le livre, cliquez ici : Denis Trinez, L’école de la fragilité.

Pour en savoir plus sur la famille Trinitaire, cliquez ici : blog de Cerfroid

Publié dans Actualité

Commenter cet article