le Pape Jean - Paul II (1920-2005) : un grand témoin de Dieu parmi nous

Publié le par MG

Karol Wojtyla, ce Polonais devenu le pape Jean-Paul II, est l’un des « géants » de notre humanité contemporaine ! Une personnalité exceptionnelle, fascinante, sur le plan de la relation humaine, de la foi, de la pensée, de l’action (son engagement), de l’art (poésie, théâtre,..). Aux quatre coins du monde, il a été acclamé par les jeunes, en toutes langues : « Jean-Paul II ! les jeunes t’aiment ! ». Sa vie et sa foi ont été d’une fécondité étonnante et rayonnante auprès des humbles et des « puissants » du monde (chefs d’Etat,...). Sa pensée est reprise dans la société laïque, par exemple dans des ouvrages de philosophie (de Louis Millet et Isabelle Moural, etc) à l’usage des Lycéens et des étudiants en Université.


UNE VIE D’UNE PARTCULIERE PRECOCITE ET DE GRANDE AMPLEUR

Durant ses 85 années d’existence, il a toujours été précoce !  Précoce dans la confrontation à la souffrance, à la mort de sa mère Emilia et de son frère aîné, Edmund. Dans la confrontation à la 2de Guerre mondiale: il a 19-24 ans. Ordonné prêtre à 26 ans, il est choisi comme évêque à 38 ans seulement, et pape à 58 ans !  Il a donc été pape de 1978 à 2005, un des pontificats les plus longs de l’Histoire de l’Eglise. Pape pendant 26 ans (un quasi record !), il a eu le temps de parcourir le monde à la rencontre des continents, des populations, des Communautés chrétiennes, et des autres croyants. Il a été novateur dans sa proximité avec tous, au point d’être appelé « le curé de la planète ». Il a été là pour franchir avec l’Eglise le seuil de l’An 2000, pour l’entrée dans le III° millénaire. La date de sa mort, un 2° Dimanche de Pâques (Dim de la Miséricorde), a été perçue comme un signe.

Né le 18 mai 1920, en Sud-Pologne, à Wadowice, près de Cracovie pas très loin du sanctuaire ND de Czestochowa. Baptisé le 20 juin. Il sera marqué pour toujours par ses racines en Pologne, pays d’Histoire si noble et si dramatique (rayé de la carte à certaines époques,...).  Son père, Karol également, sous-officier de l’armée impériale autro-hongroise. Sa mère Emilia, Silésienne (Ouest-Pologne) d’origine lituanienne, institutrice ; elle meurt en 1929. Karol est ainsi orphelin de mère à 9 ans. Son frère aîné, médecin de 26 ans, meurt en 1932. Karol est élevé par son père sur un mode énergique et des valeurs fortes. Le matin : prière, lecture de la Bible, rosaire, service de la messe à 7h, école. Elève doué. Karol grandit dans un monde marqué par l’athéisme officiel, par le matérialisme militant. 1939 : la guerre survient. Malgré les interdits, il monte un groupe de théâtre qui joue clandestinement. Une de ses pièces : « La Boutique de l’Orfèvre » concerne le couple, le mariage, la famille. Elle sera jouée en divers pays (France,…). Il travaille en usine et y connaît la condition des ouvriers.

Prêtre le 1er Nov 1946, en la « fête de tous les Saints ». Professeur de morale à l’Université Catholique de Lublin et à la Faculté Théologique de Cracovie. Aumônier des étudiants avec fréquentes animations sportives : ski, canoë, vélo, montagne,... Sa thèse : sur le mystique st Jean de la Croix. Nommé Evêque auxiliaire de Cracovie le 4 juil 1958. Il participe ainsi au Concile Vatican II (1962-1965) avec 2400 évêques du monde entier. On remarque la force de sa pensée. Sur les 16 documents du Concile, il travaille notamment sur « L’Eglise dans le monde de ce temps. Gaudium et Spes » et sur « La Liberté de conscience ». Archevêque de Cracovie en 1964. Créé Cardinal en 1967 par Paul VI. Elu pape le 16 oct 1978. Pape jusqu’à son dernier souffle au temps pascal 2005.


SA CAPACITE A DIRE L’EVANGILE DU CHRIST DANS LES DIVERS DOMAINES DE LA VIE

Jean-Paul II est une personnalité multiple ! De par sa foi et sa prière, il est capable de silence et d’une grande intériorité comme de rencontres avec les foules et avec les chefs d’Etat. Son rythme de vie est intense. Il n’a pas besoin de beaucoup d’heures de sommeil. Le matin, il prie dans sa chapelle, allongé de tout son long. Quelle est sa prière ? Sans doute l’accueil de l’Esprit Saint, l’union au Christ, et, au Père, l’offrande de sa journée et de la vie du monde. Puis célébration de l’Eucharistie avec ses proches et quelques visiteurs ou invités. Que retenir de lui ? 

1. Le pape des jeunes
Il a écrit la belle « Lettre aux jeunes du monde entier » (1980). Il a eu l’audace d’« inventer » les Journées Mondiales de la Jeunesse (J.M.J.). Elles se sont réalisées avec lui en Europe (Compostelle, Paris, Czestochowa, Rome,..), en Asie (Philippines,..), aux U.S.A. (à Denver) et au Canada,... Des Haut-Alpins se souviennent aussi du grand Rassemblement des jeunes à Lyon, au Stade de Gerland, en 1986. Sans oublier l’étonnant Rassemblement avec les jeunes musulmans au Maroc, en 1984, terminé par une grande prière au Dieu Miséricordieux.

2. Le pape de l’expression de la foi chrétienne dans la culture contemporaine
Dès son élection comme pape, Jean-Paul II a voulu réexprimer les fondements de la foi chrétienne dans la culture contemporaine. Ses premières Encycliques présentent le Dieu Trinité : « Le Christ rédempteur de l’homme », « Dieu Père riche en miséricorde », « L’Esprit Saint Vivificateur ». Et ses Encycliques sur « l’Eucharistie », sur « La splendeur de la Vérité », « Marie Mère du Rédempteur ».

3. Le pape de l’amour humain, du mariage, et de la famille.
En toutes ces réalités aussi belles que délicates (sexualité, affectivité, tendresse), Jean-Paul II propose la « loi de gradualité » : ne pas se décourager, mais toujours se ressaisir dans une dynamique de progression, de tension vers un mieux. Son Exhortation « Les tâches de la famille chrétienne » est pleine de réalisme, de dynamisme et de fraîcheur, sur l’amour engagé dans l’Alliance, le couple, le mariage.

4. Le pape des vocations
Comme dans sa « Lettre aux jeunes », Jean-Paul II s’est passionné à dire les appels du Christ et de l’Eglise. Appel du Christ à devenir prêtres (son Exhortation « Je vous donnerai des pasteurs »),  à « La Vie consacrée », à la vocation d’époux : « Les tâches de la famille chrétienne actuelle ».

5. Le pape des Droits de l’Homme
Sans cesse, dans un esprit ouvert à la diversité des convictions, Jean-Paul II s’est référé à la Déclaration (Universelle) des Droits de l’Homme (1948). Quand il arrive en Haïti à une époque de dictature, il reprend la perspective : « Il faut que quelque chose change ici ! ». De même quand il rencontre le général Omar Béchir au Soudan. Et en d’autres pays…

6. Le pape du pardon
Après l’attentat du 13 mai 1981 où il a frôlé la mort, Jean-Paul II va rencontrer en prison le meurtrier, Ali Agça, pour lui signifier son pardon. Au Jubilé de l’An 2000, le 12 mars, Jean-Paul II anime une célébration de Repentance où, sur sept domaines, au nom de l’Eglise, il demande le Pardon de Dieu et des hommes en ce que l’Eglise, parfois, n’a pas eu un comportement évangélique. Par ailleurs, Jean-Paul II a écrit l’importante Exhortation « La pénitence et la réconciliation dans l’Eglise et dans le monde » (1984). Cela concerne les personnes, les groupes, l’Eglise, la société.

7. Le pape de la relation entre les chrétiens différents (Œcuménisme)
Jean-Paul II a eu l’intime conviction qu’avec Vatican II, l’Eglise est entrée dans « un engagement irréversible pour bâtir l’œcuménisme ». Il l’écrit dans la profonde Encyclique « Que tous soient Un » (1995) sur l’urgence œcuménique. Il fait progresser le dialogue avec le Patriarche orthodoxe Bartoloméos, avec les Réformés (accord mondial avec les Luthériens en 1999), avec les Anglicans, les Arméniens apostoliques.

8. Le pape des relations avec les diverses religions (Dialogue interreligieux)
Jean-Paul II suscite l’événement de la Rencontre d’Assise (1986) avec les responsables des religions monothéistes abrahamiques, et des religions coutumières d’Afrique, d’Amérique, et d’Asie. Cet événement est repris en 2002. A Rome, la Communauté Sant Egidio agit dans cette visée et anime des rencontres régulières.

9. Un lutteur pour la liberté des peuples dans la justice et pour la Paix dans le monde
Avec vigueur, Jean-Paul II dénonce le recours à la guerre (en Irak, en Terre Sainte,…). Il agit pour que les causes de la guerre soient écartées. Il contribue à  promouvoir la Paix dans le monde par le biais de la lutte contre le sous-développement, de la lutte en faveur de la liberté des populations, de la justice. Une paix juste et stable, dans le monde, telle est la hantise de Jean-Paul II.


UN PAPE NOVATEUR QUI APPELLE LES JEUNES : « LEVEZ-VOUS ! ALLONS ! »

En commentant « l’Evangile du jeune homme riche » (Mt 19,16-22), Jean-Paul II remarque: Tout jeune est riche ! de quelque pays qu’il soit… Car il a la richesse de la jeunesse : la richesse du désir de donner le meilleur de soi-même, d’un idéal de vie vers l’avenir. JP II termine son livre sur ses années 1958-2004 « Levez-vous ! Allons ! » (p 186 ; cf Mc 14,42) par un appel : « Faisant écho aux paroles de notre Maître et Seigneur, je redis donc à chacun de vous : Levez-vous ! Allons ! Allons en nous fiant au Christ. Lui nous accompagnera toujours sur le chemin, jusqu’au but que Lui seul connaît ». C’est en ce sens que son successeur, le pape Benoît XVI, a pu encourager les jeunes des JMJ à Cologne : « Ouvrez grandes vos portes au Christ ! Il ne prend rien, et Il donne tout ! ».


Père Pierre Fournier

Responsable du Service diocésain de la Formation permanente

Publié dans Actualité

Commenter cet article