3.8. La Communauté Internationale

Publié le par MG

3.8.1. La France en Europe

3.8.1.1. Le juste sens de la nation : Aimer son pays… sans étroitesse d’esprit !
L’Eglise reconnaît volontiers la noblesse de la patrie, de son pays mais en n’oubliant pas que ce pays s’insère dans l’ensemble plus large qu’est la famille humaine :

« Que les citoyens cultivent avec magnanimité et loyauté l’amour de la patrie, mais sans étroitesse d’esprit, c’est-à-dire de telle façon qu’en même temps ils prennent toujours en considération le bien de toute la famille humaine qui rassemble races, peuples et nations, unis par toutes sortes de liens. » GS 75-4

« D’autres obstacles encore s’opposent à la formation d’un monde plus juste et plus structuré dans une solidarité universelle: Nous voulons parler du nationalisme et du racisme. Il est naturel que des communautés récemment parvenues à leur indépendance politique soient jalouses d’une unité nationale encore fragile et s’efforcent de la protéger. Il est normal aussi que des nations de vieille culture soient fières du patrimoine que leur a livré leur histoire. Mais ces sentiments légitimes doivent être sublimés par la charité universelle qui englobe tous les membres de la famille humaine. Le nationalisme isole les peuples contre leur bien véritable. Il serait particulièrement nuisible là où la faiblesse des économies nationales exige au contraire la mise en commun des efforts, des connaissances et des moyens financiers, pour réaliser les programmes de développement et accroître les échanges commerciaux et culturels. » Paul VI, PP 62



Table des matières

Publié dans Actualité

Commenter cet article