Retraite avec Benoîte, 15ème jour

Publié le par AS

Benoîte, un phare pour le troisième millénaire

Élargis l’espace de ta tente

"L'Ange dit à Benoîte que Monseigneur l’archevêque ne voulait pas qu’aucune personne entendit plus d’une messe au Laus le dimanche, et point les autres jours, tant il hait ce lieu, souhaitant d’abolir la dévotion : ce qu’il ne saurait faire ; car c’est l’ouvrage de Dieu que ni l’homme ni le démon même avec toute leur malice et leur rage ne sauraient détruire, qui subsistera toujours plus florissant jusqu’à la fin du monde, et fera de grands fruits partout"
(C.A.G., p. 241).

Alors que toute l’Église vient de célébrer le grand jubilé de l’an 2000, la personnalité de Benoîte apparaît  plus actuelle que jamais. Sa fécondité engendre une véritable famille qui se consolide et s’agrandit, non seulement dans notre région, à travers la France, mais dans le monde entier. Une meilleure connaissance de sa vie humaine et mystique devrait contribuer à une nouvelle expansion du pèlerinage.

La vénérable Benoîte Rencurel, qui était une femme de son temps et de notre pays, devient une femme de notre temps et un grand phare pour le troisième millénaire. C’est par elle et par son intercession que la grâce du Laus est appelée à porter du fruit partout.

Nous avons pu constater, non sans une profonde émotion, que sa béatification et sa canonisation sont attendues ardemment par la population. À travers les discours prononcés par les élus et par l’évêque de Gap (17 février 2003), lors d’une rencontre à l’Hôtel du Département, nous avons pu ressentir l’impact de Benoîte Rencurel dans notre pays.

De nombreux témoignages de guérisons, de conversions, de faveurs exceptionnelles nous parviennent, plus nombreux que jamais. Nous en relatons chaque fois dans les Annales de Notre-Dame du Laus… Le ciel semble s’ouvrir d’une manière nouvelle au-dessus du tombeau de Benoîte !

La bergère de Saint-Étienne  d’Avançon, enracinée dans le terroir de la vallée de l’Avance, est, non seulement, une mystique des Hautes-Alpes, du Dauphiné, de la Provence et de la France, mais au moment où se constitue l’union européenne, elle vient nous rappeler nos racines chrétiennes.

Sa sainteté, déjà reconnue depuis sa mort par la voie populaire, par l’église locale, la province ecclésiastique, de nombreux évêques et cardinaux, mais surtout par les pèlerins, attend maintenant la décision officielle de l’Église et du successeur de Pierre, qui arrivera
in tempore opportuno.

Quand l’heure sera venue, apparaîtront plus clairement les trois dimensions de la prière de Benoîte :

 

-       Prière pour sa pureté : "Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu."  Au Laus, les pèlerins viennent purifier leur cœur à la lumière de Dieu et de sa miséricorde infinie. Leurs yeux s’ouvrent. Ils découvrent le visage du Père et la dignité de ses enfants.

-       Prière pour les pécheurs et pour les défunts : Benoîte suscite un grand courant de prières qui rejoint le renouveau charismatique. Beaucoup de pécheurs et de pécheresses qui se sont convertis depuis trois siècles se convertissent et se convertiront encore. Ils deviendront les apôtres des derniers temps. Benoîte suscite aujourd’hui la prière pour les défunts et pour la délivrance des âmes du Purgatoire. En ce domaine, elle a beaucoup à nous apprendre. Elle nous remet dans la tradition de l’Église qui s’exprime chaque jour à la messe, dans le mémento des défunts.

-       Prière universelle : plus Benoîte avance dans sa vie spirituelle et apostolique, plus son cœur s’élargit aux dimensions du cœur du Christ. À Embrun, sa prière s’est élargie aux dimensions du royaume. Plus tard, la Vierge lui demandera de prier pour le Roi et pour la paix. Le cœur de Benoîte prend alors une dimension européenne. À la dernière apparition de la croix d’Avançon, elle découvre ce que le Christ a souffert pour le genre humain. En participant  à la Passion du Christ, Benoîte élargit son cœur aux dimensions de l’univers. Elle prie désormais non seulement, pour ceux qui viennent au Laus et se confient à elle, mais pour les hommes de toutes les nations et de tous les temps. Elle nous entraîne sur ses pas, nous invitant à élargir l’espace de notre tente.


Prier 15 jours avec Benoîte, c’est entrer dans une telle prière …

Les parfums et la croix, la lumière et les ténèbres, la douceur et l’amertume, la grâce et le péché, la joie et la souffrance, les consolations et les désolations, le sourire et les larmes, les anges et les démons, la victoire et le combat, tels sont les deux aspects qui caractérisent la vie de Benoîte et la grâce du Laus qui rayonne aujourd’hui sur le monde.

Manifestation permanente du mystère pascal : mort et résurrection. Le Laus est un des lieux du monde où se vérifie le mieux l’affirmation de saint Paul : "Là où le péché a abondé, la grâce a surabondé."

Les parfums du Laus ressentis aujourd’hui encore par de nombreux pèlerins sont le signe sensible de la présence de Marie, de Jésus, des anges et de Benoîte. Ils sont le symbole de l’incarnation du Verbe, de sa résurrection, de l’effusion de l’Esprit et de la gloire éternelle. Ils rappellent la pluie de roses sur l’humanité évoquée par Thérèse de Lisieux.

La croix d’Avançon jette un trait de lumière sur toute l’expérience spirituelle, apostolique et missionnaire de la voyante et de tous ceux qui marchent sur ses pas. Les visions du Christ crucifié et la crucifixion mystique marquent le grand tournant de la vie de celle qu’un théologien appelle la "mystique de la compassion".

Ces aspects de la vie spirituelle de Benoîte se développent aujourd’hui à travers ses compagnons et ses compagnes. Ils convergent vers la rencontre de deux types d’accueil que nous expérimentons tous les jours à Notre-Dame du Laus :
 

-       l’accueil des chrétiens qui aspirent à retrouver la grâce de leur baptême, à effectuer une conversion plus radicale, à se renouveler dans la prière, dans l’approfondissement de leur foi, la pratique des sacrements, la vie évangélique, la redécouverte de l’Église et enfin dans l’Amour fraternel "pour que tous soient un".

-       l'accueil en même temps de ceux qui viennent en touristes ou pour d’autres raisons, croyants ou non croyants, proches ou distants de l’institution ecclésiale, chrétiens d’autres confessions, membres d’autres religions, représentants de sagesses et de courants les plus divers de spiritualité qui imprègnent la mentalité contemporaine …
 

La convergence de ces deux réalités, dans la grâce du Laus, près de Marie et de Benoîte opère un « je ne sais quoi » qui marque les pèlerins et les amis du Laus. "J’étais un étranger et vous m’avez accueilli." Près de Notre-Dame de Bon Rencontre, le Christ apparaît dans toute sa splendeur. "Retiens l’étranger si tu veux reconnaître le Seigneur", disait saint Augustin.

C’est ainsi que ceux qui viennent au Laus découvrent aussi la vérité si bien exprimée par un maître hindou contemporain : "On ne peut être fidèle à sa propre spiritualité, si on ne recherche pas la totalité de la nourriture spirituelle que Dieu a donnée à travers les différentes religions" (Swâmi Nityabodhânanda)

C’est ainsi qu’au Laus se découvre progressivement, à travers les rencontres, la plénitude de la Révélation Chrétienne.

Prier 15 jours avec Benoîte Rencurel, c’est s’engager sur les routes du troisième millénaire, telles qu’elles sont présentées dans l’exhortation apostolique de Jean-Paul II,
« Avance au large » !

Aujourd’hui, avec Benoîte, lâchons les amarres. Avançons au large pour bâtir la civilisation de l’Amour.

Pour en savoir plus
Pourquoi cette retraite ?
Le Sanctuaire de Notre-Dame du Laus
La reconnaissance des apparitions
L'histoire des apparitions

Publié dans Actualité

Commenter cet article