Vendredi 15 février, "Devenir raisonnable"

Publié le par AS

(abstinence de viande)

Que je ne sois pas, mon Dieu, vaincu par la chair et le sang, trompé par le monde et sa gloire fugitive ; que le démon et ses ruses ne l'emporte pas sur moi.

Donne-moi la force pour résister, la patience pour supporter, la constance pour persévérer.

Donne-moi, au lieu de toutes les consolations du monde, la très douce onction de ton esprit, et au lieu de l’amour terrestre, pénètre-moi de l’amour de ton nom.

Manger, boire, se vêtir et les autres choses nécessaires pour soutenir le corps, sont une charge pour l'esprit fervent. Fais que j’use de ces soulagements avec modération et que je ne les recherche point avec trop de désir.

Rejeter tout cela n’est pas permis, parce qu’il faut soutenir la nature ; mais une loi sainte défend de rechercher tout ce qui est au-delà du besoin et ne sert qu’à plus de plaisir ; car autrement, la chair se dresserait contre l’esprit.

Que ta main, Seigneur, me conduise entre ces deux extrêmes, afin qu’instruit par toi je sois préservé de tout excès.

Thomas a Kempis (1379?-1471), Imitation de Jésus-Christ, Livre III, 26



L’auteur

Né à Kempen (au nord de Cologne), Thomas passe son adolescence à Deventer, chez les Frères de la Vie commune, foyer de la « Dévotion moderne » : dans la ligne de Ruusbroec l'Admirable († 1381), les Frères y cultivaient à la fois l'oraison et l'étude des grands auteurs de la Tradition. Entré vers 1400 chez les chanoines réguliers du Mont-Sainte-Agnès, c'est comme maître des novices qu’il rédige des milliers de pages de méditation et de pédagogie intérieure.

 

(Extrait du livret Carême pour les Cancres 2008 - A l’école des saints – Un texte par jour pour marcher vers Pâques, disponible sur www.paroisseetfamille.com)

Publié dans Actualité

Commenter cet article