"J'embauche !..."

Publié le par AS

« J’embauche » s’est écrié un jour le cardinal Marty alors Archevêque de Paris. Aujourd’hui, moi-même, évêque de Gap, je reprends cet appel à mon compte : « J’embauche. »

 

Ce mois d’avril est marqué par la Journée mondiale de prière pour les vocations (dimanche 17 avril). Pourquoi chaque année au cœur du temps pascal l’Eglise nous invite-t-elle à demander au Seigneur avec insistance qu’il envoie des ouvriers au service de sa Vigne ? Parce que le temps pascal est celui de l’Espérance. Le Christ nous promet d’être avec nous tous les jours ! Il est le Bon Pasteur qui connaît ses brebis. Il sait de quoi elles ont besoin pour avancer vers le Royaume. La résurrection du Seigneur fait de nous des hommes et des femmes nouveaux, elle nous incite à renouveler notre regard sur tout, y compris sur la situation des vocations qui parfois provoque un certain pessimisme bien peu évangélique.

 

Oui, l’événement pascal, loin de nous rendre naïfs, doit nous faire entrer et demeurer dans une Espérance active car Dieu n’abandonne pas son peuple. Il continue d’appeler des jeunes et des moins jeunes à le suivre. Le problème n’est donc pas dans l’appel de Dieu mais bien plutôt dans la réponse de l’homme. Nos communautés chrétiennes puissent-elles être des chambres d’écho de cet appel, des creusets où peuvent grandir des vocations.

 

Tous les récits de vocations dans la Bible nous rapportent les multiples objections de ceux qui sont appelés. La situation actuelle n’est donc pas inédite. Rappelons-nous ce qu’affirmait Moïse en réponse à l’appel de Dieu : " Qui suis-je pour aller trouver pharaon et faire sortir d"Egypte les Israélites " (Ex 3, 11). Il poursuit : " Excuse-moi, mon Seigneur, je ne suis pas doué pour la parole, envoie, je t'en prie qui tu voudras " (Ex 4, 10.13). La situation sera la même lorsque le Seigneur appellera le prophète Jérémie : " Seigneur, je ne sais pas parler " (Jr 1, 6). Ou encore, il faudra trois tentatives au Seigneur pour obtenir la réponse du prophète Samuel.

 

Les exemples ne manquent pas dans la Bible, il est vrai qu’il est difficile de répondre aux appels de Dieu mais à chaque fois le Seigneur lève les objections car la mission confiée ne repose pas sur les mérites des appelés, elle ne demande pas des qualités exceptionnelles, elle suppose simplement un cœur disponible, ouvert et docile. N’oublions jamais que celui qui agit c’est Dieu : " Ne crains pas, je suis avec toi, je placerai mes paroles dans ta bouche " (Jr 1, 8.9). L’Eglise en ce temps pascal nous exhorte à prier pour que de nombreux jeunes malgré leurs craintes, leurs fragilités, leurs limites puissent répondre à la suite de Moïse, Samuel et tant d'autres: " Me voici Seigneur, je viens faire ta volonté ".

 

En cette année, chacun est invité à ouvrir son cœur au Christ pour approfondir le mystère de sa propre vocation et à risquer sa vie. Dans sa lettre à l’occasion de la journée mondiale de prière pour les vocations (qui revêt désormais une signification toute particulière), le pape Jean-Paul II invite tous les chrétiens à " avancer au large " (Lc 5, 4). Il propose particulièrement aux jeunes de fixer leur regard sur le visage du Christ et à persévérer dans l’écoute de sa parole, ce qui les aidera à « prendre des décisions importantes » pour leur avenir.

Oui, « J’embauche » venez et vous verrez, comme disent les jeunes aujourd’hui : «C’est que du bonheur ! »

 

                           + Jean-Michel di FALCO LEANDRI

                              Evêque de Gap

 

Pour lire le message intégral de Jean-Paul II, publié avant sa mort pour cette Journée de prière pour les vocations, cliquez ici.

Publié dans Actualité

Commenter cet article