Visite de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri à l’abbaye Notre-Dame de Miséricorde à Rosans

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun


A l'origine prévue en décembre, mais reportée au 18 février en raison des difficultés de circulation dues à l'abondance de la neige, la visite a commencée par la messe concélébrée en l'honneur de Sainte Bernadette. Des paroissiens étaient présents, répondant à l'invitation des soeurs de prolonger ainsi le 150e anniversaire des apparitions de Notre-Dame de Lourdes.

 

  Pendant l'homélie
Au cours de la liturgie eucharistique


 Prière au cours de la neuvaine pour le Pape Benoît XVI
De gauche à droite :
Renaud de Dona Frédeville, diacre, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri,

les Pères Francis Braem, Joseph-Marie et Pellegrin.

 


Après le déjeuner pris avec les prêtres diacre présents, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri s’est entretenu avec la Mère Abbesse et la Mère Prieure, puis il a rencontré la communauté. La visite du Pape en France, la vie du diocèse, la reconnaissance du caractère surnaturel des apparitions furent parmi les sujets abordés. De leur côté, les soeurs n'ont pas manqué d'évoquer leur nouvelle fondation au Bénin et la construction du monastère.

Les bénédictines n'ont pu être présentes au cours de l'appel décisif des catéchumènes à la cathédrale dimanche 15 février, en raison de la clôture monastique. Aussi Mgr Jean-Michel di Falco Léandri leur a-t-il apporté un exemplaire du livret remis à toutes les communautés religieuses du diocèse pour prier aux intentions des catéchumènes dont les noms figurent dans ce livret.
Il leur a également offert une médaille du diocèse, la médaille commémorative de la visite du Pape en France ainsi que des chapelets bénis par le Saint Père.

Dans l’après-midi, l'évêque a présidé la cérémonie de bénédiction d’un nouveau calvaire installé dans l’église.

 

  Pendant la bénédiction du calvaire

                                Le calvaire


Dernière oraison

 

Prière de bénédiction


Nous te bénissons, Seigneur, Père très saint : dans l'abondance de ton amour, tu as donné à l'homme dans le bois où il avait trouvé sa perte le remède de vie et de salut. Car le Seigneur Jésus, quand l'heure de sa Pâques fut arrivée, monta librement sur l'arbre de la croix. Lui, notre roi, notre prêtre, notre maître, il en fit le trône de sa gloire, l'autel de son sacrifice, la chaire de sa vérité. C'est là qu'élevé de terre, il a triomphé de l'antique ennemi et que, couvert de son propre sang, il a tout attiré à lui dans sa miséricorde. C'est là qu'il étendit les mains pour t'offrir, Père, le sacrifice de sa vie et donner aux sacrements de la nouvelle alliance, la puissance de sauver. C'est là qu'Il a enseigné par sa mort ce qu'il avait annoncé : que le grain de blé, une fois mort, produit une abondante moisson. Et maintenant, Seigneur, nous te prions, que tes fils en vénérant ce signe de salut, recueillent les fruits de la rédemption que le Christ Jésus a mérités par sa passion ; que leurs péchés soient cloués sur sa Croix, leurs forces vives libérées, leur orgueil terrassé, leur faiblesse fortifiée. Que la croix soit pour eux le réconfort assuré dans les dangers, une force et un appui pour marcher sans tomber sur les chemins du monde, jusqu'au jour où tu les accueilleras, Dieu notre Père, dans la demeure du ciel. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Amen.

 



Publié dans Actualité

Commenter cet article