Lundi 25 février, "Dangereuse glissade !"

Publié le par AS

Nous ne concevons le péché véniel que comme une parole légère, une pensée vaine, une action de peu de conséquence. C’est là une grande illusion. Il faut les envisager dans leurs effets, et considérer que les péchés véniels empêchent notre union avec Dieu et qu’ils nous éloignent pour jamais de lui en cette vie, si nous y persévérons. Il faut les voir comme opposés au bien de Dieu, qui est sa gloire, à notre avancement spirituel, et au cours de la Providence qu’ils interrompent et qu’ils changent à notre égard.

C’est ainsi que nous nous endurcissons dans l’habitude de quantité de péchés véniels. La vanité, la sensualité, l’attache à nos petites commodités, étouffent en nous les lumières de la grâce, qui font voir le mal qu’il y a dans ces sortes de fautes. Nous traitons de scrupuleux ceux qui, par une délicatesse de conscience, tiennent une autre conduite.

La ruine des âmes vient de la multiplication des péchés véniels, qui cause la diminution des lumières et des inspirations divines, des grâces et des consolations intérieures, de la ferveur et du courage pour résister aux attaques de l’ennemi. De là s’ensuit l’aveuglement, la faiblesse, les chutes fréquentes, l’habitude, l’insensibilité, parce que, l’affection étant gagnée, on pèche sans sentiment de son péché.

Louis Lallemant (1588-1635), Doctrine spirituelle, Principe III, 1




L’auteur

Fils unique d'une famille de magistrats champenois, éduqué chez les jésuites de Bourges, siège d’une importante université, Louis Lallemant, du fait de sa faible santé, après trois ans d’enseignement de la philosophie au collège de La Flèche, sera essentiellement chargé de la formation spirituelle de ses jeunes confrères à Rouen, seconde ville de France à l’époque. La chance du Père Lallemant aura été de pouvoir consacrer toute sa vie religieuse à la formation et à la direction spirituelle de ses jeunes confrères. Parmi eux figureront notamment les saints martyrs du Canada, ou encore des maîtres spirituels tels que les Pères Surin et Rigoleuc. Sa
Doctrine spirituelle, notes prises par ces prestigieux disciples, fonde la vie apostolique définissant la Compagnie dans la plus intense recherche de l'union à Dieu.

(Extrait du livret Carême pour les Cancres 2008 - A l’école des saints – Un texte par jour pour marcher vers Pâques, disponible sur www.paroisseetfamille.com)

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article