Vendredi, 3e semaine de l'Avent : L'annonce à Zacharie

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun

L’annonce à Zacharie – Luc 1, 5-25

 

Il y avait, au temps d’Hérode le Grand, roi de Judée, un prêtre nommé Zacharie, du groupe d’Abia. Sa femme aussi était descendante d’Aaron ; elle s’appelait Élisabeth. [...] Ils n’avaient pas d’enfant, car Élisabeth était stérile, et tous deux étaient âgés.

Or, tandis que Zacharie [...] assurait le service du culte devant Dieu, il fut désigné par le sort [...] pour aller offrir l’encens dans le sanctuaire du Seigneur.

Toute l’assemblée du peuple se tenait dehors en prière à l’heure de l’offrande de l’encens. L’ange du Seigneur lui apparut debout à droite de l’autel de l’encens. En le voyant, Zacharie fut bouleversé et saisi de crainte.

L’ange lui dit : « Sois sans crainte, Zacharie, car ta supplication a été entendue : ta femme Élisabeth te donnera un fils, et tu le nommeras Jean. Tu seras dans la joie et l’allégresse, beaucoup d’hommes se réjouiront de sa naissance, car il sera grand devant le Seigneur. [...]. »

Mais Zacharie dit à l’ange : « Comment vais-je savoir que cela arrivera ? Moi, je suis un vieil homme, et ma femme aussi est âgée. »

L’ange lui répondit : « Je suis Gabriel ; je me tiens en présence de Dieu, et j’ai été envoyé pour te parler et pour t’annoncer cette bonne nouvelle. Mais voici que tu devras garder le silence, et tu ne pourras plus parler jusqu’au jour où cela se réalisera, parce que tu n’as pas cru à mes paroles : elles s’accompliront lorsque leur temps viendra. »

Le peuple attendait Zacharie et s’étonnait de voir qu’il restait si longtemps dans le sanctuaire.

Quand il sortit, il ne pouvait pas leur parler, et ils comprirent qu’il avait eu une vision dans le sanctuaire. Il leur faisait des signes, car il demeurait muet.

Lorsqu’il eut achevé son temps de service au Temple, il repartit chez lui.

Quelque temps plus tard, sa femme Élisabeth devint enceinte. Pendant cinq mois, elle garda le secret. Elle se disait : « Voilà ce que le Seigneur a fait pour moi, lorsqu’il a daigné mettre fin à ce qui faisait ma honte aux yeux des hommes. »

 

Homélie de Saint Augustin pour la Nativité de Jean Baptiste

 

L’Église considère la naissance de Jean comme particulièrement sacrée : on ne trouve aucun saints qui nous ont précédés dont nous célébrions solennellement la naissance. Nous ne célébrons que celle de Jean et celle du Christ. Ce ne peut être sans motif ; et si peut-être nous n’y voyons pas très clair en raison de la noblesse d’un tel mystère, nous le méditerons cependant de façon fructueuse et profonde.

Jean naît d’une vieille femme stérile ; le Christ naît d’une jeune fille vierge. – La naissance de Jean rencontre l’incrédulité, et son père devient muet ; Marie croit à celle du Christ, et elle conçoit par la foi. – Nous vous avons proposé d’en chercher la raison, nous vous avons annoncé que nous allions y réfléchir. Mais, c’est un simple préambule, et si nous ne sommes pas capables de scruter les replis d’un si grand mystère, faute de capacité ou de temps, vous serez mieux instruits par celui qui parle en affection, celui que vous avez accueilli dans votre cœur, celui dont vous êtes devenus le temple. –

Jean apparaît donc comme une frontière placée entre les deux testaments, l’ancien et le nouveau. Qu’il forme une sorte de frontière, le Seigneur lui-même l’atteste lorsqu’il dit : La Loi et les Prophètes vont jusqu’à Jean. Il est donc un personnage de l’antiquité et le héraut de la nouveauté. Parce qu’il représente la nouveauté, il naît de deux vieillards ; parce qu’il représente la nouveauté, il se révèle prophète dans les entrailles de sa mère. En effet, avant sa naissance, lorsque Marie s’approcha, il bondit dans le sein de sa mère. Là déjà il était désigné pour sa mission, désigné avant d’être né. Il apparaît déjà comme le précurseur du Christ avant que celui-ci puisse le voir. Ces choses-là sont divines et elles dépassent la capacité de la faiblesse humaine. Enfin a eu lieu sa naissance, il reçoit son nom, son père retrouve la parole. Il faut rattacher ces événements à leur symbolisme profond. –

Zacharie se tait et perd la parole jusqu’à la naissance de Jean, précurseur du Seigneur, qui lui rend la parole. Que signifie le silence de Zacharie sinon que la prophétie a disparu, et qu’avant l’annonce du Christ, elle est comme cachée et close ? Elle s’ouvre à son avènement, elle devient claire pour l’arrivée de celui qui était prophétisé. La parole rendue à Zacharie à la naissance de Jean correspond au voile déchiré à la mort de Jésus sur la croix. Si Jean s’était annoncé lui-même, la bouche de Zacharie ne se serait pas rouverte. La parole lui est rendue à cause de la naissance de celui qui est la voix ; car on demandait à Jean qui annonçait déjà le Seigneur : Toi qui es-tu ? Et il répondit : Je suis la voix qui crie dans le désert. La voix, c’est Jean, tandis que le Seigneur est la Parole : Au commencement était le Verbe. Jean, c’est la voix pour un temps ; le Christ, c’est le Verbe au commencement, c’est le Verbe éternel.

 

Lecture patristique de la Liturgie des Heures, au 24 juin

Publié dans Actualité

Commenter cet article