Les voeux de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri et... ceux de Dieu !

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun


voeux 2010 

L'Adoration des Mages
Début du XVIe siècle

Peintures murales de la chapelle Sainte-Lucie de Puy-Chalvin à Puy-Saint-André (05).
La chapelle a été rouverte en juin 2009 après restauration des peintures murales et du mobilier.



"Nous vivons dans un bien pauvre siècle.
      Cependant, il pourrait être grand :
 rappelez-lui sa pauvreté et sa grandeur."

             Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars (1786-1859)



                      Monseigneur
      Jean-Michel di FALCO LEANDRI

          Evêque de Gap et d'Embrun

                     vous souhaite
             de joyeuses fêtes de Noël
   et une année 2010 pleine d'Espérance.
 


                                    -----------------

 

Les voeux de Dieu !

En ce début d’année, nous échangeons nos meilleurs vœux de bonheur, de prospérité, de bonne santé, de paix.

Dieu aussi nous présente les siens. Y avons-nous pensé ? J’en doute. Il faut dire qu’il n’apparaît pas à la télévision pour nous les présenter !

Et pourtant, si on y regarde d’un peu plus près, Dieu est bien plus prodigue que nous et nos millions de SMS, d’appels téléphoniques et de cartes de vœux !

Lui « fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons » (Matthieu 5, 46). Alors que notre tendance à nous serait plutôt de nous adresser qu’à ceux que nous aimons ou estimons ou avec qui nous désirons entretenir de bonnes relations.

Lui ne veut que notre bien, même si nous traversons une épreuve. « Dieu est amour » dit saint Jean (1 Jean 4, 8). Dieu n’est qu’amour. Rien d’autre. Alors que nous, nous ne voulons pas toujours que du bien.

Lui souhaite le meilleur pour nous : « Je sais, moi, les desseins que je forme pour vous, desseins de paix et non de malheur, pour vous donner un avenir et une espérance. » (Jérémie 29, 11) Alors que nous, nous bridons nos souhaits.

Lui pense à chacun de nous de manière particulière : « Est-ce qu’on ne vend pas cinq moineaux pour deux sous ? et pas un seul n’est indifférent aux yeux de Dieu. Quant à vous, même vos cheveux sont tous comptés. Soyez sans crainte : vous valez plus que tous les moineaux du monde. » (Luc 12, 6-7) Alors que nous, nous sommes indifférents à beaucoup.

Lui pense à nous tous les jours : « Ne cherchez pas ce que vous pourrez manger et boire ; ne soyez pas inquiets. […] Votre Père sait que vous en avez besoin. » (Luc 12, 29-30) Alors que nous, nous ne nous rappelons certaines personnes qu’en cette période de l’année.

Lui paie de sa personne. Il a envoyé son Fils pour nous sauver (cf. Jean 3, 16-17). Alors que nous, nous formulons nos vœux du bout des lèvres sans nous engager vraiment.

Finalement, lui souhaite le meilleur tous les jours, et à tout le monde, et en s’impliquant totalement… et nous ne le voyons pas ?...

C’est que nous avons plutôt tendance à nous rappeler le mal qui nous a été fait que le bien. Considérons un peu notre vie. Utilisons la période des vœux pour adresser à Dieu un « ex voto » en remerciement pour tout le bien qu’il a fait dans notre vie. Souhaitons-nous d’être plus attentifs à ses bienfaits dans l’année qui vient.

L’évangile selon saint Luc va nous accompagner de dimanche en dimanche. Une belle occasion de méditer les paraboles du bon pasteur partant à la recherche de la brebis perdue, de la femme balayant la maison pour retrouver la drachme égarée, du père guettant le retour du fils prodigue. Ce ne sont pas là de belles histoires. C’est la réalité de ce que Dieu est pour nous, concrètement, tous les jours, si nous voulons bien avoir des yeux pour voir et des oreilles pour entendre, si nous voulons bien nous laisser instruire par l’Evangile.

Bonne année !


                                                                                                   Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
                                                                                                   Evêque de Gap et d'Embrun



   

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article