Carême - Dimanche 13 mars - Du nouveau livre de Benoît XVI sur Jésus : Sur la vigilance

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun

 

Le Carême prépare à Pâques, cœur de la foi chrétienne, fêtée cette année le dimanche 24 avril. Temps de prière, de partage et de conversion intérieure, il peut se vivre en famille, en paroisse, en communautés, mais également à l’aide d’internet.

www.diocesedegap.com propose chaque jour de la semaine un texte, une prière et un dessin. Et chaque dimanche, www.diocesedegap.com présente l'Evangile du jour et un extrait du dernier livre de Benoît XVI sur Jésus.

 

 

 

Evangile : La tentation de Jésus (Mt 4, 1-11)

 

"Jésus, après son baptême, fut conduit au désert par l'Esprit pour être tenté par le démon. Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim. Le tentateur s'approcha et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. » Mais Jésus répondit : « Il est écrit : Ce n'est pas seulement de pain que l'homme doit vivre, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. »

Alors le démon l'emmène à la ville sainte, à Jérusalem, le place au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. » Jésus lui déclara : « Il est encore écrit : Tu ne mettras pas à l'épreuve le Seigneur ton Dieu. »

Le démon l'emmène encore sur une très haute montagne et lui fait voir tous les royaumes du monde avec leur gloire. Il lui dit : « Tout cela, je te le donnerai, si tu te prosternes pour m'adorer. » Alors, Jésus lui dit : « Arrière, Satan ! car il est écrit : C'est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, et c'est lui seul que tu adoreras. »

Alors le démon le quitte. Voici que des anges s'approchèrent de lui, et ils le servaient."

 

 

 images 2

 

De l'entrée à Jérusalem à la Résurrection

Editions du Rocher

350 pages, 22 €

 

Quelques propos sur la vigilance :


"La vigilance est demandée aux chrétiens. Cette vigilance signifie, d’une part, que l’homme ne s’enferme pas dans le moment présent en se donnant aux choses tangibles, mais élève le regard au-delà du momentané et de son urgence. Ce qui compte c’est de tenir librement le regard sur Dieu, pour recevoir de lui le critère et la capacité d’agir de façon juste.
Vigilance signifie surtout ouverture au bien, à la vérité, à Dieu, au milieu d’un monde souvent inexplicable et au milieu du pouvoir du mal. Cela signifie que l’homme cherche de toutes ses forces et avec grande sobriété à faire ce qui est juste, ne vivant pas selon ses propres désirs, mais selon l’orientation de la foi."

Pages 324-325

 

"La somnolence des disciples demeure tout au long des siècles l’occasion favorable pour les puissances du mal. Cette somnolence est un engourdissement de l’âme qui ne se laisse pas émouvoir par le pouvoir du mal dans le monde, par toute l’injustice et toute la souffrance qui dévastent la terre. il s’agit d’une insensibilité qui préfère ne pas percevoir tout cela ; elle se tranquillise en se disant qu’au fond tout cela n’est pas si grave, afin de pouvoir rester ainsi dans la jouissance d’une vie satisfaite d’elle-même."

Pages 178-179

 

 

"Etre vigilant signifie faire ici et maintenant la chose juste, comme si elle devait être accomplie sous les yeux de Dieu."

Page 65


 

 

 

 


Publié dans Actualité

Commenter cet article