15 jours de retraite avec Benoîte Rencurel

Publié le par AS

Le 4 mai prochain, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, évêque de Gap et d’Embrun, reconnaîtra officiellement les apparitions de la Vierge Marie à la vénérable Benoîte Rencurel, au sanctuaire de Notre-Dame du Laus. Mais qui était Benoîte ? Combien de temps ont duré ces apparitions ? Quel message « Dame Marie » nous a-t-elle laissé ? Que pouvons-nous en retenir aujourd’hui, 350 ans après ?

C’est ce que Mgr René Combal, ancien recteur du sanctuaire de Notre-Dame du Laus et en charge du dossier de béatification de la voyante, a voulu proposer aux pèlerins qui viennent nombreux chaque année découvrir ce lieu, en rédigeant une sorte de retraite spirituelle intitulée Prier quinze jours avec Benoîte Rencurel (
Editions Nouvelle Cité). C'est celle-ci que nous vous proposerons ces prochains jours sur notre blog, afin de nous préparer à l’événement du 4 mai.

Prier quinze jours avec Benoîte Rencurel
nous invite à entrer dans la prière de celle qui a été éduquée pendant 54 ans par « Dame Marie », de 1664 à 1718. Elle est toujours là et ne cesse de nous accompagner. L’existence tout entière de la voyante est consacrée au pèlerinage du Laus. Sa vie concrète existe et se réalise en fonction de cette mission. Benoîte est là, à sa place, discrète mais présente, collaborant avec les prêtres.

Prier quinze jours avec Benoîte, c’est pour l’auteur le fruit de trente ans passés au Laus, dans la prière et dans l’accueil des pèlerins, dans le rayonnement à la fois discret et extraordinaire de ce saint lieu. C’est aussi un contact prolongé avec les Manuscrits du Laus (voir encadré) qui restent pour lui une mine à explorer et dont des extraits agrémentent l'enseignement quotidien de ces quinze prochains jours.

Prier quinze jours avec Benoîte
, c’est à la fois se mettre sur les pas de Benoîte qui nous accompagnera tout au long de notre vie, c’est entrer dans sa prière qui s’élargit et s’approfondit de plus en plus, c’est découvrir auprès d’elle l’itinéraire de Marie à travers les mystères joyeux, lumineux, douloureux et glorieux du rosaire, c’est entrer dans une grande famille, la famille des amis du Laus qui se dilate de plus en plus au sein de l’Église et de l’humanité.

Bonne retraite !

PS : pour recevoir directement dans votre boîte aux lettres mails l'enseignement de chaque jour, inscrivez-vous à la newsletter.


Pour en savoir plus
Le Sanctuaire de Notre-Dame du Laus
La reconnaissance des apparitions
L'histoire des apparitions

Les manuscrits du Laus

Ces manuscrits, perdus dans les greniers pendant la révolution, ont été retrouvés entre 1824 et 1830, classés, ordonnés et recopiés par l’abbé Galvin en 1850. C’est l’œuvre de quatre auteurs qui ont connu Benoîte dans sa vie quotidienne : François Grimaud, juge de la vallée de l’Avance, avocat, procureur du Roi à Gap, Jean Peythieu, prêtre du diocèse d’Embrun, docteur en théologie qui a vécu quotidiennement pendant vingt ans au contact de la bergère, Pierre Gaillard, vicaire général de Gap, aumônier du Roi, docteur en droit canon et en théologie, auteur principal de la grande histoire du Laus, et enfin le Frère François Aubin, ermite au col de l’Ange, confident de la bergère. Nous lui devons d’avoir conservé et préservé les manuscrits après la mort de Pierre Gaillard et de Benoîte.

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article