Les Chrétiens entrent dans le temps de la Semaine Sainte

Publié le par AS

En communion avec les chrétiens orientaux qui célébreront Pâques le 27 avril prochain, un grand nombre de chrétiens, parmi lesquels les catholiques, célébreront Pâques dimanche 23 mars prochain.

La résurrection du Christ, le troisième jour après sa mort sur la croix, est au cœur même de la foi chrétienne. C’est pourquoi les fidèles se préparent plus intensément à la fête de Pâques pendant le temps du Carême et ses derniers jours qui constituent la Semaine Sainte.

Celle-ci commence le dimanche des Rameaux (16 mars 2008) et s’achève dans la nuit de Pâques, le samedi soir (22 mars 2008). Cette semaine commémore la Cène, la Passion, la mort et la Résurrection du Christ. Ces journées constituent la phase centrale de l’année liturgique parce que chacun de ces événements de la vie du Christ revêt une dimension fondatrice de la foi chrétienne :

- La Cène, ou dernier repas du Christ avec ses  disciples est à la source de  l’Eucharistie, célébrée régulièrement par les prêtres de l’Eglise catholique, avec la participation des fidèles.

- La Passion du Christ et sa mort sur la croix manifestent l’amour radical de Dieu pour l’humanité et le don total que Jésus fait de sa vie pour le salut de l’humanité

- La Résurrection du Christ est le signe de la plénitude de la vie donnée par Dieu et elle donne tout son sens  à l’espérance chrétienne.

Ces événements sont rappelés au cours des célébrations jalonnant cette ultime montée vers Pâques : messe du dimanche des Rameaux, messe de la Cène du Seigneur, office de la Passion, Vigile pascale et messe de Pâques.

Semaine Sainte et Pâques 2008

•    Dimanche des Rameaux (16 mars 2008)
Six jours avant la fête de la Pâque juive, Jésus vient à Jérusalem. La foule l’acclame lors de son entrée dans la ville. Elle a tapissé le sol de manteaux et de rameaux verts, formant comme un chemin royal en son honneur.

En mémoire de cet événement, les catholiques viennent à l’église, ce jour-là, avec des rameaux (de buis, olivier, laurier ou palmier, selon les régions) que le prêtre bénit au début de la messe. Les fidèles les emportent ensuite chez eux pour orner leur crucifix jusqu’au dimanche des Rameaux de l’année suivante.

•    Jeudi Saint (20 mars 2008)
Jésus prend son dernier repas avec les douze Apôtres dans la salle dite du « Cénacle ». Saint Paul et les évangélistes Marc, Luc et Matthieu rapportent les récits de la Cène au cours de laquelle, en prenant le pain et le vin, le Christ rend grâce et offre son Corps et son Sang pour le salut des hommes. Après ce repas de la Cène, l’heure de l’épreuve approchant, le Christ se rend au jardin des Oliviers avec les apôtres pour veiller et prier.

Les catholiques, s’appuyant sur l’enseignement du Christ, considèrent qu’au cours de la consécration, le pain et le vin deviennent véritablement le corps et le sang du Christ, même s’ils ne changent pas d’apparence. C’est ce qu’on appelle la « présence réelle » du Christ dans l’Eucharistie. Comme les disciples au Cénacle, les fidèles présents à la messe sont invités à communier à la table du Christ, c’est-à-dire à se nourrir du « pain de la vie éternelle ».

Jeudi Saint, après la messe célébré célébrée « en mémoire de la Cène du Seigneur », les fidèles s’unissent à la prière du Christ ce soir-là, en veillant auprès du Saint-Sacrement (le pain et le vin consacrés au cours de la messe) jusque tard dans la nuit.

•    Vendredi Saint (21 mars 2008)
Trahi par son disciple Judas, le Christ est arrêté. Il est accusé de semer le désordre par ses enseignements et surtout d’usurper le titre de Messie, c’est-à-dire de Fils de Dieu envoyé pour sauver les hommes. Interrogé par Ponce Pilate (gouverneur romain de la région), flagellé par les soldats, Il est condamné à être cloué sur une croix – supplice alors réservé aux criminels. Chargé de la croix, le Christ gravit la colline du Golgotha (littéralement « Mont du crâne », autrement appelé « Calvaire ») et tombe plusieurs fois d’épuisement. Crucifié, Il expire au bout de quelques heures. Descendu de la croix par ses proches, Il est enveloppé dans un linge blanc (le « linceul ») et mis au tombeau.

Les chrétiens sont appelés au jeûne (qui consiste à se priver de nourriture suivant l’âge et les forces du fidèle), démarche de pénitence et de conversion, expression de l’attente du Christ. L’office du Vendredi Saint, appelé « célébration de la Passion du Seigneur », est centré sur la proclamation du récit de la Passion. Il est proposé aux fidèles un chemin de Croix qui suit les étapes de la Passion du Christ. A Gap, cette année, ce chemin de Croix parcourera, à partir de 12h10 devant la cathédrale, les "lieux de souffrance" de la ville (prison, hôpital, maison de retraite...).

•    Samedi Saint (22 mars 2008)
La célébration de la nuit du Samedi Saint au dimanche de Pâques est « une veille en l’honneur du Seigneur » durant laquelle les catholiques célèbrent la Pâque, passage des ténèbres à la lumière, victoire du Christ sur la mort. C’est pourquoi, dans la nuit, le feu et le cierge de Pâques sont allumés, puis la flamme est transmise aux fidèles. C’est aussi durant cette veillée – ou Vigile pascale – que sont célébrés les baptêmes d’adultes. Ils sont aussi l'occasion pour les fidèles de renouveler les promesses de leur baptême.

Comme l'année précédente, une grande "Fête du feu nouveau" sera organisée ce soir-là sur la place de la Cathédrale, présidée par Mgr Jean-Michel di Falco. Rendez-vous est donné à 20h00.


•    Dimanche de Pâques (23 mars 2008)
« Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala se rend au tombeau. La pierre a été enlevée… Les bandelettes ont été déposées… Le linge est roulé à part » (Évangile selon saint Jean, 20). Le premier message transmis ce matin là aux femmes qui viennent au tombeau est bien celui de la résurrection : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? Il n’est pas ici, mais il est ressuscité » (Evangile selon saint Luc, 24)

Étymologiquement, « Pâques » signifie « passage » : par ce passage de la mort à la Vie, le Christ a sauvé l’Homme du péché et l’a appelé à la vie éternelle. La Résurrection du Christ est l’accomplissement des promesses faites par Dieu à son peuple. C’est pourquoi la fête de Pâques, célébrée par une messe solennelle, est le sommet du calendrier liturgique chrétien. Ce jour d’allégresse est marqué dans les églises par la couleur blanche ou dorée, symbole de joie et de lumière.


Les horaires des messes dans les paroisses, abbayes et monastères du diocèse de Gap sont disponibles 24h/24, 7j/7 sur le serveur vocal MessesInfo au n° 0 892 25 12 12 ou sur le site internet des paroisses (www.paroissesdegap.com, http://pagesperso-orange.fr/paroisse.embrun)

(Source : www.cef.fr)


Publié dans Actualité

Commenter cet article