Clôture de l'Assemblée plénière 2006

Publié le par AS

L’Assemblée plénière des évêques de France s ’est achevée ce 9 novembre, à Lourdes. Messe en latin, catéchèse et enseignement catholique ont été les trois principaux thèmes abordés au cours de ces quatre jours de travaux. De retour à Gap, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri a fait part de sa satisfaction devant la grande liberté d’expression dans les échanges entre évêques.

Le cardinal Ricard prononçant son discours de clôture...

...applaudi par les évêques


Interrogé par RCF Hautes-Alpes (pour écouter l'interview, cliquez ici), l’évêque de Gap a tout d’abord regretté la grande médiatisation autour de la Messe en latin et de la création de l’Institut du Bon Pasteur. « Tous les journaux n’ont parlé que de cela alors que nous avons abordé bien d’autres thèmes », a-t-il affirmé. Mgr di Falco a ensuite fait allusion au discours de clôture du cardinal Jean-Pierre Ricard, président de la Conférence des Evêques de France, dans lequel il souligne qu’« une diversité est possible, mais celle-ci doit être régulée ». « Il en va de l’unité de la liturgie et de l’unité de l’Eglise, a-t-il poursuivi faisant siennes les paroles de l’archevêque de Bordeaux. On ne saurait livrer le choix d’une des formes du rite romain à sa seule subjectivité. Une Eglise où chacun construirait sa chapelle à partir de ses goûts personnels, de sa sensibilité, de son choix de liturgie ou de ses opinions politiques ne saurait être encore l’Eglise du Christ. Il faut résister aujourd’hui à la tentation d’une ‘religion à la carte’ ». Pour Mgr di Falco, cela concerne non seulement les traditionalistes, mais aussi toutes les communautés chrétiennes.

Différents intervenants...

...dont Mgr Claude Rault


Au cours de l’Assemblée, les évêques de France ont tenu à exprimer « leur volonté d’œuvrer pour la réconciliation dans la vérité et la charité », en publiant un message de soutien. Dans ce dernier, « ils reconnaissent les richesses de l’enseignement du Concile Vatican II, fruit de la Tradition vivante de l’Église », tout en souhaitant « poursuivre l’accueil des divers fidèles du Christ attachés aux formes liturgiques antérieures à ce Concile ». Insistant sur leur désir de réconciliation avec ceux qui se sont séparés après le Concile Vatican II, ils précisent toutefois attendre « de la part de ces fidèles un geste d’assentiment sans équivoque aux enseignements du Magistère authentique de l’Église ».

Présentation des prochaines JMJ...

...par ses responsables australiens


Concernant la catéchèse, les évêques ont publié le nouveau texte attendu depuis plusieurs années déjà. L’étape suivante sera l’appropriation, par les diocèses, de ce texte, en fonction des caractéristiques de chacun d’entre eux. Les évêques ont particulièrement souligné l’importance que le souci de la catéchèse soit porté non seulement par les Services diocésains de la catéchèse mais aussi par l’ensemble des communautés chrétiennes.

Déjeuner de travail avec les évêques d'Outre-Mer...

...et un responsable de RFO

Enfin, au sujet de l’enseignement catholique, Mgr di Falco a estimé que le débat doit être l’occasion pour les personnes en responsabilité de jeunes, « de faire une révision de vie ». « A chacun de voir comment il peut être toujours fidèle à la vocation de l’enseignement catholique, c’est-à-dire donner dans la vie de chaque jeune une chance à Jésus-Christ ».

Dans son discours de clôture, le cardinal Ricard a annoncé la décision de l’Assemblée de lancer deux nouveaux groupes de travail, l’un sur Catholiques et Musulmans dans la France d ’aujourd’hui et l’autre sur la Formation des futurs prêtres, et la création d’un Observatoire Foi et Culture « qui devrait permettre à la Conférence d’être particulièrement attentive à l’environnement culturel dans lequel nous avons à inscrire l’Evangile ».

Traditionnelle photo des évêques à la fin de l'Assemblée

 

 

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article