Mgr di Falco commente le "Da Vinci Code"

Publié le par AS

Alors que le film Da Vinci Code tiré du livre du même nom de Dan Brown doit sortir sur les écrans français, ce mercredi, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, évêque de Gap et président du Conseil pour la communication de la Conférence des Evêques de France, réagit aux interrogations que suscite cet événement.

Couverture d'un ouvrage, préfacé par Mgr di Falco, répondant point par point aux élucubrations du Da Vinci Code


Interrogé souvent par les journalistes ces jours-ci, une même question revient souvent : «  pensez-vous que le Da Vinci Code remet en cause l’enseignement de l’Eglise ? ». Cette prétendue histoire d'amour entre Jésus et Marie-Madeleine, c'est du réchauffé. Un secret gardé pendant 20 siècles ? Allons donc ! Je ne pense pas que cela puisse troubler la foi des croyants qui ont une culture religieuse qui va plus loin que leurs souvenirs du catéchisme. C'est plus préoccupant pour les autres, ceux qui sont en recherche et risquent de faire la confusion entre le réel et la fiction. Ce que je trouve particulièrement choquant c’est qu'une communauté catholique, l'Opus Dei, soit présentée, sous son nom, comme une officine du crime, une mafia chargée d'exécuter de basses oeuvres. Je connais les préventions que suscite l’Opus Dei, il n'empêche qu'elle fait partie de l’Eglise catholique. Ce qu’en dit Da Vinci Code est évidemment faux et insultant.

Le point le plus problématique du roman est qu’il sème volontairement le doute sur les fondements de la foi chrétienne et sur l’Église. À travers des affirmations farfelues, l’auteur entreprend de démolir l’Église catholique, qui serait coupable d’avoir dénaturé le message du Christ. Le roman policier qui fonctionne sur le dévoilement de preuves sert de prétexte à un dévoilement de fausses preuves, toutes à charge contre l’Église. La cohérence de la foi chrétienne est niée. Aujourd’hui, les recherches d’ordre spirituel vont souvent de pair avec la recherche de sensations nouvelles. Or, la foi chrétienne semble être un héritage du passé, supposé connu, sans surprise. L’ésotérisme procure le frisson du secret et le sentiment de faire partie des initiés.

Ce film sort dans une période de remise en cause générale. À côté de cette remise en cause tous azimuts, il y a également une recherche d’ordre spirituel qui va dans tous les sens. Les gens pensent : pourquoi un roman qui a la prétention affichée d’aborder un sujet religieux ne donnerait-il pas des réponses ? La question qui taraude nos contemporains en quête de réponses, c’est à la fois « et si c’était vrai ? », mais aussi avec angoisse, « et si ce n’était pas vrai ? ». Le succès du livre est peut-être un symptôme de cette recherche angoissée. 

Le succès de ce livre a fleuri sur l’étendue des champs de l’inculture religieuse. Si inculture il y a, ce n’est pas aux incultes qu’il faut en faire le reproche, mais à ceux qui ont la charge de cette culture. Nous devons fournir des éléments critiques d’analyses et de compréhension. De ce point de vue, merci Monsieur Dan Brown ! Avec un tissu d'invraisemblances, il a remis sur la place publique la question du Christ et des Evangiles. La lecture de son livre a incité certains à lire ou relire le Nouveau Testament. C'est l'aspect positif de cette polémique !

Tout récemment encore le pape Benoît XVI déclarait : « Nous n’avons pas à chercher à séduire mais à convaincre ».

Da Vinci Code : Conférence de presse de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri à Cannes

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, évêque de Gap et président du Conseil pour la communication de la Conférence des Evêques de France, se tiendra à la disposition des journalistes suite à la projection du film « Da Vinci Code », le 18 mai 2006 à 11h00 à l’hôtel Majestic (Salle Lérins).

Il sera présent à la projection du film de Ron Howard lors de la soirée d’ouverture du 59ème festival international du film. Les journalistes souhaitant avoir une réaction immédiate pourront également le rencontrer au terme de la projection.
________________________

Contact :
Antoine Soubrier
06 09 10 57 47 
eveche-gap@wanadoo.fr 

 

 Pour plus d'informations, vous pouvez consulter : http://www.davinci-codex.com

Publié dans Actualité

Commenter cet article

Un fidÚle visiteur 19/05/2006 10:15

Bonjour Monseigneur di Falco,Bonjour à tous,Dans la tourmante provoquée "l'oeuvre" de Dan Brown, le Pr. Joseph-Marie Verlinde vient de publier un nouveau livre: " Les impostures antichrétiennes - Des apocryphes au Da Vinci Code". Un livre de référénces de plus de 400 pages sur tout les courants passés et toujours présents qui dénature la révélation chrétienne. (Prix: 26 euros)Dans l\\\'idée de complot organisé par l'Eglise catholique romaine et en particulier de l'Opus Dei comme semble vouloir le sous-entendre le roman de Dan Browon, vient de paraît un autre livre dans le même esprit mais cette fois-ci ce sont les Franciscains qui en sont la cible. Cette écrit qui se définit un roman historique porte le titre de " Le complot des Franciscains " de John Sack.Une chose est certaine. Les idées que véhiculent un roman sont des idées qui restent et contredisent des vérités historiques où christiques mais elles ont au moins l\\\'avantage de réveiller les chrétiens endormis et en particulier de pousser des catholiques à faire une catéchèse claire de ce en quoi ils croient.Bonne continuation à vous Monseigneur.Nous prions pour vous.Un fidèle visiteur

AS 17/05/2006 08:07

Monsieur,
 

Mgr Jean-Michel di Falco n’a pas dit le contraire.
 

Ceux qui ont la charge de transmettre cette culture, c’est nous, évêques, clercs, parents, éducateurs... en un mot, toute l’Eglise.
 

Il souhaite que cette affaire soit l’occasion que chacun prenne conscience, pour lui comme pour vous, de l’importance de cette question.
 

Bien cordialement.

Allard 17/05/2006 08:07

Monseigneur,
Dans votre communiqué vous évoquez l'inculture religieuse qui sévit dans notre pays et en rejetez la faute sur ceux qui ont à charge de donner cette culture. Mais qui a en charge la culture religieuse si ce ne sont nos évêques?Qui a supprimé le catéchisme "traditionnel" qui transmettait les fondements de notre foi pour le remplacer par des "parcours "qui n'apprennent rien ?Si déjà les catholiques possédaient ce minimum de formation nécessaire au discernement, la question serait moins grave. Nous sommes tous complétement désarmés, faute d'arguments, devant toutes les aggressions que notre religion subit depuis quelques années. La pédagogie mise en place depuis plusieurs décennies dans le domaine de la catéchèse, calquée sur la pédagogie "idéologique"  utilisée dans les écoles a eu les mêmes effets : la débâcle est la même en français , en maths et en caté...les répercussions sur notre société étant plus graves en ce qui concerne le catéchisme.
J'ai fait part à plusieurs reprises de mes inquiétudes en écrivant à la Conférence des Evêques, sans jamais recevoir de réponse à mes questions...
Respectueusement,

JC 17/05/2006 08:06

Bonsoir Monseigneur,
 
Je viens de prendre connaissance de votre position, au nom de la CEF, sur l'incroyable opération de publicité liée au livre et au film qui va faire l'ouverture du festival de Cannes. J'ai lu aussi bon nombre d'interventions sur ce sujet, d'articles et consulté les sites des diocèses qui me concernent directement (Paris et Nanterre via la Défense), regardé KTO, etc... J'ai lu le livre (j'avoue avoir aimé ce roman que j'ai considéré comme une intrigue policière), j'ai souri aux allégations relatives à la Foi catholique( et n'était ce pas trop facile de ma part, je considérais que c'était tellement "gros" que les lecteurs ne pouvaient que les balayer de la main), et j'ai commencé par être un peu exaspéré par ce que je considérais comme un matraquage des autorités religieuses à l'encontre de ce roman, voire du film.
J'ai tout de même voulu prendre du recul, et je viens de lire votre message. Après sa lecture, je regrette beaucoup  de m'être laissé aller à une première réaction épidermique. Je trouve qu'en quelques lignes vous avez su présenter une position claire, argumentée qui nous permet, à nous chrétiens et catholiques, de réagir dans notre milieu environnemental et de donner des pistes de réflexion à tous ceux que nous côtoyons , croyant ou non, qui réagissent "à fleur de peau" (comme je l'ai fait dans un premier temps) ou qui nous interrogent un peu narquoisement sur le sujet. Merci infiniment Monseigneur pour cette prise de position qui m'a ouvert les yeux.
 
Veuillez croire, Monseigneur, en l'expression de ma profonde considération.