3.8.2.6. Le terrorisme

Publié le par MG

Alors que le monde est régulièrement ensanglanté par le terrorisme aveugle, l’Eglise, même si elle est consciente des situations d’injustices dans lesquelles sont plongées de nombreux peuples du monde, redit clairement sa réprobation la plus nette des actes de terrorisme :

« On ne peut non plus fermer les yeux sur une autre plaie douloureuse du monde d’aujourd’hui: le phénomène du terrorisme, entendu comme volonté de tuer et de détruire sans distinction les hommes et les biens, et de créer précisément un climat de terreur et d’insécurité, en y ajoutant souvent la prise d’otages. Même quand on avance, pour motiver cette pratique inhumaine, une idéologie, quelle qu’elle soit, ou la création d’une société meilleure, les actes de terrorisme ne sont jamais justifiables. Mais ils le sont encore moins lorsque, comme cela arrive aujourd’hui, de telles décisions et de tels actes, qui deviennent parfois de véritables massacres, ainsi que certains rapts de personnes innocentes et étrangères aux conflits, ont pour but la propagande en faveur de la cause que l’on défend, ou, pire encore, lorsqu’ils sont des fins en soi, de sorte que l’on tue simplement pour tuer. Face à une telle horreur et à tant de souffrances, les paroles que j’ai prononcées il y a quelques années, et que je voudrais répéter encore, gardent toute leur valeur: «Le christianisme interdit [...] le recours aux voies de la haine, à l’assassinat de personnes sans défense, aux méthodes du terrorisme. » » Encyclique Sollicitudo Rei Socialis, Jean Paul II, 1987, 24


Table des matières

Publié dans Actualité

Commenter cet article