Inauguration de l'orgue de Boscodon

Publié le par AS

Le 22 juin dernier, devant plusieurs centaines de personnes rassemblées dans la magnifique abbatiale de Boscodon, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri a inauguré le nouvel orgue. L'ouvrage a été entièrement réalisé  avec patience et minutie par le frère Isidore, Frère missionnaire des campagnes membre de la communauté de Boscodon. Il a fallu plusieurs années pour réaliser ce chef-d'oeuvre, fruit d'un rêve d'enfance... Voici l'homélie de l'évêque de Gap et d'Embrun, agrémentée de quelques photos (crédit : Gaston Willems).


"Enfin… Enfin le moment est venu de donner officiellement la parole, si je puis dire, à l’orgue de cette belle église dont les murs transpirent de la prière de celles est ceux qui nous ont précédés au cours des siècles dans la marche sans fin du peuple de Dieu.

Mais cet instrument là n’est pas n’importe lequel. Il est le fruit d’une histoire d’amour. Celle du Frère Isidore et de son orgue. Il ne m’a pas fait de confidence mais je suis certain que cet orgue a hanté toutes ses pensées depuis des années, il a même du hanter ces nuits. Que d’image devaient s’agiter dans sa tête. N’en est-il pas ainsi pour tous les artistes ? Tous les créateurs ? Tous les amoureux ? Créer est un acte d’amour libérateur. Ce que l’artiste porte en lui, dans son imagination il faut un jour qu’il l’exprime, le sorte de lui, l’offre à tous. Cet orgue, c’est le frère Isidore ! C’est l’œuvre d’un artiste.


Le désir d’immortalité inscrit dans l’âme de chaque être s’enracine encore  plus profondément dans celle de l’artiste ? Son désir d’inventer le pousse toujours plus avant dans la création et font que l’artiste franchit les limites du temps, de l’éphémère, de la mort. Ainsi il devient le continuateur de l’œuvre créatrice de Dieu. Il est le témoin de la face cachée de l’homme, de ses désarrois, de ses troubles, de ses doutes, de ses peurs, de ses souffrances ainsi que de ses joies et de ses passions. Il est le témoin de l’ailleurs. Il devient un héraut, exprimant ce que beaucoup ressentent et ne savent dirent. Il est pour la société un refuge. L’artiste « aide à vivre ».

Mgr di Falco félicite le frère Isidore

J’aime comparer les communautés chrétiennes à un orchestre symphonique. Il est composé de divers instruments, les partitions sont différentes, celles du cor de chasse ou des percussions ne sont  pas celles des violons ou des violoncelles. Instruments divers, partitions multiples mais tous au service d’une œuvre commune. Il en est de même pour nous, chrétiens, notre partition c’est l’Evangile que nous avons à proclamer dans la diversité de nos dons.

La multiplicité des sons de l’orgue et l’aptitude de l’organiste à les réunir dans de multiples harmonisations fait de cet instrument le symbole vivant de l’unité, de la communion dans la diversité.

Bénédiction de l'orgue, selon le rite immuable du "dialogue" entre l'évêque et l'orgue
Toute communauté est appelée à adorer le Seigneur et à chanter sa Gloire dans l’harmonie sans cesse réaccordée les uns avec les autres. L’orgue est cet instrument dont l’ampleur et l’ancrage sont le symbole du ‘Christ roc’ dont la fidélité est éternelle. Au bord de la mer, on parlerait de Dieu à la manière du psalmiste comme étant le Rocher. L’orgue est un instrument très sensible à aux variations climatiques et de température. Il rappelle par là à la communauté qui chante à son diapason qu’elle doit aussi être sensible au monde et à l’entourage dans lequel elle vit. S’il faut réaccorder l’orgue régulièrement, la communauté des fidèles doit se souvenir qu’il lui faut aussi se réaccorder au souffle de l’Esprit… Ce souffle, animant les les tuyaux, les fait jouer chacun selon leur jeu, selon leur son dans une harmonie profonde préparant l’accord parfait, résonnant en point d’orgue.

Dans l’Evangile que nous avons entendu le Christ nous invite à ne pas avoir peur. Pas de complexe, pas de honte, il faut crier sa foi sur tous les toits. Il faut proclamer la Bonne Nouvelle sur les places publiques, à la radio et à la télévision.


Imitons le courage du Pape Jean-Paul II lorsqu’il déclarait : « Le Christ ! Oui, je sens la nécessité de l’annoncer, je ne puis me taire. Je suis envoyé par le Christ lui même pour cela. Je suis apôtre et je suis témoin. Plus loin est le but plus est pressant l’Amour qui me pousse ! Je dois prononcer son nom Jésus ! A tous je l’annonce : Jésus ! C’est la voix que nous faisons résonner par toute la terre. Souvenez-vous le pape est venu ici parmi vous et il a crié : Jésus-Christ ».

Puisse l’orgue de Boscodon nous accompagner lorsque nous aussi nous crions : JESUS CHRIST."

               + Jean-Michel di FALCO LEANDRI
                  Evêque de GAP et d’EMBRUN


L'abbaye de Boscodon

Publié dans Actualité

Commenter cet article