Rencontre avec le Père Pedro Opeka à Madagascar

Publié le par VA

Le lundi 21 septembre, au cours de son séjour à Madagascar, l'évêque de Gap et d'Embrun a rencontré le Père Pedro, prêtre lazariste de la Congrégation de la Mission fondée par Saint-Vincent-de-Paul. Né le 29 juin 1948 à Buenos Aires en Argentine, issu d'une famille slovène ayant fui le régime de Tito en Yougoslavie, le Père Pedro, après avoir hésité à suivre une carrière de footballeur, décide de se consacrer au sacerdoce. Il est ordonné prêtre en Argentine en 1976 après avoir suivi quelques années d'études théologiques à la faculté catholique de Paris. Arrivé en 1972 à Madagascar, le Père Pedro s'engage aux côtés des Malgaches dans la lutte contre la pauvreté. Avec l'aide de son association Akamasoa, il s'efforce de rendre leur dignité à des centaines de familles dont les conditions de vie sont rendues difficiles par le pouvoir en place. Retour en images.


         Le Père Pedro Opeka accueille Mgr di Falco Léandri

                        Les élèves et les enseignants... 



             ...de deux écoles créées par le Père Pedro


Ci-dessous un extrait vidéo (précédé de sa traduction) de la rencontre du Père Pedro avec les jeunes de l'école. Le Père Pedro, qui parle six langues, s'exprime ici en malgache :

« Nous, les Français, nous ne sommes pas habitués à voir des enfants aussi sages et respectueux. Nous sommes très contents de vous voir nombreux et remplis d’amour. Merci beaucoup. Continuez bien vos études pour faire avancer votre pays, étudiez bien, écoutez les conseils de vos professeurs. Je passe la parole à Mgr di Falco. »




Accueil par les élèves de l'école d'Akamasoa à Tananarive :






Voici une lettre du Père Pedro adressée à Mgr Jean-Michel di Falco Léandri :
 

 

Cher Monseigneur Jean-Michel,

J'étais très heureux de faire ta connaissance à l'ambassade de France, lors du dîner du dimanche soir, et j'étais plus heureux encore de ta visite au village d'Akamasoa !

C'est certain qu'en si peu de temps, vivre tant d'expériences, c'est difficile de comprendre la vraie réalité des choses !

Derrière tous ces grands sourires se cachent beaucoup de souffrance et de non-dits.

Mais ce peuple malgache, il est bon par nature, très accueillant et très respectueux, mais l'extrême pauvreté est en train de changer cette âme malgache dans les grandes villes, mais aussi dans la campagne où il y a beaucoup d'insécurité !

 

Je voudrais te remercier pour le chèque que tu nous a laissé qui servira à faire vivre toutes ces familles qui travaillent, mais dont le salaire ne suffit pas pour faire vivre leurs nombreux enfants !

Vous avez vu deux de nos écoles et vous avez constaté le grand nombre d'enfants et de jeunes. Tous ces enfants sont la richesse de ce pays à condition qu'on s'occupe d'eux, qu'on les éduque à leur responsabilité et au respect des autres !

 

Ce premier village où vous êtes venus, on l'appelait Beyrouth, puisqu’il y avait beaucoup de violence !

Grâce à la Providence et aux gens qui nous ont aidés, nous avons changé l'ancienne décharge qui était un enfer en une oasis pacifique et de solidarité !

Dieu seul sait ce qu’il nous a coûté pour réaliser tout cela !

Mais nous savons aujourd'hui que nous devons continuer plus que jamais ce combat quotidien pour leur dignité et préparer leur avenir !

Nous devons continuellement créer aussi des sources d'emplois pour que ces familles pauvres puissent devenir un jour autosuffisantes !

 

Merci Jean-Michel de m'avoir accepté comme un frère, nous avons besoin dans notre Eglise d'êtres plus fraternels et plus sensibles aux problèmes des jeunes et des pauvres d'aujourd'hui !

 

Espérons que votre visite puisse aider le diocèse d'Antsirabe et le reste des pauvres de Madagascar !

 

Très fraternellement,

 

Pedro

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article