Homélie de Mgr di Falco pour l'ordination diaconale d'Hugues Chardonnet

Publié le par AS

Mon cher Hugues,

Les voies de Dieu nous réservent de nombreuses surprises. Lorsqu’il y plusieurs années nous nous sommes connus à Paris, nous étions loin de penser l’un et l’autre à ce qu’il nous serait donner de vivre ensemble ce soir. Qui aurait pu imaginer un instant que tu demanderais le diaconat et que c’est moi qui, devenu évêque de ce diocèse, t’ordonnerais. Je rends grâce au Seigneur pour la joie qu’il me donne ainsi. Car c’est l’un des plus grand bonheur qui est accordé à un évêque que de procéder à une ordination diaconale ou sacerdotale. Alors merci à toi Hugues, merci à ton épouse et merci à Dieu.

Le texte d’Evangile proposé à notre méditation à la messe dominicale convient tout à fait à ce que nous célébrons ensemble ce soir. Les notions de pouvoir et de service tels que le Christ les voit.

Le ministère du Diacre ne se vit pas comme un pouvoir au sein de l’Eglise mais comme un service.

Après avoir commenté l’Evangile du jour l’évêque a poursuivi ainsi :

Chers frères et soeurs, l'un de vos proches ou de vos amis va être admis à l'ordre du diaconat. Je voudrais vous rappeler à quel degré du ministère il va accéder.

Ayant reçu le don de l'Esprit Saint qui le fortifie, le diacre apportera de l'aide à l'évêque et à son presbyterium, dans le ministère de la Parole, de l'autel et de la charité, en se montrant le serviteur de tous. Institué ministre de l'autel, il proclamera l'Évangile, il préparera le sacrifice eucharistique, il distribuera aux fidèles le Corps et le Sang du Seigneur.

Il lui reviendra en outre, selon la mission reçue de l'évêque, d'exhorter aussi bien les incroyants que les croyants, de les instruire dans la foi, de présider aux prières, d'administrer le baptême, d'assister au nom de l'Église au mariage et de le bénir, de porter le viatique aux mourants et de présider au rite des funérailles.

Consacré par l'imposition des mains transmise depuis les Apôtres, et plus étroitement uni à l'autel, il s'acquittera, au nom de son évêque ou de son curé, du ministère de la charité. En tout ceci, qu'il agisse, avec l'aide de Dieu, de telle façon que vous reconnaissiez vraiment en lui le disciple de celui qui est venu non pour être servi mais pour servir.

A toi, Hugues, qui va être admis à l'ordre du diaconat, le Seigneur a donné l'exemple pour que tu agisses comme il a lui-même agi. Et donc, quand tu seras diacre, c'est-à-dire serviteur de Jésus Christ qui s'est montré serviteur au milieu de ses disciples, accomplis de tout cœur et dans la charité la volonté de Dieu, servant avec joie en même temps le Seigneur et des frères et soeurs.

Comme les disciples choisis par les Apôtres pour le ministère de la charité, il faut que tu restes un homme estimé de tous, rempli d'Esprit Saint et de sagesse. Enraciné et fondé dans la foi, montre toi  sans reproche devant Dieu et les hommes, comme il convient à un serviteur du Christ et à un intendant des mystères de Dieu; ne te  laisse pas détourner de l'espérance annoncée par l'Évangile dont tu dois être non seulement l'auditeur mais aussi le ministre. Gardant le mystère de la foi dans une conscience pure, témoigne par tes actes de la parole de Dieu que ta bouche annoncera, de telle sorte que lorsque tu te présenteras devant le Seigneur au dernier jour, tu puisses l'entendre te dire: « Très bien, serviteur bon et fidèle, entre dans la joie de ton Maître ».

+ Jean-Michel di Falco Léandri
Evêque de Gap

Publié dans Actualité

Commenter cet article