Dimanche 17 février, "Du Thabor au Calvaire"

Publié le par AS

Fête de la Transfiguration

Jésus-Christ ébauche les saints sur le Thabor, mais il les achève dessus le Calvaire. Il faut que l'âme voit les clartés et les beautés de Jésus, avant qu'elle voie et qu'elle sente les horreurs de la croix dessus le Calvaire : autrement elle serait scandalisée de ce dernier état, et sa faiblesse n'en pourrait goûter les amertumes ; l'enfance spirituelle a besoin de lait aussi bien que la corporelle.

Le Père céleste ne sèvre pas sitôt ses enfants, jusqu'à ce qu'il les voie déjà forts, et capables d'une nourriture plus forte. C'est donc dans les douceurs de la jouissance qu'il met les premières dispositions à son ouvrage dans une âme, mais c'est dans les amertumes de la souffrance qu'il donne les derniers coups de pinceau. Ce qui nous fait chrétiens de profession, c'est la foi et le baptême ; ce qui nous fait chrétiens de pratique, c'est la croix et les souffrances ; et plus elles sont grandes, étant portées avec l'esprit de la grâce, plus elles nous font de parfaits chrétiens.

Il ne faut donc pas craindre les croix ; au contraire, il les faut envisager avec paix et amour. Et tenez pour maxime, que nous sommes aussi avancés dans la voie de notre perfection, comme nous le sommes dans la voie de notre mort et de notre anéantissement, qui ne s'opère que par les souffrances.


Jean de Bernières-Louvigny (1602-1659), Le Chrétien intérieur, VIII, 4


L’auteur

Fils d’un trésorier général de Caen, Jean de Bernières-Louvigny consacrera sa fortune et ses relations à l’animation du groupe mystique normand né autour du capucin Jean-Chrysostome de Saint-Lô, tout en assurant l’intendance de nombreuses entreprises missionnaires, et en fondant séminaires et hôpitaux à partir de son ermitage ouvert à ses nombreux amis contemplatifs. À travers son disciple Jacques Bertot, l’influence de Bernières marquera profondément le cercle de Madame Guyon. Ses écrits, connus à travers des transcriptions incertaines, notamment sous le titre du Chrétien intérieur, seront englobés dans les condamnations du Quiétisme de la fin du siècle, sans pour autant qu’il y ait lieu de se méfier de leur orthodoxie.



(Extrait du livret
Carême pour les Cancres 2008 - A l’école des saints – Un texte par jour pour marcher vers Pâques, disponible sur www.paroisseetfamille.com)

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article