« Quand les médias dévoilent l'intime »

Publié le par AS

La Conférence des Evêques de France vient de sortir un fascicule intitulé Quand les médias dévoilent l’intime. Elaboré sous la conduite de Mgr Jean-Charles Descubes, président du Conseil pour les questions familiales et sociales de la Conférence des évêques de France, et de Mgr Jean-Michel di Falco, président du Conseil pour la Communication , ce document (petit, mais très étoffé) rendra de précieux services à ceux qui analysent l’importance des médias dans la société, ainsi qu’aux parents, aux animateurs et éducateurs.


Cet ouvrage a été rédigé sous la direction du Père Jacques Turck, directeur du Service pour les questions familiales et sociales de la Conférence des évêques de France, avec la contribution de Emmanuelle Giuliani (journaliste), Anne Lannegrace (phychanalyste), Pietro Pisarra (journaliste au bureau parisien de la RAI et enseignant de la sociologie des médias à l'Institut catholique de Paris), Dominique Quinio (directrice de la rédaction de La Croix), Claude Renard (directeur de la communication en entreprise), Jean-Louis Thiérot (avocat à la Cour).

Livres, journaux, émissions de radio et de télévision nous invitent chaque jour à pénétrer dans l'intimité des autres et la mettent en scène. Ce qu'il était convenu autrefois de préserver et de garder, sinon dans le secret du moins dans une discrétion ou une pudeur, est aujourd’hui porté au grand jour.

Sans faire le procès des médias, divers spécialistes éclairent ici, à la lumière de l'anthropologie chrétienne, ce qui est en jeu dans de telles pratiques.

Cet ouvrage entend donner « quelques repères » grâce à l’apport des sciences de l’homme avec une journaliste, une psychanalyste, un sociologue, la directrice de La Croix, un directeur de communication et un avocat. Que se passe-t-il quand, au fil des mutations connues, nous en arrivons « à pénétrer chaque jour dans l’intimité des autres et à la mettre en scène » ?

Les auteurs commencent par une « observation du champ médiatique » : témoignage, images, télé-réalité, stratégie médiatique,… Ils approfondissent alors les éléments d’une anthropologie chrétienne : « reconnaître en soi une part de mystère (la personne), mûrir sans régresser (le corps humain), sympathiser pour se construire (les sentiments), dépasser l’immédiateté ». Ils situent les enjeux éthiques : « le droit d’informer, le principe de pouvoir se confier à qui l’on veut, la valeur du secret, la mission à l’égard du lien social ». Et les enjeux spirituels et théologiques : « la mémoire d’un long apprentissage, le lien entre intimité et intériorité, le cœur de l’homme ».

Les auteurs offrent alors un « Guide de réflexion pratique pour des familles et des groupes de chrétiens », une « pédagogie du discernement ». En annexe, les « coulisses », les aspects juridiques, l’accès à internet et la protection des mineurs. Bref, des « repères » pour la nécessaire évaluation des « conséquences sociales et personnelles de cette propension à tout livrer de soi-même et à tout vouloir dévoiler ».


Quand des médias dévoilent l’intime, co-éd. Cerf, Bayard, Fleurus-Mame, 2006,  69 p.

Publié dans Actualité

Commenter cet article