3.3.5. Les limites de l'autorité de l'Etat et de la loi civile

Publié le par MG

Dans les rares cas où l'Etat et la loi civile ne respectent pas la  loi divine, telles les lois sur l'avortement ou l'euthanasie, alors l'autorité de l'Etat cesse d'obliger les citoyens :

 « Si donc il arrive aux dirigeants d'édicter des lois ou de prendre des mesures contraires à cet ordre moral et par conséquent, à la volonté divine, ces dispositions ne peuvent obliger les consciences, car « il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes ». Bien plus, en pareil cas, l'autorité cesse d'être elle-même et dégénère en oppression. » Jean XXIII, PT 51


Table des matières

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article