Un livre qui intéressera un large public

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun

 

 

 

lumieredumonde-copie-1.jpg

 

 

 


 

 

Présentation par le Père Pierre Fournier


Ce livre est assez inattendu ! Ces entretiens avec Benoît XVI ont été réalisés par le journaliste allemand Peter Seewald, quatorze ans après un premier livre en dialogue avec le cardinal Joseph Ratzinger intitulé Le sel de la terre. Peter Seewald mentionne que le pape est perçu comme "d'une subtilité hors du commun et d'une inconcevable ardeur au travail" (p. 12). Le sous-titre situe bien l'ensemble : "Le pape, l'Eglise et les signes des temps". L'importante préface de l'auteur donne le ton, en brossant une large fresque sur les évolutions de l'Eglise dans l'image qu'elle donne d'elle-même auprès de nos contemporains. Ces éléments sont développés dans la première partie : "Les signes des temps".

 

Le Pape s'exprime vraiment avec son "parler vrai", au point qu'il ne laisse pas indifférent sur sa personne et sur sa responsabilité. Un livre "évaluation d'étape" sur ses cinq premières années de pontificat. Un livre synthèse, car, au feu des questions, Benoît XVI donne son éclairage sur les (quatre) horizons fondamentaux de toute religion.

Sur la relation à Dieu : ici, la relation au Christ est le fil rouge. Elle se lit dans le titre qui, bien sûr, est inspiré de la parole de Jésus se présentant comme "lumière du monde" (cf. p. 15, 28, 54, et 237). Benoît XVI rappelle son attachement au Christ depuis sa jeunesse et son bonheur d'avoir pu écrire son important Jésus de Nazareth (Flammarion, 2007, avec un second et dernier tome à paraître sous peu). Il se dit "lié d'amitié" à des figures de la foi, de saint Augustin (p. 35, 86,..) à  Joséphine Bakhita, la récente sainte soudanaise (p. 31) et à Teilhard de Chardin (p.220).

Sur le plan doctrinal : la foi en Dieu Trinité. Il rappelle, parmi ses livres, son commentaire du Credo, La foi chrétienne hier et aujourd'hui (1968 ; Cerf, 1996), livre qui, dit-il, a attiré l'attention de Jean-Paul II sur lui.

Sur la manière de célébrer Dieu : le Pape souligne les orientations de la liturgie pour qu'elle soit expressive de la grandeur de Dieu.

Enfin, sur les enjeux éthiques de la foi chrétienne : Benoît XVI répond ici sur les questions de la morale individuelle, sexuelle, sociale, économique et politique. Il situe l'importance de son encyclique La charité dans la vérité sur les questions socio-économiques et financières mondiales et sur ce que le Père Henri Madelin appelle "la nécessaire frugalité", le choix de rompre avec la surconsommation.

 

Sur ces quatre domaines, Benoît XVI fait preuve d'une étonnante culture et connaissance des situations, et d'une grande acuité d'analyse. Apportant son diagnostic sur tous ces domaines essentiels, Benoît XVI appelle à d'urgentes conversions personnelles et communautaires. Son "parler vrai" veut déboucher sur un "orienter vrai". De ce fait, le chapitre "Le temps de la conversion", à la fin de la partie sur "Les signes des temps", est une clé de la pensée et de l'action de Benoît XVI. Par rapport aux diverses crises actuelles et à la diffusion du relativisme, "l'un des éléments de cette conversion consiste à remettre Dieu à la première place" (p. 90). Benoît XVI voit sa mission comme devant continuer à "ouvrir une percée à la foi, la montrer comme le centre et le chemin, saisir la dramaturgie de l'époque, maintenir en vie la Parole de Dieu comme parole décisive, et, en même temps, donner au christianisme cette simplicité et cette profondeur sans laquelle il ne peut pas agir" (p. 95).

 

La deuxième partie fait le point sur le pontificat de Benoît XVI suite au pontificat historique de Jean-Paul II : le travail avec la curie romaine, les relations œcuméniques et interreligieuses (avec les juifs, les musulmans,..), ses trois encycliques, le motu proprio sur la liturgie de Vatican II et le rite "extraordinaire" (tridentin), les voyages pastoraux et les JMJ, la levée des excommunications et l'affaire Willamson, le voyage en Terre Sainte, etc.

 

En troisième partie, Benoît XVI est devant le "Où allons-nous ?" Les évolutions de la foi dans la société et la laïcité, les marques d'antichristianisme, le prétendu blocage des réformes dans l'Eglise (situation des divorcés remariés, régulation des naissances,..), le dialogue avec les cultures, la nécessité d'une purification et rénovation interne de l'Eglise, les appels du Christ aujourd'hui et le regard vers l'avenir en Dieu.

 

Au final, Benoît XVI s'est livré aux questions, sans concessions et très approfondies, de Peter Seewald. Il y répond sans détour, ou plus exactement, il "rebondit" à partir d'elles, souvent en apportant le regard global, mondialisé, que ses rencontres lui apportent. De ce fait, il y a une dialectique stimulante entre les questions et les réponses. Les questions, très fouillées, gardent leur valeur en elles-mêmes. Elles sont de véritables supports de réflexion. Et les réponses entraînent sur des espaces qui ouvrent et prolongent.

 

Les paroles finales résument ce qui tient le plus à cœur au pape à partir de l'événement du Christ perçu comme le "Christ qui vient" (p.91). Des paroles aux accents johanniques et pauliniens : "Que nous devenions capables de Dieu, pour pouvoir ainsi entrer dans la vie véritable, dans la vie éternelle. Le Christ est effectivement venu pour que nous connaissions la vérité. Pour que nous puissions toucher Dieu. Pour que la porte nous soit ouverte. Pour que nous trouvions la vie, la vie véritable, celle qui n'est plus soumise à la mort" (p. 239).

 

D'utiles Annexes donnent une chronique du pontificat depuis 2005 et des extraits de documents : lettre à l'Eglise d'Irlande sur les abus sexuels, discours à Ratisbonne sur foi et violence, interview sur sida et humanisation de la sexualité.

Bref, ce livre est une quasi-synthèse de la foi chrétienne telle qu'elle peut être annoncée dans le monde actuel qui comporte, certes, des faiblesses, mais "notre temps est aussi un temps d'Avent, qui offre aussi beaucoup de bien" (p. 90).

 

Père Pierre Fournier,

Service diocésain de formation


 

 

 

 

 

Disponible depuis le 26 novembre, vous pouvez vous procurer Lumière du monde dans toutes les bonnes librairies ; notamment à la librairie Siloë - 13, rue Carnot - à Gap, et à la librairie du Sanctuaire Notre-Dame du Laus.


Publié dans Actualité

Commenter cet article