Communiqué du Saint-Siège relatif aux propos tenus par le Pape sur le préservatif

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun


La Salle-de-Presse du Saint-Siège a diffusé hier soir le communiqué suivant relatif aux réactions suscitées par ce qu'a dit le Pape à propos du SIDA :



"Le P.Federico Lombardi précise qu'il a simplement rappelé la position de l'Eglise et ses principes de lutte contre ce fléau : d'abord par l'éducation à la responsabilité sexuelle des personnes, et la réaffirmation du rôle essentiel du mariage et de la famille ; ensuite par la recherche médicale et l'application de traitements efficaces qui soient à disposition du plus grand nombre possible de malades, par le biais de vastes initiatives et d'institutions médicales appropriées ; enfin par une assistance pratique et morale des victimes du SIDA, qui comme toutes les personnes qui souffrent sont chers à l'Eglise. Ce sont les lignes sur lesquelles l'Eglise concentre ses efforts, qui ne considère pas qu'une plus ample diffusion du préservatif soit une solution meilleure, c'est-à-dire prévoyante et efficace pour enrayer la maladie et protéger la vie humaine"





                                         ___________________________






Publié dans Actualité

Commenter cet article

jacky billaud 19/03/2009 20:23

Bonsoir.Très bien ce communiqué mais il faut le diffuser sur le site facebook.Merci.

Veritatis 19/03/2009 17:15






Le diocèse de Recife et les faits

Dans un long communiqué publié le 16 mars (v.o. portugais, version anglaise, intégralité de la version traduite en français), le diocèse de Recife (lettre signée par le vicaire général, le chancelier, l'avocat de l'archidiocèse, le recteur du séminaire et le curé de Alagoinha) apporte des précisions suite à la polémique.
Extraits de l'Osservatore Romano

CLARIFICATIONS DE L'ARCHIDIOCÈSE D’OLINDA ET RECIFE

SUR L'ARTICLE PUBLIÉ DANS L’OSSERVATORE ROMANO INTITULÉ « DALLA PART DELLA BAMBINA BRASILIANA »
Concernant l'article intitulé « Dalla part della bambina brasiliana » (« De la part de la petite Brésilienne ») publié dans L'OSSERVATORE ROMANO le 15 mars, nous, soussignés. déclarons ce qui suit:
1. Le viol n’a pas eu lieu à Recife comme le dit l'article, mais dans la ville d'Alagoinha (Diocèse de Pesqueira). L'avortement, lui, a été pratiqué à Recife.
2. Nous tous, à commencer par le curé d'Alagoinha (soussigné), nous avons traité la jeune fille enceinte et sa famille avec toute la charité et toute la tendresse voulues. Le Curé, en appliquant sa sollicitude pastorale en apprenant la nouvelle dans sa résidence, s'est immédiatement rendu à la maison de la famille, où il a rencontré l'enfant pour lui prêter aide et accompagnement dans la grave et difficile situation où celle-ci se trouvait. C’est cette attitude qui a été suivie pendant les jours, d’Alagoinha à Recife où s’est produit le triste évènement de l'avortement de deux innocents. Il est donc évident, sans équivoque aucune, que personne n'a pensé en premier lieu à une « excommunication ». Nous avons utilisé tous les moyens à notre disposition pour éviter l'avortement et sauver ainsi les TROIS vies. Le Curé a accompagné personnellement le Conseil des enfants de la ville dans toutes les initiatives qui visaient le bien de la jeune fille et de ses deux enfants. À l'hôpital, lors des visites quotidiennes, il a eu une attitude d'affection et d’attention qui a montré, tant à la jeune fille qu’à sa mère, qu’elles n'étaient pas seules. mais que l'Église, représentée par le Curé local, leur garantissait l'assistance nécessaire et la certitude que tout soit fait pour le bien de la jeune fille et pour sauver ses deux enfants.
3. Après le transfert de la jeune fille dans un hôpital de la ville de Recife, nous avons essayé d'utiliser tous les moyens légaux pour éviter l'avortement. L'Église s’est constamment impliquée à l'hôpital. Le Curé de la jeune fille a fait des visites quotidiennes à l'hôpital, situé à 230 km de Recife, sans compter ses efforts pour que la jeune fille et sa mère sentent la présence de Jésus, le Bon Pasteur, qui va à la rencontre de ses brebis qui ont le plus besoin d'aide. Ainsi le cas a été traité avec toute l’attention voulue de la part de l'Église, et non « hâtivement » comme le dit l'article.
4. Nous sommes en désaccord avec l'affirmation dont « la décision est ardue… au regarde de la loi morale elle-même ». Notre Sainte Église continue à proclamer que la loi morale est on ne peut plus claire : il n'est jamais licite de supprimer la vie d'un innocent pour sauver une autre vie. Les faits objectifs sont ceux-ci : certains médecins déclarent explicitement qu’ils pratiquent et continueront à pratiquer l'avortement , et d’autres déclarent avec la même fermeté que jamais ils ne pratiqueront d'avortement. Voici la déclaration écrite et signée par un médecin catholique brésilien : « (...) En tant qu’ obstétricien ayant exercé 50 ans, formé à la Faculté Nationale de Médecine de l'Université du Brésil, et ex responsable de la Maternité de l'Hôpital d'Andarai, où j’ai travaillé 35 ans jusqu'à ma retraite, avant de me consacrer au Diaconat, et ayant réalisé 4 524 (quatre mille cinq cents vingt-quatre) accouchements, souvent de mineures, je n'ai jamais eu besoin de recourir à l'avortement pour « sauver des vies », et c’est également le cas de tous mes collègues intègres et honnêtes dans leur profession et fidèles à leur serment d’Hippocrate. (...) ».
5. Il est faux d'affirmer que le fait n’a été divulgué dans la presse que parce que l'Archevêque d'Olinda et de Recife s'est dépêché de prononcer l'excommunication. Il suffit de constater que le cas a été rendu public à Alagoinha le mercredi 25 février. L’Archevêque s'est exprimé dans la presse le 3 mars et l'avortement a eu lieu le 4 mars. Il serait excessif d'imaginer que la presse brésilienne, devant un fait d’une telle gravité, ait gardé le silence pendant cet intervalle de six jours. Ainsi, la nouvelle concernant la jeune fille (« Carmen ») enceinte était déjà dans les journaux avant l'avortement. Ce n’est qu’ensuite, interrogé par les journalistes le mardi 3 mars, que l’Archevêque a mentionné le canon 1398. Nous sommes convaincus que la divulgation de cette sanction ‘thérapeutique’ (l'excommunication) sera bénéfique pour beaucoup de catholiques, en les amenant à éviter ce très grave péché. Le silence de l'Église serait très dommageable, surtout lorsque l’on considère qu’il y a cinquante millions d'avortements chaque année dans le monde, et que rien qu’au Brésil un million de vies innocentes sont fauchées. Un silence pourrait être interprété comme de la connivence ou de la complicité. Si un médecin a un « cas de conscience » il doit – avant de pratiquer un avortement (ce qui nous semble extrêmement improbable), s’il est catholique et qu’il désire observer la loi de Dieu – consulter un guide spirituel.
6. En d'autres termes, l'article e