Carême - Dimanche 17 avril - Du nouveau livre de Benoît XVI sur Jésus : La royauté de Jésus

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun

 

Le Carême prépare à Pâques, cœur de la foi chrétienne, fêtée cette année le dimanche 24 avril. Temps de prière, de partage et de conversion intérieure, il peut se vivre en famille, en paroisse, en communautés, mais également à l’aide d’internet.

www.diocesedegap.com propose chaque jour de la semaine un texte, une prière et un dessin. Et chaque dimanche, www.diocesedegap.com présente l'Evangile du jour et un extrait du dernier livre de Benoît XVI sur Jésus.

 

 

 

Evangile : Les Rameaux (Mt 21, 1-11)

 

Quelques jours avant la fête de la Pâque, Jésus et ses disciples, approchant de Jérusalem, arrivèrent à Bethphagé, sur les pentes du mont des Oliviers. Alors Jésus envoya deux disciples : « Allez au village qui est en face de vous ; vous trouverez aussitôt une ânesse attachée et son petit avec elle. Détachez-les et amenez-les moi. Et si l'on vous dit quelque chose, vous répondrez : 'Le Seigneur en a besoin, mais il les renverra aussitôt.' »

Cela s'est passé pour accomplir la parole transmise par le prophète : Dites à la fille de Sion : Voici ton roi qui vient vers toi, humble, monté sur une ânesse et un petit âne, le petit d'une bête de somme.

Les disciples partirent et firent ce que Jésus leur avait ordonné. Ils amenèrent l'ânesse et son petit, disposèrent sur eux leurs manteaux, et Jésus s'assit dessus. Dans la foule, la plupart étendirent leurs manteaux sur le chemin ; d'autres coupaient des branches aux arbres et en jonchaient la route. Les foules qui marchaient devant Jésus et celles qui suivaient criaient : « Hosanna au fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna au plus haut des cieux ! »

Comme Jésus entrait à Jérusalem, l'agitation gagna toute la ville ; on se demandait : « Qui est cet homme ? »  Et les foules répondaient : « C'est le prophète Jésus, de Nazareth en Galilée. »

 

 

 images 2

 

De l'entrée à Jérusalem à la Résurrection

Editions du Rocher

350 pages, 22 €

 

 

Propos sur la royauté de Jésus :


 

"Jésus revendique le droit royal de la réquisition de moyens de transport, un droit connu dans toute l’antiquité (cf. Pesch, Markusevangelium ii, p. 180). Et le fait qu’il s’agisse d’un animal, sur lequel personne n’est encore monté, renvoie aussi à un droit royal. Mais, surtout, il y a une allusion à ces paroles vétérotestamentaires qui donnent à tout le déroulement de la scène sa signification la plus profonde.

[…]

Pour le moment gardons ceci à l’esprit : Jésus revendique, de fait, un droit royal. Il veut que son cheminement et son agir soient compris selon les promesses de l’Ancien Testament, qui, en lui, deviennent réalité. L’Ancien Testament parle de lui – et inversement : il agit et il vit dans la Parole de Dieu, et non selon des programmes et des désirs qui seraient siens. Son exigence se fonde sur l’obéissance face à l’ordre du Père. Son cheminement est un cheminement à l’intérieur de la Parole de Dieu. L’ancrage au texte de Zacharie 9,9 exclut en même temps une interprétation « zélote » de la royauté : Jésus ne se fonde pas sur la violence ; il n’engage pas une insurrection militaire contre Rome. Son pouvoir est d’un caractère différent : c’est dans la pauvreté de Dieu, dans la paix de Dieu, qu’il reconnaît l’unique pouvoir qui sauve."

 

Pages 17-19


 

 

 

 


Publié dans Actualité

Commenter cet article