Les synodes dans l’histoire du diocèse de Gap

Publié le par AS

A l’approche du rassemblement diocésain de la Pentecôte qui clôturera la démarche synodale initiée par Mgr Jean-Michel di Falco en octobre 2005, les archives diocésaines nous présentent un ouvrage1 retraçant l’histoire des rassemblements d’Eglise depuis le début du XVIIIe siècle dans les Alpes à la fois dauphinoises et provençales. Les questions théologiques (le jansénisme), de discipline, d’instruction du clergé (les conférences), pastorales (les hôpitaux) ainsi que la communion avec les diocèses voisins sont abordées dans ces trois siècles d’histoire de notre Eglise.

Avant la Révolution française de 1789, Embrun est un archevêché, métropole d’une vaste région des Alpes maritimes. A la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècles, l’ Eglise de France est secouée par la crise janséniste et le sud-est de la France n’échappe pas à cette querelle. L’évêque de Senez, Mgr Jean de Soanen , a pris des positions favorables au jansénisme, contre l’avis de Rome et de l’ Eglise de France. Pour régler cette question, un concile provincial se réunit à Embrun en 1727 : Mgr de Soanen est appelé à quitter sa charge et à s’exiler. Ce concile local a réuni les évêques de la province ainsi que celui de Gap (Mgr Berger de Malissoles ) afin de travailler à l’unité des Eglises diocésaines et de l’ Eglise de France autour des préceptes émis par Rome.


Il existe également un livre2, imprimé en 1728, qui défend Mgr Jean de Soanen , évêque de Senez condamné un an plus tôt lors du concile d’Embrun pour ses positions jansénistes. Autant Mgr de Tencin, archevêque d’Embrun et clef de voûte de ce concile provincial, est présenté comme un habile manœuvrier, autant l’évêque de Senez est décrit comme un homme bon, simple et à la recherche de la vérité. Plus que devant une histoire du concile d’Embrun comme l’indique la couverture du volume, nous sommes face à un plaidoyer en faveur de M. de Senez.

En 1712, le diocèse de Gap tient un synode dont les ordonnances3 (cf. photo ci-dessus), c’est-à-dire les orientations pour utiliser un terme d’aujourd’hui, sont éditées par un libraire de Grenoble. Mgr de Malissoles divisent en six grandes parties ces recommandations qui touchent à la foi, au clergé, aux lieux saints, au culte et, enfin, aux sacrements.

Il insiste sur la nécessité de maintenir la discipline et de renouveler l’esprit ecclésiastique pour le clergé paroissial : pour cela, il insiste sur les conférences qui doivent regrouper le clergé à l’exclusion de tout laïc. Ce que nous appelons la pastorale de la santé n’est pas absente des ordonnances, avec les termes et les besoins, notamment matériels, de l’époque. Ainsi, « nous ordonnons que les recteurs des hôpitaux aient soins de pourvoir de tout ce qui sera nécessaire aux malades et aux passants et qu’il y ait des lits propres et bien garnis » (orthographe modernisée).


Lors de son arrivée sur le siège de Gap, en 1823, Mgr Arbaud réactualise ces ordonnances mais sans réunir de synode. Si bien que le synode diocésain réuni en 1852 et 1853 est le premier après la reconstitution de l’ Eglise de France au début du XIXe siècle. Les constitutions synodales4, que publie Mgr Depéry, sont divisées en cinq parties couvrant les thèmes suivants : le clergé, l’administration spirituelle du diocèse puis le temporel des paroisses. Comme 130 ans plus tôt, l’organisation des conférences ecclésiastiques est traitée : les archives du diocèse de Gap conservent le texte de certaines pour les XIXe et XXe siècles. A noter qu’un abrégé de ces constitutions a été publié à destination du clergé paroissial : il ne compte que 228 pages.

70 ans après Mgr Depéry et trois ans après la Première Guerre mondiale, l’Eglise locale et les Hautes-Alpes vivent des mutations considérables du point de vue de l’instruction publique, de la démographie et du rapport entre l’Etat et l’Eglise. En outre, le sanctuaire de Notre-Dame de La Salette connaît un retentissement tel que le diocèse voisin qu’est Gap ne peut pas l’ignorer. Tous ces changements se ressentent dans les statuts5 publiés à l’issue du synode réuni sous l’autorité de Mgr de Llobet.


Mgr de Llobet, aumônier militaire pendant la Première Guerre mondiale


Mgr de Llobet à l'issue de la Premier Guerre mondiale


En 1960, Mgr Bonnabel, qui aura siégé près de trente ans comme évêque de Gap, publie des statuts6 dactylographiés puis polycopiés. Ceux-ci se trouvent en de nombreux endroits du diocèse encore, notamment dans les presbytères. Ils sont la trace du synode de 1960 : à la fois à la veille du concile Vatican II et un an avant l’arrivée de Mgr Jacquot.


Mgr Bonnabel et son successeur (à sa gauche), Mgr Jacquot


L’Eglise catholique est universelle et la démarche vécue dans le diocèse aujourd’hui s’inscrit aussi dans une dimension provinciale. Ainsi, à la Pentecôte 1991, Mgr Robert Coffy clôt le synode de l’Eglise diocésaine de Marseille. Deux raisons expliquent la présence de cet ouvrage7 dans ceux qui sont présentés : Marseille est l’archidiocèse métropolitain de Gap et Mgr Coffy a été évêque de Gap de 1967 à 1974.

Quant au diocèse de Digne , voisin de celui de Gap, il a vécu un synode diocésain entre 1991 (annonce du synode) et 1994, date de la publication des orientations8 dont la Bibliothèque du diocèse de Gap conserve un exemplaire. L’évêque de Digne est, à cette époque, Mgr Pontier, l’actuel archevêque de Marseille.

Luc-André Biarnais
Archiviste diocésain
Responsable de la bibliothèque diocésaine Mgr Depéry


1Tous les ouvrages cités sont consultables à la Bibliothèque diocésaine Mgr Depéry (Notre-Dame du Laus) où ils sont actuellement présentés au public.
2Guerin de Tencin (de), D. Petro (archevêque). Concilium Provinciale Ebreduni Habitum. Gratianopoli, Petrum Faure, 1728, 268 p. et Histoire de la condamnation de M. l’évêque de Senez, par les prélats assemblés à Ambrun. 1728, 527 p.
3 Berger de Malissoles , François (évêque). Ordonnances synodales du diocèse de Gap. Grenoble, chez Alexandre Giroud, 1712, 12 + 300 + 263 p.
4Depéry, Jean-Irénée (évêque de Gap). Constitutions et instructions synodales du diocèse de Gap publiées dans le synode célébré les 6, 7, 8, 9 et 10 juillet 1853. Gap, Delaplace imprimeurs-libraires de l’évêché, 1854, 731 + 43 p.
5Llobet (de), Gabriel (Monseigneur, évêque de Gap). Statuts synodaux du diocèse de Gap publié dans le synode de Notre-Dame du Laus (12-16 septembre 1921). Gap, imprimerie L. Jean et Peyrot, 1922, 123 p.
6Bonnabel, A. C. (Monseigneur, évêque de Gap). Statuts synodaux du diocèse de Gap. Notre-Dame du Laus, 8-10 septembre 1960, 106 p.
7Synode de Marseille  : l’Eglise aujourd’hui à Marseille. N° 20, 2 juin 1991, Marseille, diocèse de Marseille , 1991, p 321-344.
81994 – orientations synodales pour l’ Eglise de Digne  : tout le temps pour fleurir. Digne, diocèse de Digne , 1994, 104 p.

Publié dans Actualité

Commenter cet article