Fête de la Sainte Geneviève 2010 avec la gendarmerie du département des Hautes-Alpes

Publié le par SP

La gendarmerie nationale du département des Hautes-Alpes fêtait la Sainte-Geneviève ce vendredi 26 novembre. Cette fête a rassemblé en grand nombre gendarmes et fidèles au cours de la messe célébrée en l'église Saint Roch par Mgr Félix Caillet, vicaire général.

Ci-dessous, quelques photos de la célébration et l'homélie de Mgr Félix Caillet.

2010-11-26-Sainte-Genevieve 0109 - Copie 2010-11-26-Sainte-Genevieve 0108-copie-1

Un aperçu des autorités. De gauche à droite :
M. Jean-Philippe Legueult,
secrétaire général
de la préfecture des Hautes-Alpes,
M. Philippe Toccanier,
procureur de la République près le TGI de Gap,
M. Nicolas Chapuis,
préfet des Hautes-Alpes,
le Colonel Robin Joubert,
commandant le groupement de la gendarmerie
départementale des Hautes-Alpes.

Les porte-drapeaux.

 

 

 

 

 


 

2010-11-26-Sainte-Genevieve 0111 - Copie

2010-11-26-Sainte-Genevieve 0115 - Copie

Mgr Félix Caillet, vicaire général,
et le Père Yves Scelle, curé in solidum de Gap.

Mgr Félix Caillet pendant l'homélie.



 

HOMELIE DE LA MESSE
Pour la fête de Sainte Geneviève, patronne des gendarmes
Eglise Saint-Roch - 26 novembre 2010

 

Cette maman, mère des fils de Zébédée, ressemble bien à toutes les mamans ou presque avec son rêve de voir ses enfants connaître le prestige. Pensez donc, un à droite et l’autre à gauche du Christ dans son Royaume : pas de meilleures places que ces deux-là ! Cela vous fait peut-être penser au premier jour où vous avez porté l’uniforme et qu’ainsi vêtu, vous vous êtes présenté aux parents ou à l’être cher pour lequel votre cœur battait. Ne parle-t-on point du prestige de l’uniforme ? Il y a celui des grands jours et celui des manœuvres… celui des représentations et celui de l’engagement au service du pays et des populations. Ils ont la même dignité, la tenue de gala et le treillis que vous portez pour chercher un disparu, la tenue de sécurité quand il vous faut venir à bout d’un forcené, la tenue blanche de la recherche scientifique et le survêtement d’entraînement sportif. Quand vous les porterez désormais, vous pourrez penser à la tenue de service de l’Evangile, le linge ceint autour des reins, celle que le Christ portait pour laver les pieds de ses disciples. « Celui qui voudra devenir grand se fera votre serviteur. » Votre mission est bien d’être « au service » dans une grande disponibilité, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Vos conjoints et vos enfants en savent quelque chose.

 

Le Fils de l’Homme sera livré ! Mesurons-nous le poids de ce que nous professons dans notre Credo : « Il est descendu aux enfers ! » Je l’ai pour ma part redécouvert le jour où je suis entré pour la première fois à la maison d’arrêt de Gap comme aumônier après avoir passé une journée aux Baumettes ! A vous, hommes et femmes qui vous reconnaissez aujourd’hui disciples du Christ et engagés à sa suite, vous savez ce que cela représente de, - non pas descendre aux enfers, (un seul l’a fait et il l’a bien fait !) - mais de vous en approcher. Ne seraient-elles pas au bord des enfers, sinon dedans, les personnes enferrées dans la délinquance, les poings fermés sur les barreaux de la violence, les personnes emprisonnées dans leurs addictions à la drogue, à l’alcool, au jeu… Quand vos pas vous guident aux bords des enfers, rappelez-vous la parole de Paul aux Romains : « Quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé ! » Il est saisissant le respect que vous portez aux malfrats quand, en transparence du caractère odieux de leur crime, vous reconnaissez une personne humaine, et mieux un frère, une sœur en Christ ! « Mon cœur, ma chair sont un cri…. » disions-nous avec le psaume 83 à l’instant. Ces personnes qui dérapent dans leur vie, lancent souvent un cri : le cri de ne pas avoir été aimées au point d’avoir dû, dans leur enfance et leur adolescence, affronter les refus et les interdits de leurs parents ! le cri de ne pas avoir appris que l’amour était infiniment plus fort que la violence ! Souvenez-vous des paroles de Geneviève votre patronne lors du siège de Paris en 451 : « Que les hommes fuient, s’ils veulent, s’ils ne sont plus capables de se battre. Nous les femmes, nous prierons Dieu tant et tant qu’il entendra nos supplications ! » De fait Paris fut épargné. Ces cris des humains traversent les cieux !

 

Qu’ils sont beaux les pieds des messagers de la Bonne Nouvelle ! Il vous revient trop souvent d’avoir à vous présenter à des familles pour annoncer de tragiques nouvelles. Ces instants-là, les mots manquent mais votre présence parle et elle parle infiniment plus ! « Le Fils de l’Homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie ». Je suis frappé de voir dans les villages combien on garde la mémoire de tel ou tel d’entre vous, retraité aujourd’hui. C’est parce que vous avez été des hommes et des femmes en qui la dignité s’était incarnée, c’est parce que celui que vous admonestiez, que vous verbalisiez était à vos yeux d’abord et essentiellement une personne et non un contrevenant ou un délinquant…C’est une gageure de ne pas outrancier les victimes quand on garde respect à l’égard de l’assassin. Après tout, le Christ n’a-t-il pas été en croix entre les deux larrons !?« Si tes lèvres confessent que Jésus est Seigneur, si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. » Il n’y a pas de distinction entre Juif et Grec : tous ont le même Seigneur « riche en miséricorde envers tous ceux qui l’invoquent. »

 

Puisque Geneviève a assuré la protection de Paris par sa seule prière, je sais que quelques-uns d’entre vous prient quand ils passent des heures sur les bords des routes. Ils portent dans leurs prières les victimes secourues. Ils disent et redisent, sans que personne ne le sache, la prière du Gendarme ! Alors, ils y puisent force et réconfort, conversion du cœur et du regard. Sachez aussi que nos communautés vous portent plus que vous ne pouvez le penser dans leurs prières. Ce rassemblement et cette célébration en sont le signe.

 

A vous tous, femmes et hommes, retraités et actifs, Bonne Fête.

 

Mgr Félix Caillet
Vicaire général


 

 

 

 

  

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article