Les évêques membres de la Commission Episcopale européenne pour les médias, à leurs frères évêques d’Europe

Publié le par AS

« Le développement actuel des communications sociales pousse l’Eglise à une sorte de révision pastorale et culturelle. (…) Les pasteurs en premier doivent être les interprètes de cette exigence » (Lettre apostolique « Le progrès rapide » de Jean-Paul II).
 
La culture des jeunes est façonnée par l’univers des moyens de communication. Devant la diversité des chemins de bonheur offerts par les médias, l’Eglise propose une autre manière de vivre à travers la rencontre avec le Christ. Ce témoignage doit être communiqué de manière authentique, avec un langage accessible aux jeunes tel que la musique qui n’a pas de frontières.
 
Quelles propositions faisons-nous aux jeunes pour répondre à leur recherche de vérité, de beauté, de foi et d’amour ? Savons-nous écouter ce que nous disent les jeunes, par leurs modes de vie, leurs choix, autant que par leurs mots ?
 
L’Eglise est appelée à inculturer la foi dans les nouvelles formes de relation créées par les médias. Par l’information, la formation, la découverte des autres cultures européennes, etc., l’Eglise peut aider les jeunes à construire l’Europe. La foi des jeunes révèle le visage du Christ, comme on peut le voir lors des Journées mondiales de la Jeunesse.
 
Les médias sont un don de Dieu. Accueillons-les de manière positive et manifestons de l’estime envers ceux qui y travaillent. Les nouvelles technologies contribuent à la création de nouvelles communautés de solidarité, d’amitié, de témoignages de foi, d’expressions dans le respect des opinions, etc. Elles peuvent être une chance si elles sont gérées de manière responsable et créative. C’est un défi que l’Eglise doit relever.
 
Nous, évêques membres du CEEM, et les différents experts présents, prêtres, religieuses, religieux et laïcs, parents et jeunes, invitons les évêques d’Europe à :
 
- impliquer les jeunes dans l’action pastorale. Il existe aujourd’hui dans de nombreuses productions audiovisuelles, musicales, cinématographiques, etc. des œuvres d’une grande richesse spirituelle et religieuse, même implicite. Sachons reconnaître et encourager ces réalisations. C’est la mission par exemple de jurys œcuméniques dans les festivals de cinéma et de productions télévisuelles. N’hésitons pas à inviter des jeunes à participer à ces organismes.
 
- insérer les communications sociales dans la pastorale de l’Eglise, investissant des ressources humaines et économiques d’une part pour l’éducation du public aux médias, d’autre part, pour la formation de professionnels. Si l’Eglise ne peut pas investir tous les champs, elle doit valoriser les initiatives qui correspondent à son engagement et se donner des priorités.
 
- proposer des actions nouvelles comme l’envoi de messages SMS pour inciter des rencontres de jeunes, participer aux forums sur Internet lorsque le sujet s’y prête, lancer une campagne publicitaire européenne, créer un site Internet européen multilingue, etc. Ces actions permettront à l’Eglise une plus grande visibilité auprès des jeunes et leur feront découvrir que le message évangélique peut répondre à leurs attentes.
 
Nous reprenons à notre compte les paroles du Christ : N’ayez pas peur ! Dès le début de son pontificat, le pape Benoît XVI nous y a engagés. Les jeunes attendent de nous que nous n’ayons pas peur des médias : allons où nous ne sommes pas attendus, entrons dans l’arène quand l’Eglise est appelée à intervenir dans les débats de société et encourageons ceux qui le font. Une Eglise absente ou trop complaisante ne sera respectée ni par les médias ni par les jeunes. Elle doit être elle-même.
Varsovie, le 18 septembre 2005

Publié dans Archives

Commenter cet article