Retraite avec Benoîte, 12ème jour

Publié le par AS

La traversée du désert

Le combat spirituel
(1692-1712)

"S’il était de son choix, elle préfèrerait bien les stigmates à ce qu’elle endure. Mais elle ne veut que ce qui plaît à Dieu et n’a point d’autre volonté que la sienne, préférant tout ce que Dieu lui envoie à tout ce qu’elle peut faire de sa propre volonté, car toute inculte qu’elle est, elle voit bien que de mourir à soi-même, cela est plus agréable à Dieu que tout ce qu’on peut faire de sa propre volonté qui est toujours assaisonnée de son amour propre, lequel ternit la meilleure partie de nos actions et nous en ôte tous nos mérites."
(C.A.G., p. 151).

À partir de 1692 et jusqu’en 1712, c’est pour Benoîte la grande épreuve : une véritable traversée du désert. Lorsqu’elle revient de Marseille en septembre 1792, elle trouve le Laus dévasté. Elle va perdre progressivement tous ses appuis, être persécutée durant la journée par les prêtres rigoristes et jansénistes d’Embrun qui prennent la direction du pèlerinage. Elle va être harcelée durant la nuit par le prince des ténèbres et les forces du mal qui veulent l’anéantir.

Elle s’engage dans un combat « apocalyptique » contre le démon : transports corporels ? transports imaginaires ? L’épreuve corporelle, psychologique et spirituelle, dans tous les cas, n’en est pas moins véritable.

Elle va revivre, à sa façon, le mystère de l’agonie et de la passion de Jésus d’une manière à la fois plus intense et plus cachée. Les prédictions de la mère de Dieu, qui lui avait annoncé, un samedi de novembre 1684, qu’elle n’aurait plus les souffrances du vendredi mais qu’elle en aurait d’autres, se réalisent. Et Gaillard avait ajouté : "On verra qu’elles sont bien plus fâcheuses que les stigmates".

La servante de Dieu devient maintenant capable de supporter ce qui lui était insupportable au moment de la dernière vision du Christ crucifié. Elle prie plus intensément pour les pécheurs. T
ransformée par son union au Christ crucifié, elle s’unit encore plus profondément à lui. Elle puise la patience aux sources divines.

Ce qui importe pour nous, c’est l’attitude spirituelle de Benoîte dans cette lutte : sa confiance, son abandon, sa force, sa patience et sa persévérance. Elle résiste et ne cède jamais. Elle continue imperturbablement sa mission avec un équilibre humain, un bon sens étonnant et une foi inébranlable.

C’est le moment pour nous, en ce douzième jour, de reprendre la méditation des mystères douloureux depuis l’agonie au Jardin des Oliviers jusqu’à la crucifixion et la mort sur la croix, en passant par la flagellation, le couronnement d’épines et le portement de croix.

C’est le moment, aussi, de nous référer aux paroles des Écritures :

 

-       Dans la première lettre de Pierre (1 P 5,8-9) : "Veillez. Votre partie adverse, le diable, comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui dévorer. Résistez-lui, fermes dans la foi."

-       Dans l’épître aux Éphésiens (Ep 6,10-12) : "Rendez-vous puissants dans le Seigneur et dans la vigueur de sa force. Revêtez l’armure de Dieu, pour pouvoir résister aux manœuvres du diable. Car ce n’est pas contre des adversaires de sang et de chair que nous avons à lutter, mais contre les Principautés, contre les Puissances, contre les Régisseurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits du mal qui habitent les espaces célestes."

-        Dans la lettre aux Corinthiens (2 Co 1,3-5) : "Bénis soit le Dieu et le Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation […]  De même en effet que les souffrances du Christ abondent pour nous, ainsi, par le Christ, abonde aussi notre consolation."

 

Les manuscrits nous disent que lors des transports diaboliques, les anges chantaient sur sa tête. Avec Benoîte, nous rejoignons l’expérience de Jésus à l’agonie : "Alors lui apparut, venant du ciel, un ange qui le réconfortait."

Avec Benoîte, nous redécouvrons le rôle des anges dans notre vie quotidienne : comme ils ont réconforté Benoîte à la croix d’Avançon, comme ils l’ont assistée dans ce rude combat qu’elle a mené jusqu’à sa mort, ils nous réconfortent, nous aussi, dans toutes nos épreuves. Saurons-nous le reconnaître ?

Pour en savoir plus
Pourquoi cette retraite ?
Le Sanctuaire de Notre-Dame du Laus
La reconnaissance des apparitions
L'histoire des apparitions

Publié dans Actualité

Commenter cet article