Samedi, 1ère semaine de l'Avent : grain de sel dans la pâte du monde

Publié le par Diocèse de Gap et d'Embrun

La moisson est abondante – Mt 9,35-38

 

Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages, enseignant dans leurs synagogues et proclamant l’Évangile du Royaume, et guérissant toute maladie et toute débilité. Voyant les foules, il en eut pitié, parce qu’elles étaient fatiguées et prostrées comme des brebis qui n’ont pas de pasteur. Alors, il dit à ses disciples : « La moisson est abondante mais les ouvriers peu nombreux ; priez donc le Seigneur de la moisson de dépêcher des ouvriers à sa moisson. »

 

Les champs d’action

 

Mon Dieu, que cette page d’Évangile est d’actualité ! L’éclairage qu’elle projette nous invite à la lire comme un appel à mobi­liser les chrétiens pour répondre « présents » au temps présent. Oui, la moisson est abondante, mais le champ de la mission ne se limite pas à l’Eglise. C’est le monde. Et l’Eglise est au cœur du monde. Quant aux ouvriers, souvent, on les assimile aux seuls prêtres. Mais ce sont tous les baptisés qui sont embauchés. Que faire ? Un seul exemple : la religion chrétienne, dans notre société, est en danger. Les familles ont un rôle prépondérant pour lui assurer sa visibilité. Par exemple, retrouver le sens du baptême des petits enfants, leur assurer une catéchèse de la foi et la vie sacramentelle qui va de pair. Les femmes peuvent de plus en plus prendre de réelles responsabilités dans l’Église : être des agents de pastorale à part entière, catéchètes, enseignantes en théologie, etc.

Il y a donc des signes de l’Esprit-Saint à accueillir. De plus en plus d’adultes demandent le baptême. Davantage de diacres et de laïcs animent les communautés chrétiennes. Des poignées de jeunes se lèvent pour mettre leur grain de sel dans la pâte du monde qui lève. Bravo, dit Dieu, encore faut-il que l’arrière-ban des chrétiens fasse entendre leur voix dans le monde par les enga­gements qu’ils peuvent prendre dans la société. Quel sens aurait de célébrer la Nativité du Christ si l’on ne bouge pas pour qu’il naisse aujourd’hui sur notre terre ?

 

Père Pierre Talec, 64 regards sur Jésus, Editions Salvator, 2005, 17 €, ISBN 2-7067-0415-2

Publié dans Actualité

Commenter cet article