Tchat des internautes du site Libération avec Mgr Jean-Michel di Falco Léandri

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun


Après les déclarations controversées du Pape sur le préservatif, Mrg Jean-Michel di Falco Léandri a répondu aux internautes du site Internet Libération au cours d'un tchat improvisé lundi 23 mars à 15h30 :


Alain. Que pensez-vous Monseigneur di Falco de la position de l'Eglise en ce qui concerne le préservatif et l'I.V.G?

Monseigneur di Falco Léandri. On ne peut pas répondre à deux questions dans une, une chose est le préservatif, et une autre l'IVG. En ce qui concerne le préservatif le rôle du Pape est d'indiquer le chemin idéal pour vivre sa foi chrétienne. Cependant, si on a un comportement à risques, on ne doit ni être criminel, ni être suicidaire, et avoir recours aux outils qui sont à la disposition des personnes, donc au préservatif, pour tenter de limiter les risques. En ce qui concerne l'avortement, la position de l'Eglise est claire: le respect de la vie, de sa conception jusqu'à son terme.

Eauclair. Le Pape a raison en ce qui concerne le préservatif. Il est le successeur de saint Pierre et connaît bien les textes sacrés, notamment en ce qui concerne la sexualité des origines à nos jours. La plénitude de la sexualité est dans le mariage (voir la Génèse). Qu'en pensez-vous?

Monseigneur di Falco Léandri. Je suis d'accord avec ce que vous dites, mais il ne faut pas oublier que les êtres humains ne sont pas que des anges. Et qu'ils ne parviennent pas toujours à vivre l'idéal que propose la foi. Le Christ le sait bien dans l'attitude qui est la sienne à l'égard des pécheurs.

Dodcoquelicot. Trouvez-vous Benoît XVI moins ouvert, dira-t-on que son prédécesseur ? N'est-ce pas un retour à la grande tradition papale, au catholicisme pur et dur ?

Monseigneur di Falco Léandri. Je dirais que Benoît XVI ne dit rien d'autre que ce que disait Jean-Paul II, mais Jean-Paul II le disait différemment.

Votre pseudo. Je ne me reconnais plus dans cette Eglise catholique, avec ce nouveau pape, et ces décisions insupportables (réintégration d'un évêque négationniste et la question du SIDA). Comment fait-on pour annuler son baptême et quitter officiellement l'Eglise catholique?

Monseigneur di Falco Léandri. Le baptême n'est pas un acte administratif, il s'agit pour le croyant d'un sacrement. Cependant, vous pouvez adresser un courrier au responsable du diocèse dans lequel vous avez été baptisé pour faire part de votre demande, et une mention peut être faite sur le registre du baptême.

Curieux. L'incapacité de la hiérarchie catholico-romaine à se faire entendre sur les questions de société n'est-elle pas due à son obstination à parler de choses modernes avec les mots du passé ? Ne serait-elle pas plus efficace en s'appuyant sur des chiffres et des études scientifiques plutôt que sur des dogmes ?

Monsieur di Falco Léandri. Lorsque le Pape parle de ces questions, il ne s'agit pas de dogme. Utiliser ou pas un préservatif n'a rien à voir avec le dogme. Il faut rappeler que les dogmes sont les définitions des fondements de la foi. Maintenant, vous avez sans doute raison, il y a de fait une question de langage. Il y a, d'une part, la parole officielle du plus haut responsable de l'Eglise, qui n'exclut pas le travail avec des spécialistes sur le terrain, d'autre part la parole de responsables d'Eglises, de prêtres et de laïcs.

Yan80. Comment les évêques de France pensent-ils argumenter face à la jeunesse, quand le Pape persiste dans un conservatisme d'un autre age? Etes vous capables de dire oui à une prévention anti Sida hors l'abstinence?

Monseigneur di Falco Léandri. Il faut savoir que les jeunes chrétiens sont en relation avec des adultes qui animent les aumônories. Les mouvements de jeunesses sont en relation avec des prêtres, c'est l'occasion de débats, de dialogues, de discussions. Je suis persuadé que la plupart des éducateurs incitent ces jeunes à se comporter en responsables, responsables d'eux-mêmes, dans le respect des autres. Là encore, tout doit être fait pour la prévention par rapport au sida, mais dans un souci de responsabilisation, sans leur cacher les risques, et en leur faisant connaître, s'ils prennent des risques, les moyens de tenter de les limiter.

Reniton. Monseigneur, comment parleriez-vous du sida à votre fils, si vous en aviez un ?

Monsieur di Falco Léandri. Tout dépend de l'âge de l'enfant. Mais si celui-ci est en âge de commencer à avoir des relations amicales avec des jeunes filles, et si ce garçon a la foi, dans un premier temps, je lui ferais connaître les exigences de sa foi chrétienne. Mais je lui ferais part des risques, s'il a un comportement qui ne respecte pas les exigences de sa foi chrétienne, et je lui ferais connaître les moyens, là encore pour les limiter, si un jour il se mettait dans une situation où il prendrait des risques.

Bizarre. A quand un Concile qui aborde les questions que Vatican II a évitées, en toute franchise (communion des divorcés-remariés, sacerdoce de femmes, mariage des prêtres). Pensez-vous qu'il faudrait attendre un autre pape ?

Monseigneur di Falco Léandri. Effectivement, seul le Pape peut convoquer un Concile, si il le juge nécessaire pour aborder des questions importantes qui se posent à l'Eglise, comme celles que vous posez.

Tanguys. Vous dites par rapport à l'avortement : «En ce qui concerne l'avortement, la position de l'Eglise est claire, le respect de la vie, de sa conception jusqu'à son terme.» Lorsqu'une personne se fait violer, vous savez bien que sa vie n'a pas été respectée. Vous lui demandez de pardonner en quelque sorte et de passer outre. Mais c'est dur et pas à la portée de tout le monde. Ne croyez-vous pas ?

Monseigneur di Falco Léandri. Bien sûr. Il est toujours à la fois difficile et risqué d'apprécier les situations dans lesquelles se trouvent les autres sans y être soi-même. La situation que vous évoquez est très douloureuse, il appartient à ce moment-là d'être à la fois attentif, accueillant, respectueux des personnes qui se trouvent dans les situations que vous décrivez.

Dodcoquelicot. Le Pape a-t-il le droit de faire des erreurs, de se tromper, et doit-il s'en expliquer ?

Monsieur di Falco Léandri. Il ne faut pas oublier que le Pape est une homme et qu'il peut, lui aussi, comme tout être humain, commettre des erreurs, et il lui appartient, s'il le juge bon, de s'expliquer sur ses erreurs. On parle de l'infaillibilité du Pape, il est bon de rappeler que c'est dans des conditions tout à fait particulières, concernant la foi, que le Pape peut engager son infaillibilité, mais dans des domaines précis, qui sont ceux de la foi.

Leopardo. Pourquoi le préservatif aggraverait-il la situation du Sida?

Monseigneur di Falco Léandri. Ce n'est pas en fait l'usage du préservatif qui aggraverait le développement du sida. En revanche, c'est le manque d'éducation, d'appel à la responsabilité, qui peut manquer à la prévention. Autrement dit, la prévention ne passe pas seulement par la distribution de préservatifs, elle passe aussi par la prise de conscience de la responsabilité que l'on prend dans une relation.

Dodcoquelicot. A contrario, ne trouvez-vous pas qu'il y a un vent de modernisme chez les jeunes prêtres, une envie de rompre avec une Eglise de musée, de prendre des positions et d'afficher une certaine décontraction, bien loin de l'austérité papale ?

Monseigneur di Falco Léandri. Je suis bien placé pour savoir que parmi les jeunes prêtres il n'y a pas une attitude type, il peut y avoir effectivement ce que vous décrivez. Parmi les jeunes prêtres, on trouve toute la palette des attitudes, depuis l'attitude la plus traditionnelle, à la plus ouverte.

Moon.69. Les propos du Pape parlent d'une «humanisation de la sexualité». En quoi le fait de porter (ou pas) une capote fait de vous un être humain?

Monseigneur di Falco Léandri. Quand le Pape parle d'«humanisation de la sexualité» ce n'est pas lié au fait que l'on porte ou pas un préservatif, mais c'est dans la façon dont les personnes se comportent en elles, dans le respect mutuel. Lorsqu'on voit ce qui se passe dans certaines banlieues, les tournantes, les agressions sexuelles, on ne peut pas parler d'humanisation. L'«humanisation de la sexualité», ça serait plutôt dans la place qu'occupe la sexualité dans les relations humaines.

Lio. Vous dites, «la différence entre Benoît XVI et Jean-Paul II n'est pas différente dans le fond»; la différence de forme alors est-elle un moyen d'être plus médiatique? de relancer le débat sur l'Eglise?

Monseigneur di Falco Léandri. Si c'était le cas, ça voudrait dire que les récentes déclarations du Pape étaient une stratégie de communication, et je suis convaincu que ce n'est pas le cas.

Gogol. L'Eglise a-t-elle intérêt à réintégrer des évêques comme Mgr Williamson, qui flirtent avec l'antisémitisme ? Qu'a-t-elle à gagner à réintégrer des gens pareils ?

Monseigneur di Falco Léandri. Elle n'a malheureusement rien à gagner. Mais son rôle est de savoir tendre la main, même à la personne ayant tenu les propos les plus scandaleux.



Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article