Lundi, 3e semaine de Carême : Aller son chemin

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun

Jésus menacé - Luc 4, 24-30

 

Jésus déclara : « Oui, je vous le dis, nul n’est prophète en son pays. De nombreuses veuves se trouvaient en Israël au temps d’Elie quand le ciel fut fermé trois ans et six mois. Alors, survint une grande famine dans tout le pays. Pourtant, Elie ne fut envoyé à aucune d’entre elles mais à une veuve de Sarepta, dans le pays de Sidon. De nombreux lépreux se trouvaient en Israël au temps du prophète Elisée. Pourtant, aucun d’entre eux ne fut purifié mais bien Naaman le Syrien. » Tous furent remplis de colère dans la synagogue en entendant ces paroles. Ils se levèrent, jetèrent Jésus hors de la ville et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline sur laquelle était construite leur ville, pour le précipiter en bas. Mais, lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin.



Aller son chemin

 

À Nazareth, les choses se gâtent. Les opposants à Jésus le poussent hors de la ville et l’emmènent sur une colline. A un endroit escarpé, ils tentent de le précipiter en bas. Dans le vide ! On peut se demander comment ce commando s’y est pris pour s’emparer de Jésus. Où donc étaient les disciples ? Qu’ont-ils fait pour défendre leur maître ? Cette embuscade préfigure la solitude de Jésus à Gethsémani. Jésus est tout seul. Pierre, Jacques et Jean l’ont abandonné.

Je vois un parallèle entre la Passion et le début de la vie publique de Jésus. Au désert, il est déjà affronté au vide. Sur le pinacle, Satan le tente. « Jette-toi dans le vide ! » Mais le vide le plus abyssal, Jésus le ressentira à l’intérieur de lui-même quand il aura l’impression que son Père le laisse tomber du haut de sa Croix. Luc note : « Passant au milieu de ses adversaires, Jésus allait son chemin. »

Il allait... Cet imparfait marque la durée car le chemin de Croix est déjà commencé. Jésus le poursuit en silence, sans se plaindre. Là où est ton chemin, là Dieu t’appelle. Marchons chacun sur notre chemin. Croyons-le, Dieu nous attend sur la route d’Emmaüs. Mais que faites-vous pour trouver ce chemin de Résurrection ? Marche de nuit ! Nuit de la foi. Nuit de Jésus-Christ. Importance de la nuit dans la vie de Jésus. C’est de nuit que l’ange annonce aux bergers la naissance du Fils de Dieu. C’est de nuit que Jésus meurt sur la Croix, en plein après-midi, quand les ténèbres envahissent la Terre. Nuit la plus obscure car Jésus se sent délaissé, nuit la plus claire, Jésus sort du tombeau. Il ressuscite.

Résurrection, tu demeures Mystère. Tu es notre plénitude, mais notre espérance demeure dans le vide de l’inconnu. Nuit transfigurée.

 

Père Pierre Talec, 64 regards sur Jésus, Editions Salvator, 2005, 17 €, ISBN 2-7067-0415-2

Publié dans Actualité

Commenter cet article