Samedi, 2e semaine de l'Avent : Devenir chrétien

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun

Les pionniers de l’Église – Mt 17, 10-13

 

Les disciples interrogèrent Jésus en disant : « Pourquoi donc les scribes disent-ils qu’Elie doit venir d’abord ? » Répondant, il dit : « Elie, en effet, va venir et il rétablira tout. Or je vous dis qu’Elie est déjà venu et ils ne l’ont pas reconnu, mais ils ont fait à son égard tout ce qu’ils ont voulu. De même aussi le Fils de l’homme aura à souffrir par eux. » Alors les disciples comprirent qu’il leur avait parlé de Jean le Baptiste.

 

Défricheurs de la foi

 

Les grandes figures de l’Avent : Élie, Isaïe, Jean Baptiste, et Marie ! Tous ces aînés sont nos guides pour nous faire découvrir les liens qui nous unissent au corps du Christ dont l’Église est signe. Notre chemin pour renaître n’est pas une démarche individuelle, c’est une longue marche avec tous les baptisés à la suite de ces défricheurs de la foi.

L’Avent ne porterait pas en lui l’espérance du peuple de Dieu si, depuis toujours, prophètes, apôtres, disciples, saints de tous les temps n’avaient pas été pionniers de notre foi. Fierté d’être chrétien. Non pas orgueil, mais appel impérieux à être, nous aussi, les figures d’une Église crédible. Elle se veut témoin du Christ sauveur dans notre monde si chaotique. Mais comment ? Les temps difficiles que traverse notre religion face à d’autres plus conquérantes, la rendent peut-être encore plus vulnérable pour affronter la crise des valeurs morales dans une société en pleine évolution. Chrétiens, soyons actifs, arrêtons de critiquer de manière négative.

Vous le savez très bien, l’Église est une pierre d’achoppement pour nombre d’incroyants. Souvent, ils ne voient en elle que sa morale sexuelle rigide, ses errances dans l’histoire et sa difficulté à évoluer dans la modernité. Ceux-là disent : le Jésus de l’Évangile, oui ! l’Eglise, non ! Chacun d’entre nous est appelé à se convertir personnellement pour donner à l’Eglise un visage plus aimable, la rendre plus visible afin qu’elle permette au monde de détecter ce qui, en elle, est le trésor de son invisible : l’amour du Christ qui vient à nous.

Ah, si l’on pouvait dire : « on voit bien que celui-ci est un chrétien », je vous assure, l’Avent serait gagné.

 

Père Pierre Talec, 64 regards sur Jésus, Editions Salvator, 2005, 17 €, ISBN 2-7067-0415-2

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article