Mardi, 3e semaine du Carême : Pardonner nous honore

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun

Demander pardon - Mt 18,21-22

 

Pierre s’approcha de Jésus et lui demanda : « Seigneur ; si mon frère commet une faute à mon égard, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? » Réponse de Jésus : « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois. »



Pardonner nous honore

 

On l’a compris, pardonner soixante-dix fois sept fois revient à pardonner à l’infini. Un idéal que Dieu propose. Essayons au moins modestement de pardonner à notre mesure. Ce ne sera pas si mal et même bien, car pardonner nous honore. Il faut vraiment que Dieu y tienne pour remettre sans cesse le pardon sur le métier. J’oserais le dire, c’est un métier d’être chrétien. En ce sens qu’il faut avoir le savoir-vivre et le savoir-faire de l’évangile. Être apprenti de Dieu pour imiter sa compétence en matière d’amour. Dans notre relation avec les autres, il arrive que nous ayons des torts réciproques. Parfois cachés ou inavoués quand l’un s’estime mieux que l’autre, ou reporte la responsabilité du conflit sur lui.

Beaucoup d’éléments entrent en ligne de compte dans la mésentente : mauvaise qualité d’écoute, surtout quand, chez l’un ou l’autre, la souffrance aveugle et bloque le dialogue. Ce qui arrive dans bien des divorces. L’un et l’autre s’accusent de griefs partagés. On est alors abasourdi d’apprendre que le conjoint a interprété tel fait ou telle parole de manière diamétralement opposée à ce que l’on croyait vouloir exprimer. On se lance des invectives genre : tu as toujours raison et moi, tort. On s’enlise. De toute façon, on n’a jamais raison contre quelqu’un qui a décidé que vous aviez tort.

Donc, si vous attendez pour pardonner que l’autre reconnaisse ses défaillances, vous risquez d’attendre longtemps. Toutefois, si l’on consent à demander pardon le premier, voilà qui facilitera la réconciliation. Certes, demander pardon peut être crucifiant. Notre orgueil en prend un sacré coup. Pourtant, ce n’est pas s’abaisser mais croire à l’amour de l’autre et lui faire confiance. Demander pardon n’enlève rien à notre honneur, il l’élève...

 

Père Pierre Talec, 64 regards sur Jésus, Editions Salvator, 2005, 17 €, ISBN 2-7067-0415-2

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article