Carême - Jeudi 17 mars - La Môme de Dieu : on entre en scène comme on entre en religion

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun

 

Le Carême prépare à Pâques, cœur de la foi chrétienne, fêtée cette année le dimanche 24 avril. Temps de prière, de partage et de conversion intérieure, il peut se vivre en famille, en paroisse, en communautés, mais également à l’aide d’internet.

www.diocesedegap.com propose chaque jour, du Mercredi des Cendres (9 mars) au Vendredi Saint (22 avril) un texte, une prière et un dessin.

 

 

 

La Môme de Dieu

 

Chaque pays a ses emblèmes préférés, ses héros en qui il se retrouve. C’est ainsi que les Français d’aujourd’hui ont toujours présents à la mémoire les refrains populaires de la "môme Piaf ".

Elle a commencé sa vie dans le noir, par du noir, dans des milieux sordides, mais qui l’aimaient et où elle voulait aimer, rêver, espérer… Pas de père, des "petites mamans" (les locataires d’une maison de passe !) A seize ans, le premier enfant, mort à deux ans. Mais elle brûle toujours de l’envie d’aimer, du bel inconnu. Et puis un sentiment profond, irrépressible du Divin. Beaucoup de ses chansons ont des résonances chrétiennes, elles prêchent le Bon Dieu, les anges, le paradis, les noces, le péché, le pardon.

Paul Meurisse, qui l’aperçoit sur scène pour la première fois, témoigne : « Sa voix, c’était un cri d’amour. Ses mains posées le long du corps sur le fond noir de sa robe, leur finesse égalait la perfection. Sa foi : elle irradiait comme sortie d’un tableau du Greco. » Elle-même, qui se signait avant de franchir le rideau de scène, parle de sa légendaire petite robe noire comme d’un habit monacal : « On entre en scène comme on entre en religion… Ma petite robe, c’est comme le voile noir de sainte Thérèse, à la fois une protection et un dépouillement. En scène, je leur donne tout. Je ne garde rien pour moi […] Il faut combattre, il faut gagner. Comme Thérèse l’a fait. C’était une pêcheuse d’âmes. Moi aussi, je vais les pêcher. Mais il faut avoir Dieu avec soi. »

 

Sainte, Edith Piaf ? Sûrement pas dans le sens habituel et moral que l’on prête à ce terme. Mais cette voix déchirée, voix des vies blessées, voix des vies aimantes, dit la foi simple et confiante d’une petite fille, qui a aimé Jésus et que Jésus a aimée. « Non, la vie n’est pas triste, chante-t-elle, aime si tu veux qu’on t’aime. » (citations tirées d’ouvrages sur Edith Piaf, recueillies par l’hebdomadaire La Vie n° 3206, du 8 février 2007)

 


 

''La môme de Dieu''- jeudi 17 mars

© Basile Bosq

 

 

 

Prière :  Pour faire de moi, Seigneur, un pêcheur d’âmes, donne-moi, comme à Edith Piaf, une foi simple et confiante, un cœur disponible proche des blessés de la vie et de ceux qui t’ignorent.  

 

 

  Avec l'aimable autorisation de www.caremechretien.com pour le texte.

Dessin inédit de Basile Bosq pour www.diocesedegap.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Publié dans Actualité

Commenter cet article