Mercredi, 2e semaine de l'Avent : l'amour dilate le coeur

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun

« Venez à moi, vous tous qui peinez » (Mt 11, 28-30)
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

 

En ce temps-là, Jésus prit la parole :

« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »
 


L’Avent avec Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus :

 

Voici ce que Jésus m'enseigne encore : "Donnez à QUICONQUE vous demande ; et si l'ON PREND ce qui vous appartient, ne le redemandez pas." Donner à toutes celles qui demandent, c'est moins doux que d'offrir soi-même par le mouvement de son coeur ; encore lorsqu'on demande gentiment cela ne coûte pas de donner, mais si par malheur on n'use pas de paroles assez délicates, aussitôt l'âme se révolte si elle n'est pas affermie sur la charité. Elle trouve mille raisons pour refuser ce qu'on lui demande et ce n'est qu'après avoir convaincu la demandeuse de son indélicatesse qu'elle lui donne enfin par grâce ce qu'elle réclame, ou qu'elle lui rend un léger service qui aurait demandé vingt fois moins de temps à remplir qu'il n'en a fallu pour faire valoir des droits imaginaires.

 

Si c'est difficile de donner à quiconque demande, ce l'est encore bien plus de laisser prendre ce qui appartient sans le redemander ; ô ma Mère, je dis que c'est difficile, je devrais plutôt dire que cela semble difficile, car le joug du Seigneur est suave et léger, [Mt 11,30] lorsqu'on l'accepte, on sent aussitôt sa douceur et l'on s'écrie avec le Psalmiste : "J'ai COURU dans la voie de vos commandements depuis que vous avez dilaté mon coeur." [Ps 119,32]

 

Il n'y a que la charité qui puisse dilater mon coeur.

 

Manuscrit C, folio 15 verso et folio 16 recto.

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article