Retour sur les dix ans de RCF Hautes-Alpes

Publié le par MM

Plus d’une centaine de personnes a participé, vendredi 17 novembre aux dix ans de RCF Hautes-Alpes à Gap.

Au cours de la messe présidée par Mgr di Falco et concélébrée par de nombreux prêtres du diocèse...

...suivie d'une soirée festive


Auditeurs, élus, représentants des différentes institutions et sympathisants… Autour de l’équipe de RCF Hautes-Alpes, et sous la présidence de Mgr di Falco Léandri, la soirée anniversaire des dix ans de la radio diocésaine fut incontestablement un succès. Les sourires sur les visages, le bonheur de se retrouver pour l’équipe du début, et les acteurs d’aujourd’hui, les prêtres dansant au son du violon et de la guitare…Autant de moments qui resteront gravés dans les mémoires.

Le président avec Mgr di Falco...

...et le maire de Gap, Pierre Bernard Reymond


Comme les interventions, et notamment celle du maire de Gap , « votre radio favorise le lien social, si important aujourd’hui ». Celle du président de la radio, Luc-André Biarnais  : « RCF est aujourd’hui la première radio associative du département, une radio locale qui compte, la seule physiquement présente, par un studio, à Briançon, depuis l’origine ». Tout en félicitant les pionniers, et remerciant les donateurs, « sans qui rien ne serait possible », il a évoqué les fréquences de RCF : «  Nous avons aujourd’hui trois fréquences dans le Gapençais, le Briançonnais, le Champsaur-Valgaudemar. La prochaine consultation publique du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel pour les demandes de fréquence sera l’occasion pour nous de demander une fréquence pour l’Embrunais ». Un appel à la mobilisation générale !

En fin de soirée, les bénévoles dansent

 


Enfin, Mgr di Falco (pour lire le discours, cliquez ici), s’adressant à « la grande famille de RCF  », a rappelé que la présence des chrétiens dans les médias, « ces nouvelles places publiques », n’était pas un défi à relever mais un devoir à accomplir ! Ajoutant que celles et ceux qui travaillent à RCF sont, en quelque sorte, des médiateurs entre la Pa rol e et le monde dans lequel nous vivons. « ‘La Bible dans une main, le micro dans l’autre’, pourrait-on dire. Connaître la Pa rol e et connaître le monde, aimer la Pa rol e et aimer le monde. Ce sont les conditions sine qua non ! La prière est indispensable. En n’oubliant jamais que l’on n’est pas seul, et en se laissant habiter par l’humilité qui dicta ces pa rol es à Sainte Bernadette : ‘On ne m’a pas demandé de vous le faire croire, mais de vous le dire’. Pour RCF, il ne s’agit pas seulement de donner des informations, mais aussi de répondre à la mission qui est la sienne, être témoin de la ‘bonne nouvelle’ de l’Évangile, dans une société où l’on parle surtout des mauvaises nouvelles ».

 

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article