A propos de l'envoi d'un prêtre en formation

Publié le par AS

Comme cela se pratique couramment dans de nombreux diocèses vu les nécessités nouvelles, l’évêque de Gap a demandé à l’un de ses prêtres d’interrompre l’exercice de son ministère pour entreprendre une formation en vue de lui confier à son retour de nouvelles responsabilités. Cette décision a déclenché une polémique regrettable dans les médias locaux qui nous amène à devoir répondre publiquement aux questions fréquemment posées.

Monseigneur, on entend tout et son contraire au sujet des raisons qui ont motivé l’envoi du Père Sébastien Dubois en formation à l’Institut d’Etudes Théologiques de Bruxelles. Pourquoi l’envoyer à l’extérieur du diocèse alors que nous manquons de prêtres ?

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri : C’est justement parce que nous manquons de prêtres qu’il est indispensable que ceux qui seront amenés dans les années qui viennent à exercer de lourdes responsabilités aient la formation qui leur permettra de le faire dans les meilleures conditions possible. Ceci étant, bien que j’en conteste les méthodes, les réactions que suscite ce prochain départ sont pour moi l’occasion de dire ma reconnaissance pour le soutien des laïcs à l’égard de leurs prêtres. Je les remercie d’exprimer leur attachement à leur curé.
Si cette décision a été prise, c’est qu’elle a été jugée bonne pour ce prêtre. Cela ne met nullement en cause les qualités qu’il possède et son rayonnement.
Bien entendu nous avons veillé à ne pas laisser les communautés sans prêtres. Le relais du Père Dubois dans le Champsaur sera pris par deux autres jeunes prêtres malgaches dont l’un est venu à la demande même de l’actuel curé.

On dit que le Père Sébastien Dubois aurait appris son départ il y a quelques jours seulement… Pourquoi une décision si rapide ? Comment a-t-elle été prise ?

Mgr JMdFL : Je suis impressionné par la facilité avec laquelle certaines personnes font circuler des rumeurs ! Cette décision a été prise il y a plus d’un an en Conseil épiscopal. A cette époque, le Père Félix Caillet, Vicaire général , en avait fait part au Père Dubois. Cette décision lui a été confirmée il y a quelques semaines par le Vicaire général. Je l’ai moi-même reçu longuement le 12 juillet.
C’est en accueillant cette décision dans la foi, au prix de quelques sacrifices, que l’on préparera son retour dans la sérénité. Des manifestations intempestives ne peuvent que desservir la cause que l’on prétend défendre.
Il est souhaitable, avant de faire écho aux rumeurs les plus fantasques, d’attendre des informations précises. Un rendez-vous avec les paroissiens qui en ont fait la demande est pris avec le Vicaire général lorsqu’il sera de retour à la fin de ce mois.

Publié dans Actualité

Commenter cet article