Des Haut-Alpins du diocèse de Gap et d'Embrun en Ethiopie : deux semaines de pèlerinage-découverte

Publié le par VA

Le service diocésain de Formation associé à la direction diocésaine des Pèlerinages a réalisé pendant deux semaines, du 7 au 21 février, un pèlerinage découverte en Ethiopie. Objectif ? Découvrir la vie des populations éthiopiennes, les racines bibliques du pays et rencontrer des responsables d’Eglise(s). Un voyage de haute volée pour onze Haut-Alpins rassemblés autour du Père Pierre Fournier, responsable de la formation permanente des laïcs.

L’Ethiopie : une superficie deux fois plus grande que la France pour une population de 82 millions d'habitants, rurale à 80%. Les paysans cultivent la terre en utilisant le modeste moyen de l’araire tractée par des bœufs zébus ; ils tirent parti du moindre terrain disponible. La moitié des habitants souffre du manque d'eau et sont soumis à la corvée d’eau potable quotidienne. « Le gouvernement, nous dit-on, a lancé un grand défi : il vise à rendre l’eau accessible à toute la population d’ici 2015 ».

Le groupe a été reçu en audience par l’Archevêque d’Addis Abeba, Mgr Berhaneyesus Sourafiel, francophone. Avec affabilité et humour, il a répondu à nos questions sur la place des catholiques (moins de 1 % de la population) dans la vie du pays, sur leurs contacts avec les nombreux orthodoxes (45%) de l’Eglise Téwahédo et avec les musulmans, sur le rôle de l’Eglise catholique dans la région troublée
de la « Corne de l’Afrique ». Les Petites Sœurs de Jésus nous ont reçus dans un quartier pauvre où elles vivent immergées discrètement. Elles sont signes du Christ frère de tous. Le Père Philippe SIDOT, spiritain originaire de la Drôme, joue le rôle de coordonateur pour les nombreuses congrégations en service auprès de la population. Son action œcuménique consiste aussi à apporter un soutien à la formation des prêtres orthodoxes. Comme convenu, il nous conduit auprès du responsable de l’association « Godanav ». Nous avons apporté des vêtements pour les enfants. Les mamans sont des jeunes filles qui ont été abusées et qui peuvent trouver ici un accueil pour accoucher. A Godanav, elles trouvent la chance de garder leur enfant et de l’éduquer. Pendant une année, elles sont accueillies pour le soutien moral et pour se former en couture, tissage, coiffure... Quand partent les jeunes mamans, elles sont mieux préparées pour continuer l’éducation de leur enfant, fonder un foyer, trouver du travail.

ETHIOPIE 016
A Lalibela, le groupe visite les églises orthodoxes taillées dans le rocher (photo Michel Maurel).
ETHIOPIE 462

  A Lalibela, dans les contre-forts des églises ortohodoxes taillées dans le rocher.


 

S
ur un parcours de quelque 1800 km, nos onze Haut-Alpins ont vu le travail mené avec détermination pour améliorer les routes de montagnes et pour goudronner les pistes, notamment la « Route des Chinois ». A Dessié, l’hébergement est chez les Sœurs Ursulines et les Pères Capucins qui tiennent une école. Nous participons le matin à la prière (silencieuse par respect pour les différentes religions) et au lever des couleurs avec les 1120 élèves regroupés dans la cour ! A Lalibela, c’est la Ville Sainte, la Jérusalem d’Afrique, avec ses onze églises, taillées dans le rocher, magnifiques. L’église Saint-Georges est taillée comme une arche de Noé en forme de croix du Christ. A Gondar, les Pères Cisterciens nous font visiter leur chapelle paroissiale et leur école où l'émulation encourage le travail des élèves. Les Sœurs de Mère Térésa nous conduisent dans leur dispensaire à la rencontre des enfants malades ou infirmes, de leurs mamans, des personnes handicapées et des personnes en fin de vie. A Bahar Dar, au bord du Lac Tana et près des sources du Nil Bleu, les Sœurs Vincentiennes tiennent une école ouverte aux élèves de toute religion. Les Pères Lazaristes vont quant à eux développer leur centre d’accueil pour les jeunes et les familles où ils nous hébergent. A Addis-Abéba, notre hébergement est chez les Frères des Ecoles Chrétiennes avec les postulants. Le Frère Kassu Fantaye est notre interlocuteur régulier. Pour améliorer leur travail scolaire et disposer d'un lieu éducatif, il suit le chantier de construction d’un centre d’accueil pour les jeunes du quartier. Avec le Dr Guetahun, nous visitons l’Hôpital Général St Yared : le service maternité, le service traumatologie...

A Addis Abéba, deux rencontres nous permettent de mieux connaître des réalisations soutenues par le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD). Avec Aman Degif, membre de
l’association de solidarité de l’Archevêché (ECC), trois réalisations nous sont présentées : la construction de puits à Ankober en collaboration avec des Orthodoxes ; à Arada, au centre de la capitale, la construction de sanitaires ; et un travail avec un village pour renouveler les espèces animales et les cultures. Avec Alemayehu Méchessa, de l’association OSRA, nous découvrons l’action menée dans la région rurale de l’Oromo. Objectif ? Soutenir les valeurs de solidarité et de responsabilisation, lutter pour « l’équité entre hommes et femmes », améliorer les semences et les productions céréalières. Ces interlocuteurs nous disent combien a été dynamisante leur venue en France en divers diocèses lors des campagnes de Carême avec le CCFD. En effet, ils ont pu dialoguer avec des évêques ou des prêtres et des laïcs impliqués dans les paroisses et les mouvements pour « le développement de tout homme et de tout l’homme » (Paul VI).

ETHIOPIE 888

Près de Bahar Dar, aux chutes du Nil Bleu où l'eau est si précieuse et vitale pour la population très rurale. Elle permet l'irrigation et la production d’électricité.

ETHIOPIE 047

Au cœur d’Addis Abéba, rencontre avec les Petites Sœurs de Jésus : de gauche à droite : Sr Monique-Gabrièle, Sr Askale, Sr Askale-Mariam.



Chemin faisant, nous nous sommes placés dans la lumière de l’aventure biblique du pays. L’Ethiopie est un pays biblique du fait qu’il est mentionné dans les livres de Judith, d’Esther, d’Ezéchiel, comme le pays du Sud lointain. Au psaume 68,32 : « L’Ethiopie tendra les mains vers Dieu ». Au psaume 87,4 : « Tu peux être né à Tyr, en Philistie, ou même en Ethiopie, tes sources sont à Jérusalem, la Ville sainte ! ». La reine de Saba (Ethiopie) est elle-même venue à Jérusalem à la rencontre du roi Salomon et elle a adhéré à la foi du Peuple d’Israël (1 Rois). Les Actes des Apôtres (8,27) rapportent comment, dès après Pentecôte, un juif Ethiopien, l’intendant de la reine Candace, est venu en pèlerinage à Jérusalem et a été baptisé par Philippe, repartant vers son pays d’Ethiopie « plein de joie » en ayant accueilli la lumière du Christ.

Pour appuyer ce pèlerinage-découverte en Ethiopie,  Mgr Jean-Michel di Falco Léandri avait adressé une lettre de recommandation à l’archevêque d’Addis Abéba et à plusieurs interlocuteurs. Au fil des visites et des rencontres, ces deux semaines ont permis de vivre un séjour inoubliable. Au retour d’Ethiopie, notre groupe de participants, actifs en divers domaines de l’animation paroissiale ou pastorale auprès de jeunes, en différents mouvements ou organismes, ou en formation permanente, saura partager ses découvertes. Des visages, des paroles, des rencontres, des paysages, habitent maintenant la mémoire de nos cœurs et nos pensées.


_____________

Publié dans Actualité

Commenter cet article