Carême - Dimanche 10 avril - Du nouveau livre de Benoît XVI sur Jésus : La vie éternelle

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun

 

Le Carême prépare à Pâques, cœur de la foi chrétienne, fêtée cette année le dimanche 24 avril. Temps de prière, de partage et de conversion intérieure, il peut se vivre en famille, en paroisse, en communautés, mais également à l’aide d’internet.

www.diocesedegap.com propose chaque jour de la semaine un texte, une prière et un dessin. Et chaque dimanche, www.diocesedegap.com présente l'Evangile du jour et un extrait du dernier livre de Benoît XVI sur Jésus.

 

 

 

Evangile : Mort et résurrection de Lazare (Jn 11, 1-45 [Lecture brève : 11, 3-7.20-27.34-35])

 
Marthe dit à Jésus : « Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort. Mais je sais que, maintenant encore, Dieu t'accordera tout ce que tu lui demanderas. »

Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. »

Marthe reprit : « Je sais qu'il ressuscitera au dernier jour, à la résurrection. »

Jésus lui dit : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s'il meurt, vivra ; et tout homme qui vit et qui croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? »

Elle répondit : « Oui, Seigneur, tu es le Messie, je le crois ; tu es le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde. »

 

 

 

 images 2

 

De l'entrée à Jérusalem à la Résurrection

Editions du Rocher

350 pages, 22 €

 

 

Propos sur la vie éternelle :


"L’expression « vie éternelle » ne signifie pas – comme pense peut-être d’emblée le lecteur moderne – la vie qui vient après la mort, alors que la vie présente est justement passagère et non pas une vie éternelle. « Vie éternelle » signifie la vie elle-même, la vraie vie, qui peut être vécue aussi dans le temps et qui ensuite ne s’achève pas par la mort physique. C’est ce qui nous intéresse : embrasser d’ores et déjà « la vie », la vraie vie, qui ne peut plus être détruite par rien, ni par personne.

Cette signification de la « vie éternelle » apparaît de façon très claire dans le chapitre sur la résurrection de Lazare : « Qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais » (Jn 11, 25s.). « Vous verrez que je vis et vous aussi, vous vivrez », dit Jésus au cours de la dernière Cène (Jn 14,19), montrant par là encore une fois que ce qui caractérise le disciple de Jésus c’est qu’il « vit » – donc, qu’au-delà du simple fait d’exister, il a trouvé et embrassé la vraie vie, celle que tous recherchent. Selon ces textes, les premiers chrétiens se sont simplement appelés « les vivants » (hoi zontes). Ils avaient trouvé ce que tous cherchent : la vie elle-même, la vie pleine et donc indestructible."

 

Pages 105-106

 


 

 

 

 


Publié dans Actualité

Commenter cet article