Election de Benoît XVI - Communiqué de Mgr di Falco

Publié le par AS

Gap, le 20 avril 2005

 

Nous avons un nouveau Pape, Benoît XVI, accueillons-le avec joie, confiance, et espérance. Avec le regard de la foi, nous savons que Dieu s’est exprimé à travers le vote du collège des cardinaux réunis en Conclave ces derniers jours.

 

Gardons-nous de nous laisser enfermer dans les "il paraît que…", "on dit que…", etc. et de cataloguer le nouveau Pape en fonction de sa mission précédente. A nouveau Pape, nouvel homme. Apprenons donc à le connaître dans la confiance.

 

L’ayant personnellement rencontré à plusieurs reprises, je me souviens en particulier de ses propos lors d’une intervention au cours d’un synode auquel j’assistais à Rome comme porte-parole. Le cardinal Joseph Ratzinger avait alors insisté sur le fait que ce qui lui semblait être le plus important pour l’Eglise aujourd’hui, « c’est qu’elle ne passe pas son temps à se regarder et à réviser ses structures, mais d’être attentive aux aspirations des hommes et des femmes de notre temps ».

 

Cette vue de l’Eglise, il l’a rappelée ce 20 avril 2005 dans le deuxième discours de son pontificat : "A tous, je m'adresse avec simplicité et affection, pour vous assurer que l'Eglise veut continuer à tisser (…) un dialogue ouvert et sincère, à la recherche du bien de l'homme et de la société. (…) Je n'économiserai pas mes forces et mon dévouement pour poursuivre le dialogue prometteur de mes vénérés prédécesseurs avec les différentes cultures", a assuré le Pape Benoît XVI. Il s’est aussi engagé à poursuivre la mise en pratique du Concile Vatican II.

 

Le Pape n’est pas l’Eglise à lui tout seul. C’est ensemble, avec lui, que nous allons écrire une nouvelle page de l’histoire de l’Eglise. Que l’avènement de Benoît XVI soit pour nous un stimulant pour que rayonne davantage l’Evangile et la Parole mobilisatrice, créatrice et toujours nouvelle du Christ. Dans la fidélité au message laissé par son prédécesseur, continuons avec courage à être des artisans de la "Civilisation de l’Amour".

 

Reprenons à notre compte ce à quoi Jean-Paul II nous a sans cesse invités, abattre les murs de la division et de la haine et ouvrir nos cœurs aux exclus, aux mal-aimés, aux malades et à tous ceux pour lesquels le Christ a fait le don de sa Vie.

 

Une messe d’action de grâce sera célébrée ce dimanche 24 avril 2005 à 10h30 à la Cathédrale de Gap, au moment où Benoît XVI inaugurera son pontificat.

 

 

        X Jean-Michel di FALCO LEANDRI

Publié dans Actualité

Commenter cet article