Homélie du Père Félix Caillet pour le lundi de Pentecôte

Publié le par AS

Quittant la colline appelée « Mont des Oliviers », ils regagnèrent Jérusalem. A leur retour , ils montèrent  dans la chambre haute où ils se retrouvèrent. Il y avait là Pierre et Jean , Jacques et André , Philippe et Thomas , Barthélémy et Matthieu, Jacques, fils d’Alphée, Simon le Zélote et Jude, fils de Jacques. Tous unanimes étaient assidus à la prière, avec quelques femmes dont Marie, la mère de Jésus…

Marie est là au sein du groupe des disciples. Rien n’est dit de ce qu’elle fait et de ce qu’elle dit.  C’est vrai qu’elle ne peut même plus dire : « faites tout ce qu’il vous dira ! »  Elle est là… simplement.  Elle est là, première en chemin, avec l’Eglise en naissance.

Notre Eglise diocésaine vit un temps fort et marquant de son histoire.  Marie est là…  Elle est là au cours de ce rassemblement diocésain,  au milieu des baptisés d’aujourd’hui.  Elle nous est donnée par son Fils comme Mère de l’Eglise.

Marie demeure toujours première sur le chemin de l’Accueil.  « Accueillir l’autre comme le Christ ! »  Celle qui a accueilli l’ange faisant irruption dans sa cuisine –et surtout dans sa vie-  est chemin pour nos communautés chargées de mettre en place des lieux vivants et remplis de beauté, des lieux d’accueil, d’écoute et de partage….  Accueillir l’autre, c’est aussi faire un pas vers lui,  c’est opérer des déplacements en soi pour aller sur la rive de l’autre… N’est-ce pas la portée symbolique qu’a prise la visite de Marie à sa cousine Elisabeth…

Marie demeure toujours  première présente  au sein de cette humanité sauvée en Jésus-Christ et dont l’Eglise  en est le Sacrement.  Sans toujours bien comprendre sans doute immédiatement, Marie était là sans jamais se mettre en travers de l’engagement de son Fils.  Marie l’a accompagné et elle était là au pied de la Croix … elle était là attentive à ce manque … qui pourrait nous sembler dérisoire : « ils n’ont plus de vin ! »  On aurait peut-être été moins surpris d’entendre Marie dire : « Allez, ca suffit, passons aux choses sérieuses ! Mon fils a des choses plus importantes à vous dire ! »  Marie est la première attentive à ces petits riens qui peuvent empoisonner une journée.  Marie est première sur nos chemins quand nous sommes envoyés à la rencontre de tous,…  et d’une manière encore plus particulière, à la rencontre de la génération des 25-40 ans …  Alors qu’il est de notre mission d’accompagner les 15-25 ans pour leur permettre de croire à l’Amour, Marie est première.

Ainsi Marie nous fait-elle comprendre la plénitude la présence.   Etre là !   Cette attitude de présence, Marie l’a formée peu à peu,   en revenant sans cesse sur ce qu’elle vivait : « gardant tous ces évènements dans son cœur » .  Fille d’Israël, elle est façonnée par les Ecritures comme son Magnificat le laisse entrevoir. Cela lui permet d’entrer dans l’intelligence de ce qu’elle vit,  reconnaissant que le Seigneur  fait pour nous des merveilles dans les réalités de notre existence.  Si Marie n’a jamais suivi de formation théologique ni même catéchétique,  elle est la première à nous dire que l’existence est une école qui nous fait réaliser qui nous sommes, qui est l’autre et surtout qui est Dieu.  La vie de souffrance est une école… la vie dans l’amour est une école…  les échecs sont une école… le don de soi est une école… Marie du Cénacle nous indique un chemin, celui du recueillement, du ressourcement, de l’accueil de la Parole , de la prière  et de l’Eucharistie dont Cana était le premier des signes…

Vivre la Réconciliation,  nous pourrions croire que Marie n’a rien à nous apprendre là-dessus  puisque l’Eglise l’a reconnue comme l’Immaculée Conception,  conçue sans péché… Pourtant, n’oublions qu’elle était la première au pied de la Croix pour entendre cette Parole : « Père, pardonne-leur ! Ils ne savent pas ce qu’ils font ! »

Marie, au long de ces deux millénaires, n’est-elle pas celle qui conduit le pécheur à la Miséricorde infinie du Père ?   De la vision de Marie, Benoite a été habitée .  Benoite a amené ses contemporains à la claire vision de leurs péchés et à la claire vision de l’Amour qui réconcilie.  A chacun de nous de reconnaître ce Sanctuaire Notre-Dame du Laus comme haut-lieu de réconciliation.  A chacun de travailler à son développement et à son rayonnement !  A chacun de nous d’amener amis, parents, voisins …  en ce lieu où l’être humain apprend à se réconcilier avec lui-même, avec les autres et avec Dieu.

Si Marie n’a jamais reçu de l’Evêque du temps (il n’existait pas encore  vraiment), une lettre de mission soigneusement étudiée et dûment signée,  Marie était là au cœur de l’Eglise en naissance…  Pas à la place des apôtres  mais à la sienne Surtout pas à la place de l’Esprit  mais à la sienne  !   Nous rendons-nous compte ? Marie était la mieux à même de mettre par écrit ces « choses » dont parle Jean au terme de son Evangile et que Jésus a faites… Marie avait tout gardé en son cœur… Marie est là au Cénacle ! elle est là, première en chemin, avec cette portion de l’Eglise qui vit dans les Hautes-Alpes…

Père di Falco, avez-vous réfléchi ? Devez-vous préparer pour Marie, une lettre de mission  ?  pour 3 ans ? pour 6 ans ?  Voilà près de 2000 ans que Marie a répondu : « voici la servante du Seigneur !  Qu’il me soit fait selon ta parole ! » … Elle continue d’être là, au sein d’une Eglise, la nôtre, toujours en naissance.

Avec Marie, faisons de nos existences une Eucharistie pour la gloire de Dieu et le salut du monde ! 

 

Avec toi Marie, nos chemins deviennent chemin vers Dieu.

Père Félix Caillet
Vicaire général

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article