3.8.1.4. La régulation de l'immigration

Publié le par MG

L'Eglise pour sa part appelle à avoir une approche « ouverte » de la question de l'immigration :

« Face au phénomène migratoire, l'Europe est mise au défi de trouver des formes nouvelles et intelligentes d'accueil et d'hospitalité. C'est la vision « universaliste » du bien commun qui l'exige: il faut dilater son regard jusqu'à embrasser les exigences de toute la famille humaine. Le phénomène même de la mondialisation demande ouverture et partage s'il veut être non pas une source d'exclusion et de marginalisation, mais au contraire de participation solidaire de tous à la production et à l'échange des biens. Chacun doit s'employer à la croissance d'une solide culture de l'accueil qui, tenant compte de l'égale dignité de toute personne et du devoir de solidarité à l'égard des plus faibles, demande que soient reconnus les droits fondamentaux de tout migrant. » Jean-Paul II, EE 101

Cet état d'esprit d'ouverture étant sauf, l'Eglise reconnaît également le droit de chaque pays à réguler son immigration :

« Il est de la responsabilité des autorités publiques d'exercer un contrôle sur les flux migratoires en fonction des exigences du bien commun. L'accueil doit toujours se réaliser dans le respect des lois et donc se conjuguer, si nécessaire, avec une ferme répression des abus. » Jean-Paul, EE 101


Table des matières

Publié dans Actualité

Commenter cet article