Elections 2007 : être des artisans de Paix

Publié le par AS

Nous approchons d’une échéance importante pour notre pays : les élections présidentielles. A ce propos, j’aimerais vous faire part d’une rumeur : on dit que le Pape fait de la politique … Oui, vous avez bien entendu, le Pape Benoît XVI, et pas seulement lui mais aussi tous les évêques et l’ensemble des diacres et des prêtres ! Ce qui se dit n’est pas le résultat d’une enquête menée dans le plus grand des secrets. Ils l’avouent eux-mêmes sans s’en rendre compte. Quand ça, me direz-vous ? Chaque fois qu’ils prononcent les mots, « justice », « fraternité », « paix », « droits de l’homme », « développement »… C’est en tout cas ce que prétendent les esprits chagrins. Comme si on accusait le Christ de faire de la politique dans le sermon sur la montagne ou dans le récit du Jugement dernier ! 

Si tenter de traduire en actes de tels mots c’est faire de la politique , alors oui, faisons de la politique , ne nous en privons pas ! Ne peut-on pas dire qu’au nom de l’Evangile, l’ Abbé Pierre a passé sa vie à faire de la politique  ? Quand les propos d’un prêtre, d’un évêque, dérangent, certains tentent de les disqualifier en leur reprochant de faire de la politique et de sortir de leurs rôles. Je ne vous parle pas des réactions lorsqu’ils osent se prononcer contre le racisme. J’en sais quelque chose !

Certains mots sont piégés, comme s’ils étaient la propriété d’un parti ou d’un clan. Il n’est pas possible de les employer sans être suspect. Vous parlez de paix, de justice, de fraternité,… et des conclusions hâtives sont tirées permettant de vous mettre une étiquette. En fait, ces mots n’appartiennent à personne et appartiennent à tous en même temps.

La contribution des chrétiens dans la construction d’un monde meilleur sort de ces clivages et se situe en dehors de ces prises de position politique dans lesquelles on aimerait les enfermer.

Dans son message publié à l’occasion de la Journée mondiale de prière pour la Paix, le 1er janvier dernier, Benoît XVI se dit « convaincu qu'en respectant la personne on promeut la paix et qu'en bâtissant la paix on jette les bases d'un authentique humanisme intégral. C'est ainsi que se prépare un avenir serein pour les nouvelles générations ».

Les chrétiens, pas plus que les autres, n’ont le monopole de la paix , de la justice , ou de la fraternité … Ils entendent seulement être présents parmi ceux qui en seront les artisans.

Sur le chemin d’un monde meilleur, puisse Dieu illuminer nos yeux pour qu'ils sachent reconnaître le Visage du Christ dans le visage de toute personne humaine.

                     + Jean-Michel di Falco Léandri
                        Evêque de Gap

Publié dans Actualité

Commenter cet article