*****LA SEMAINE SAINTE 2009 A GAP*****

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun

 

 Homélie de Mgr Jean-Michel di FALCO LEANDRI
au cours de la messe de la Vigile pascale
 

(Cliquez ci-dessous pour écouter)

 


dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/01/30/68/Hom-lie-de-la-nuit-Pascale-2009.final2.mp3&


Diaporama de la Semaine Sainte

 



4000 visiteurs au cours de la Semaine Sainte pour voir la "PIETA" de Paul FRAYER

 

REACTIONS

 



Depuis le vernissage de l'exposition du Christ sur un siège de torture, sculpture de Paul Fryer, dimanche 4 avril en la cathédrale de Gap, vous avez été nombreux à nous faire part de vos réflexions et remarques. Bon nombre de commentaires d'internautes sont déjà mis en ligne sur notre blog. En voici d'autres pour alimenter la réflexion autour d'une oeuvre dont l'exposition s'achève demain, dimanche 12 avril.



 


Merci à l'artiste et à celui qui a organisé cette exposition. Cela a le mérite de nous réveiller, nous autres chrétiens, dans notre foi, dans notre façon de voir Jésus. Nous ne devons pas nous laisser endormir par nos habitudes. Ouvrons les yeux sur ce qu'a fait Jésus pour nous et sur notre cruauté entre hommes qui continue à travers les âges.
Anonyme

_____________

 

 

Faut être fêlé pour inventer une pareille idiotie. Vous n'en avez pas marre de faire du révisionnisme.
Vous méritez au moins une comparution en justice pour insulte envers la vraie foi, sinon la chaise électrique pour blasphème.

Combien a couté cette saleté ?

N'oubliez pas le denier du culte pour faire financer vos projets scatologiques.

Si "monseigneur" a des vagues à l'ame en pensant à la croix, offrez lui une cure de jouvence dans un goulag ; là il retrouvera peut-être ses esprits et comprendra la réalité de l'existence.

Et n'oubliez pas de remplacer toutes les croix par des chaises.

J.F.L.

 

_____________

 

Monseigneur,
Je reçois un courriel de Monsieur Villette qui encourage ses correspondants à vous écrire. Son message, quelque peu empreint de haine et bien loin de l'enseignement de paix que j'ai reçu du Christ, me fait réagir.
Sachez que très nombreux sont ceux qui vous soutiennent dans tous vos écrits et vos paroles.
Sachez que nous ne saurons jamais vous remercier assez pour votre apport à l'église de France, tant dans le passé quant on vous a connu à Paris que dans votre mission actuelle.
Les horreurs que nous lisons sur vous ne font pas honneur à leurs auteurs qui font pourtant référence au message du Christ.
Merci encore pour tout, et en particulier pour vos efforts considérables pour développer le diocèse de Gap, et en particulier pour votre dévouement à la cause de Benoîte Rencurel.
Puisse t-elle - de là-haut où elle nous regarde - ne voir que les bienfaits de vos actions et non pas les médisances de certains.
Bonnes et saintes fêtes de Pâques,
Merci encore
I. P.

_____________

 

A peine le pied posé sur le perron de la cathédrale de Gap, et l'on est saisi par une apparition presque inquiétante au fond de la nef latérale. Le Christ surgit de l'obscurité, assis sur une chaise électrique et non crucifié. Nous sommes à la veille de Pâques. Cette vision provoque choc et même douleur chez certains chrétiens scandalisés. Et pourtant la croix n'était-elle pas à l'époque romaine l'équivalent de la chaise électrique, un instrument de mort et de torture, d'autant plus infamant qu'il était réservé aux esclaves ? Le Christ redevient alors notre contemporain et sa Passion n'en est que plus actuelle. A nous de ne pas ignorer la souffrance de chacun. 
Le réalisme exacerbé de la figure du condamné, dans sa chair, ses cheveux couronnés d'épines, sa tunique rouge de sang et la douleur de son visage baissé, accablé, nous ramènent aux figures de procession de la Semaine Sainte espagnole. Cette oeuvre qui peut paraître provocatrice prend donc aussi ses racines dans un art traditionnel et populaire. 
Et c'est dans cette alliance de la tradition et de la modernité, dans cette concentration de significations essentielles, que l'on peut reconnaître à la Pietà de Paul Fryer sa dignité d'oeuvre d'art.  
Christine de Winter
 

_____________

 

A l'heure où nous entrons dans nos églises sans même regarder Jésus sur la croix ;
A l'heure où cette croix est devenu un objet de décoration, un bijou avec or et pierres précieuses ;
A l'heure où cette croix est devenu un objet de mode galvaudé ;
A l'heure où cette croix est devenu un objet "d'art" tellement stylisé qu'elle en a perdu tout sens religieux ;
A l'heure où pour être dans l'air du temps des dirigeants de l'Eglise portent cet objet "d'art";
Je dis merci à Mgr di Falco de me réveiller en me faisant souvenir que Jésus est venu souffrir sur cette croix, cette chaise ou n'importe quel autre objet de supplice.
Merci à Mgr di Falco d'être un Berger avant d'être une "personnalité".
Merci à toi, Jésus, d'être monté au supplice pour nous.

 

_____________

 

 

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article

ygail 19/11/2009 07:46


Je n'ai qu'une chose à dire : Bravo à cet artiste, et à Mgr di Falco pour avoir osé !
La souffrance du Christ est celle de tous les hommes que l'on crucifie encore aujourd'hui, avec des procédés modernes. Cette sculpture nous fait réfléchir sur l'horreur de la peine de mort. C'est
bien.


L'Huillier 06/07/2009 23:27

Mgr vous êtes un idiot! C'est la seule chose que j'ai trouvé à vous dire au regard de cette exposition inutile et triste du Christ sur une chaise électrique. Un idiot...Laurent-Sébastien L'Huillier

Bernard Mariotti, ancien séminariste avec JM di Falco à Marseille 29/04/2009 01:24

"Si au temps de l'occupation romaine la guillotine avait existé à Jérusalem, les disciples de Jésus porteraient autour du cou une guillotine de bois, d'or ou de fer. Les vitrines des bijouteries présenteraient d'aimables guillotines d'argent. Les évêques près du peuple en porteraient en bois d'olivier, d'autres, l'échine courbée par le poids de l'objet massif, s'afficheraient avec des guillotines d'artistes. Sur toute la planète les lieux de pèlerinages verraient les marchands du temple proposer leurs guillotines off,soft,low cost!" L'initiative du responsable de cette exposition, Monseigneur Di Falco que j'ai félicité par courrier, permet à tous les chrétiens de "re-voir" autrement la croix de leur croyance, alors que tous, incroyants ou pas, nous croisons des calvaires à tous les carrefours de France sans les voir"

kinporte 28/04/2009 14:20


Monseigneur, êtes vous sûr de vraiment adhérer à VATICAN 2 ?

"....Les évêques aussi veilleront à ce que les œuvres artistiques qui sont inconciliables avec la foi et les mœurs ainsi qu'avec la piété chrétienne, qui blessent le sens vraiment religieux, ou par la dépravation des formes, ou par l'insuffisance, la médiocrité ou le mensonge de leur art, soient nettement écartées des maisons de Dieu et des autres lieux sacrés..... " / VATICAN 2,constitution Sacrosanctum concilium/ Chap7-124/Des œuvres belles, appropriées aux lieux saints. Conformément à VATICAN 2, avant de décider d'exposer, vous êtes vous concerté avec les commissions d'art sacré?
Chap7-126.
Sur le plan de la foi et de la révélation divine, la croix n'est pas comparable à un simple instrument de mort. Dieu a choisi la croix qui s'inscrit dans la continuité de la bible. «


De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle. » (Jn 3,14-15)
La croix est l'aboutissement de la révélation divine :

"...Il a plu a Dieu, dans sa bonté et sa sagesse, de se révéler LUI MEME... les oeuvres accomplies par Dieu dans l'histoire du salut rendent évidentes et corroborent la doctrine et l'ensemble des choses signifiées par les paroles..." / VATICAN 2,
Dei verbum


Certes, l'oeuvre est artistique. Mais, un peu simpliste, elle risque de tromper les plus fragiles. Cette vision réductrice du sacrifice de Jésus est la porte ouverte à tous les contresens. Ne pas tout expliquer, de la rédemption c'est tromper. Caricaturer est une liberté, sa réponse en est une autre, elle permet de rebondir. Y répondrez vous? Exposer : oui! mais il y a des lieux, des temps et des manières pour ça. Cette oeuvre a -t elle le but sincère d'évangéliser ou le but mercantil d'assouvir les envies des plus riches collectionneurs? Le fruit de la vente a t il été donné aux pauvres?
Cela dit, vous m'avez convaincu : lâchons nous! Faisons nous plaisir ! Ne nous prenons pas la tête! La tentation est si grande d'ajouter un peu de ses propres envies créatives et de ses sentiments, voire ses pulsions.
Afin d'attirer un peu plus l'attention, quand nous ferez vous le "signe de la chaise electrique"? Ce serait de l'art, comme une danse, tout le monde pourrait se l'approprier. Il est vrai qu'aller à temps et à contre temps ça "paye pas" ! Alors vous avez raison : mieux vaut être populaire, et avoir les suffrages du monde actuel. La majorité de nos contemporains est de votre coté, vous n'aurez pas de croix à porter.
kinporte

Anonyme 21/04/2009 19:59

Voila plus de 10 ans que je n'avais pas mis un pied à la cathédrale.Enfant cette cathédrale était synonyme de catéch', de communions avec la promesse de cadeaux à la clé. Adulte, je reçois des invitations pour assister à des mariages dans ce "décor" : le folklore des photos : ignoble motivation ! ou encore des baptêmes pour faire plaisir aux grands-mères. Alors, oui, ce "buzz" autour du Christ vient secouer certaines personnes. Le Christ et le rameau sont ils uniquement voués à décorer une tête de lit et ne pas aller plus loin dans la réflexion ? Parcourant les musées, j'ai pu voir des "Cène" bien plus déjantées, proposant une vision de lupanar, où entre gays, ou avec un Mc Do et du coca. L'art a toujours été au service de la religion. L'art était le seul support de la transmission de la culture religieuse. L'art contemporain revisite l'histoire avec les codes actuels. Rien de choquant !Merci à vous pour cette initiative !!!