Jeudi, 4e semaine de Carême : Trois visages de l'amour

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun

L’amour en vous - Jean 5, 31-42

 

Jésus dit : « Si je me rendais témoignage à moi-même, celui-ci ne serait pas crédible ; c’est un autre qui me rend témoignage et je sais que le témoignage qu’il me rend est véridique. Vous avez envoyé une délégation auprès de Jean et il a rendu témoignage à la vérité. Quant à moi, je n’ai pas à recevoir le témoignage d’un homme, je parle ainsi pour que vous soyez sauvés. Jean fut la lampe qu’on allume et qui brille. Vous avez bien voulu vous réjouir pour un moment à sa lumière. Or, je possède un témoignage qui est plus grand que celui de Jean : ce sont les œuvres que le Père m’a donné à réaliser ; je les accomplis et ce sont elles qui portent ce témoignage : le Père m’a envoyé. Le Père qui m’a envoyé a lui-même porté témoignage à mon sujet. Mais jamais vous n’avez ni écouté sa voix, ni vu ce qu’il révélait. Sa parole ne demeure pas en tous car vous ne croyez pas à celui qu’il a envoyé, vous scrutez les Ecritures parce que vous pensez obtenir par elles la vie éternelle : ce sont elles qui me rendent témoignage. Mais vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie éternelle. La gloire qui vient des hommes, je n’ai pas à la recevoir D’ailleurs, je vous connais, tous n’avez pas en vous l’amour de Dieu. »


Trois visages de l’amour

 

 « Vous n’avez pas en vous l’amour de Dieu. » Dur à entendre dans la bouche de Jésus. Si quelqu’un vous en disait autant, quel effet cela vous ferait ? Pour en arriver là, il fallait vraiment que Jésus ait du fil à retordre avec les Juifs. A noter au passage, quand saint Jean parle en mauvaise part des Juifs, il ne vise pas le peuple d’Israël mais seulement la classe politico-religieuse. Il dénonce le pouvoir de la religion quand elle s’érige en idéologie dominante, obsédante, aveuglante.

« Vous n’avez pas en vous l’amour de Dieu. » Son amour dépasse l’amour humain. Pourtant, il en prend les visages. On pense d’abord à l’amour-passion. Lui, il l’a connu à sa manière jusqu’à l’extrême du don de sa vie. Et l’amour-affection ? De quelle manière l’a-t-il vécu avec son Père des Cieux ? Et parmi les siens ? Joseph, quand il était petit ? Sa mère, à l’âge adulte ? Sans nul cloute il a connu tout cela, bien que l’Evangile ne souligne aucun trait particulier. Et avec ses apôtres ? Pierre et Jean, bien sûr. Il a eu aussi des amis, Lazare : des amitiés féminines, Marie-Madeleine. Certains émettent l’hypothèse qu’elle était sa cousine. Suzanne, une anonyme. Jeanne, l’épouse du riche intendant d’Hérode. Et d’autres femmes qui l’accompagnaient au long de sa mission.

Il a alors manifesté son amour de compassion en soulageant toute détresse humaine. Dans son sillage, comment nous-mêmes vivons-nous l’amour-compassion ? Celui-ci ne rime pas avec émotion, mais plutôt avec rédemption au sens profane du terme. Le meilleur équivalent est la solidarité avec les infortunés de la Terre. Le Carême est le temps favorable pour vérifier l’authenticité de notre compassion. Voir jusqu’où elle peut aller. Il est aisé d’en parler en militant. Plus crucifiant de la vivre en prenant le risque

Fou de sauver la brebis perdue. Tant qu’on n’a pas expérimenté jusqu’ou mène le don de soi pour une seule personne en perdition, peut-on savoir ce que l’on dit quand on parle de compassion ?

 

Père Pierre Talec, 64 regards sur Jésus, Editions Salvator, 2005, 17 €, ISBN 2-7067-0415-2

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

françois de lélée 26/03/2009 11:55

commentaire père P. Tallec de l'évangile de st Jean du 26/03/09.Plusieurs conceptions de l'amour :- l'amour de Dieu dépasse l'amour humain- l'amour-pasion témoigné à l'égard de son prochain- l'amur-affection témoigné à l'égard de son prochain- l'amour de compassion témoigné à l'égard de son prochain- solidarité avec les infortunés de la TerrePeut-on les classer par importance ?Dans 1 COR(13: 1 à 13) certaines traductions citent "la Charité", d'autres "l'Amour" !!!Je préfère l'amour car c'est par amour que j'aime ma femme & mes enfants, non par charité..Quelque soit l'intensité de la charité que j 'éprouve pour mon prochain, ce concept me semble diminué par rapport à l'amour !"Aimer son prochain comme soi meme" Que veux dire exactement "aimer comme soi-meme" ? Faut-il en passer par l'amour de soi-meme pour comprendre ce que nous demande le Christ Jésus ?