Carême - Dimanche 20 mars - Du nouveau livre de Benoît XVI sur Jésus : Dieu essuiera toute larme

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun

 

Le Carême prépare à Pâques, cœur de la foi chrétienne, fêtée cette année le dimanche 24 avril. Temps de prière, de partage et de conversion intérieure, il peut se vivre en famille, en paroisse, en communautés, mais également à l’aide d’internet.

www.diocesedegap.com propose chaque jour de la semaine un texte, une prière et un dessin. Et chaque dimanche, www.diocesedegap.com présente l'Evangile du jour et un extrait du dernier livre de Benoît XVI sur Jésus.

 

 

 

Evangile : La Transfiguration (Mt 17, 1-9)

 

Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmène à l'écart, sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière. Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s'entretenaient avec lui.

Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est heureux que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. » Il parlait encore, lorsqu'une nuée lumineuse les couvrit de son ombre ; et, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis tout mon amour ; écoutez-le ! » Entendant cela, les disciples tombèrent la face contre terre et furent saisis d'une grande frayeur. Jésus s'approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et n'ayez pas peur ! » Levant les yeux, ils ne virent plus que lui, Jésus seul.

En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l'homme soit ressuscité d'entre les morts. »

 

 

 images 2

 

De l'entrée à Jérusalem à la Résurrection

Editions du Rocher

350 pages, 22 €

 

Quelques propos sur la Résurrection :


"Saint Marc nous raconte que les disciples réfléchissaient, en descendant de la montagne de la Transfiguration, préoccupés par la parole de Jésus selon laquelle le Fils de l’homme serait « ressuscité d’entre les morts ». Et ils se demandaient entre eux ce que signifiait « ressusciter d’entre les morts » (9,9s.). Et, de fait, en quoi cela consiste-t-il ? Les disciples ne le savaient pas et devaient l’apprendre seulement par la rencontre avec la réalité."

Page 277

 

"Les témoignages néotestamentaires ne nous laissent aucun doute sur le fait que dans la « résurrection du Fils de l’homme » quelque chose de totalement différent se soit produit [que la réanimation de personnes cliniquement mortes]. La résurrection de Jésus fut l’évasion vers un genre de vie totalement nouveau, vers une vie qui n’est plus soumise à la loi de la mort et du devenir mais qui est située au-delà de cela – une vie qui a inauguré une nouvelle dimension de l’être-homme."

Page 278

 

"Le Christ auprès du Père n’est pas loin de nous, c’est plutôt nous, qui sommes loin de lui ; mais le chemin entre lui et nous demeure ouvert. Ce n’est pas un parcours de caractère cosmique et géographique dont il s’agit ici, mais c’est la « navigation spatiale » du coeur qui conduit de la dimension du repliement sur soi à la dimension nouvelle de l’amour divin qui embrasse l’univers."

Page 323

 

"Lui [le Christ] qui s’est fait chair et maintenant demeure pour toujours homme, qui pour toujours a inauguré en Dieu la sphère de l’être humain – appelle tout le monde à venir dans les bras grands ouverts de Dieu, pour qu’à la fin Dieu devienne tout en tous et que le Fils puisse remettre au Père le monde tout entier rassemblé en lui (cf. 1 Co 15, 20-28). Cela implique la certitude dans l’espérance que Dieu essuiera toute larme, que rien qui soit privé de sens ne demeurera, que toute injustice sera dépassée et la justice établie. La victoire de l’amour sera l’ultime parole de l’histoire du monde."

Page 324


 

 

 

 


Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article