Le pape et le sida : Mgr Jean-Michel di Falco Léandri en direct sur RTL

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun


Monseigneur Jean-Michel di FALCO LEANDRI
Evêque de GAP et d'EMBRUN
 
  
répondra aux questions des auditeurs
à 8h35
en direct sur RTL

ce mercredi 18 mars 2009
 
suite aux réponses données à des journalistes, à propos du sida, par le Pape Benoît XVI
dans l'avion qui le conduisait en Afrique.


-----


Pour accéder à RTL en direct, cliquez ci-dessous :

RTL


Publié dans Actualité

Commenter cet article

GOUIN 28/03/2009 14:49

Je suis très étonné du peu de publicité donné aux propos et analyses scientifiques faits par le Dr. Edward C. Green de l'Université d'Harvard. Ce "Senior Resaercher", qui se dit "progressiste", directeur du programme sur la prévention du Sida à Harvard dit entre autres: "Le Pape a raison"! Pour ma part, en effet, je dirai:Ne confondons pas le comportement d'un individu et celui d'une collectivite. Une molécule ne se comporte pas comme des milliards de molécules et l'homme est autrement plus complexe.En fait les médias refusent le débat même mené par des savants de premier plan comme le Dr E.C. Green. Je vous conseille donc d'aller sur le site de son équipe à l'université d'Harvard. Ainsi vous ne subirez pas l'effet de la pensée unique qui veut nier toute statistique et toute analyse car...ce n'est pas politiquement correct.Renseignez-vous par vous-même et internet qui est parfois la pire des choses peut aussi parfois ouvrir des horizons que les médias se refusent à montrer.http://www.harvardaidsprp.org/faculty-staff/edward-c-green-bio.html

Jean 18/03/2009 22:56

Voici la question du journaliste et la réponse de Benoît XVI, dans son contexte.
Question - Votre Sainteté, parmi les nombreux maux qui affligent l'Afrique, il y a également en particulier celui de la diffusion du sida. La position de l'Eglise catholique sur la façon de lutter contre celui-ci est souvent considérée comme n'étant pas réaliste et efficace. Affronterez-vous ce thème au cours du voyage ?
Benoît XVI -  Je dirais le contraire : je pense que la réalité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte contre le sida est précisément l'Eglise catholique, avec ses mouvements, avec ses différentes réalités. Je pense à la Communauté de Sant'Egidio qui accomplit tant, de manière visible et aussi invisible, pour la lutte contre le sida, aux Camilliens, à toutes les religieuses qui sont à la disposition des malades... Je dirais qu'on ne peut pas surmonter ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. Si on n'y met pas l'âme, si on n'aide pas les Africains, on ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs : au contraire, le risque est d'augmenter le problème. La solution ne peut se trouver que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c'est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui apporte avec soi une nouvelle manière de se comporter l'un avec l'autre, et le deuxième, une véritable amitié également et surtout pour les personnes qui souffrent, la disponibilité, même au prix de sacrifices, de renoncements  personnels, à être proches de ceux qui souffrent. Tels sont les facteurs qui aident et qui conduisent à des progrès visibles. Je dirais donc cette double force de renouveler l'homme intérieurement, de donner une force spirituelle et humaine pour un juste comportement à l'égard de son propre corps et de celui de l'autre, et cette capacité de souffrir avec ceux qui souffrent, de rester présents dans les situations d'épreuve. Il me semble que c'est la juste réponse, et c'est ce que fait l'Eglise, offrant ainsi une contribution très grande et importante. Nous remercions tous ceux qui le font.
Source : http://zenit.org/article-20486?l=french 

LEFEBVRE PATRICIA 18/03/2009 21:03

Monseigneur,je vous ai confiée ma nièce à Saint François Xavier il y a 10 ans en tant que Marraine de confirmation.Je suis moi-même attachée à votre diocése Bayons 04250.Je suis profondément attristée par les paroles de Benoit XVIJ.'ai vécu en Afrique.Que dire de notre Pape que vous défendez et que j'ai souhaité.C'est une catastrophe,tant de dogme,inconciliable en 2009.

Benoit wollseifen 18/03/2009 18:28

Je n'ai malheureusement pas pu écouter  l'intervention sur RTL de Monseigneur Di Falco,  mais devant la levée de boucliers sucitée par la déclaration du Saint Père, je me suis tourné vers les sources. Et les sources que disent-elles ? Qu'a réellement dit le Pape ?  D'après L'osservatore romano du 18/03/09, je cite : "Sulla diffusione dell'Aids nel continente africano, il Pontefice ha risposto che non ci sono realtà più efficientinella lotta contro la terribile epidemia di quelle legate alla presenza della Chiesa. Del resto — ha puntualizzato — non si può vincere l'Aids con il denaro, tantomeno con la distribuzione dei preservativi. Due le risposte offerte dalla Chiesa: umanizzare la sessualità e aiutare l'uomo anche nelle situazioni di sofferenza."  je traduits la partie en italique (parales du Saint Père)  "Du reste, on ne peut vaincre le sida avec l'argent pas plus que par la distribution de préservatifs. Les réponses de l'Eglise sont doubles : humaniser la sexualité et également aider l'homme dans les situations de souffrances."Reprenons donc le message de l'Eglise  et du Pape : l'Eglise prône et recommande une humanisation de la sexualité : il n'est pas question d'avoir une sexualité animale (actes sans amour et uniquement dans le but d'assouvir une pulsion) mais une sexualité  au sein du couple et de l'amour !  En dehors de cette fidélité à l'autre il n'y a que le péché. Comment le Pape pourrait-il recommander l'utilisation du préservatif ? Au sein du couple mari et femme légitime, il n'y a pas besoin de préservatif !  Ah si on prèche pour l'adultère et la prostitution, c'est autre chose ! D'autre part, n'oublions pas la deuxième partie de la phrase : aider notre frère qui est en situation de souffrance.Bref, pour en revenir à toute cette polémique médiatique : il s'agit d'une mauvaise traduction et d'une extrapolation des paroles du Saint Père.  

Jean 18/03/2009 15:20

Merci à Monseigneur di Falco de prendre la défense du pape. N'en déplaise à ses détracteurs, le Saint-Père ne fait que rappeler la doctrine de l'église. Ce n'est pas à l'église à se mettre au niveau du monde, mais au monde de tendre vers la perfection que l'église lui propose. Et que diable (si je puis m'exprimer ainsi), plutôt que de lire dans la presse "ce que le pape aurait dit" donnons-nous le mal d'aller chercher l'information à sa source et reprenons les propos complets du Saint-Père et non des morceaux de phrases sorties de leurs contextes.