Dix Stations pour un Chemin de Foi et de conversion

Publié le par AS

Le 12 mars, 34 personnes se sont retrouvées pour effectuer une marche "silencieuse et de méditation", au-dessus de la Bâtie-Neuve. Chaque mois, une marche est proposée par le Service diocésaine de la formation permanente. Cette fois-ci, La méditation avait été préparée par Marie-Madeleine Oury.


A 9h, à l’église de La Bâtie-Neuve , l’accueil a été assuré par l’équipe paroissiale. Hubert Hemery a parlé de l’animation chrétienne locale. Il a également présenté la Formation régionale « Des Catéchètes pour l’Eglise », sur deux ans. Il y participe avec sept autres personnes du diocèse , des divers doyennés. A 9h15, l’Eucharistie, pour entrer dans un climat de prière et accueillir la Présence du Seigneur.

La marche silencieuse a été conduite par Gilbert Bertrand depuis la chapelle de Saint-Pancrace, vers le hameau des Brès et jusqu’au-dessous de Rocher Roux. Un calme parfait, dans les sous-bois, et une vue superbe vers Notre-Dame du Laus et la Vallée de l’Avance. La méditation a porté sur « Le Psaume 50, psaume-pilote du Carême. Avec ce Psaume, dix Stations d’un Chemin de Foi et de conversion ». Le Psaume a été présenté par le Père Pierre Fournier : « Le Ps 50 a été proclamé en début de Carême, le Mercredi des Cendres. Il fait partie de la célébration de la Veillée pascale. Il accompagne ainsi tout notre Carême ! ». 

En cours de marche, une première halte a recueilli les réflexions, les questions,.. qui ont fusé ! L’appel de Dieu, la contrition, la conscience du péché, le désir d’être recréé par le Pardon de Dieu,… Après le repas tiré des sacs, avant le retour, une nouvelle halte pour poursuivre le partage sur le Ps 50. Il a été reconnu que ce Psaume exceptionnel trouve un écho à la fois dans la parabole de Jésus sur le fils prodigue, et dans la prière du « Je confesse à Dieu ». De retour à la chapelle Saint-Pancrace, le « Je vous salue Marie » a été prié en écho au Ps 50. Et le chant : « Vivons en enfants de Lumière sur les chemins où l’Esprit nous conduit !... ».

En se quittant, quelqu’un disait : « Au fond, celui qui a écrit le Psaume 50, il a découvert le sens de sa vie ! ». Peut-il y avoir meilleure compréhension de ce Psaume ?

Père Pierre Fournier
Responsable diocésain de la formation permanente

Publié dans Actualité

Commenter cet article